Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2007 2 31 /07 /juillet /2007 21:58
IBN ‘ABBAS REFUTE LES KHAWARIJ CONCERNANT LEUR MAUVAISE
COMPREHENSION, DEUX MILLE D’ENTRE EUX SE REPENTIRENT

Les Khawârij qui se s ont révoltés et ont combattu contre ‘Ali (Radhi Allahou anhou) furent atteints par cette  mauvaise  compréhension. Ceci car ils  ont compris les textes  de la  Shari’ah  d’une  façon erronée et  contraire à celle des Compagnons (Radhi Allahu anhum). C’est pourquoi, lorsque Ibn ‘Abbâs (Radhi Allahou anhou)  s’engagea  dans  un débat  avec eux, il leur montra la compréhension correcte des textes. Certains sont revenus et d’autres restèrent dans  leur égarement. L’histoire de  ce débat fut  rapportée  dans  Al-Mustadrak  (2/150-152)  de  Al-Hakîm  (m.405H),  et  l’isnâd  est  sahih selon les conditions de  Muslim (m.261H). Y figure la  parole  de  Ibn  ‘Abbas :  « Je suis  venu à  vous  de  la  part des  Compagnons  du  Messager  d’Allah  (Salalahu alaihi wa salam),  des  Muhajirin  et
des  Ansâr,  pour vous  informer  de ce qu’ils  disent.  Ils  savent  ce  qu’ils disent  car  le Coran  a été  descendu  sur  eux,  et  ils  connaissent  mieux  la  révélation  que  vous  car  elle  fut  révélée parmi eux. Et aucun d’eux n’est parmi vous. » L’un d’eux dit : « Ne discutez pas avec les gens de Quraysh (puisque Ibn ‘Abbâs était Qurayshite), car Allah ('Azawajal) a dit :  
 
"Ce sont plutôt des gens chicaniers."
 {Az-Zukhruf : 58}
 
 
Ibn ‘Abbâs continua : « Et je suis venu à un peuple dont il n’y a jamais eu plus sévère dans l’effort que lui. Leur visage est devenu pâle à force de veiller, comme si leurs mains et leurs  pieds ne les dissuadaient pas. »  
Certains partirent et d’autres restèrent. Quelques uns dirent : « Parlons avec lui et voyons ce qu’il a à dire. »  

Je dis: « Informez-moi des raisons de votre rancune envers le fils de l’oncle du Messager d’Allah (Salalahu alaihi wa salam) et son gendre, et envers les Muhâjirin et les Ansâr ? »

Ils répondirent : « Pour trois raisons. »  

Je dis: « Lesquelles ? »

 Ils dirent : « La première est qu’il a rendu des hommes juges dans les affaires d’Allah, alors qu’Allah ('Azawajal) dit :  

"Le pouvoir n'appartient qu'à Allah. "

 {Yusuf : 40}
Donc le  jugement n’appartient ni  aux  hommes  ni aux juges. » 

Je  dis : « Cela fait  seulement  une raison. »  

Ils  continuèrent :  « Quant aux  autres  raisons, il  combattit  ses  ennemis  mais  ne  prit  aucun prisonnier  ou  butin  de  guerre.  Donc  si  ceux  qu’il  a  combattus  étaient  mécréants,  leur emprisonnement  et  leur  butin  devient  licite.  S’ils  étaient  croyants,  les  combattre  ne  serait pas permis. »  

Je répondis : « Voici deux raisons, quelle est la troisième ? »

Ils dirent : « Il supprima le titre de ‘Chef des croyants » pour lui-même, il est donc le chef des mécréants. »  

Je dis : « Avez-vous autre chose à rajouter ? »

(Ils dirent:)  « Cela nous suffit. »

(Ibn Abbas:) « Puis-je  vous réciter du Livre d’Allah et de  la  Sunnah  de Son Prophète (Salalahu alaihi wa salam) ce qui réfutera vos propos et vous obéirez ? »

(Ils dirent:) « Oui ! »

(Ibn Abbas:) « Concernant  votre  parole  selon laquelle il a autorisé des hommes à juger dans les affaires d’Allah,  alors  je  vais  vous  réciter  ce  qui  montre qu’Allah  a  délégué  son  jugement  aux hommes  pour  le  prix  de  quatre  dihramsconcernant  un  lapin  ou  un  autre  gibier.  Allah a dit :  
 
    "Ô les croyants ! Ne tuez pas de gibier pendant que vous êtes en état d'Ihram. "
 
Jusqu’à :            
« …d'après le jugement de deux personnes intègres parmi vous »
 
Alors  je  vous  implore  par  Allah :  Le  jugement  des  hommes  concernant  les  lapins  et  les autres  gibiers  est-il  meilleur,  ou  est-ce  le  jugement  concernant  leur  sang  et  leur réconciliation ?
Vous savez que si Allah avait voulu, Il aurait jugé et n’aurait pas relégué cela à des hommes. Et Allah ('Azawajal) a dit au sujet de la femme et de son époux :

"Si vous craignez le désaccord entre les deux [époux], envoyez alors un arbitre de sa famille
à lui, et un arbitre de sa famille à elle. Si les deux veulent la réconciliation, Allah rétablira
l'entente entre eux."

{An-Nisaa : 35}

Allah  a  donc  fait  du  jugement  des  hommes  une  tradition  authentique.  Alors  délaisseriez-vous cela [i.e. cet égarement] ? »


(Ils dirent:) « Oui ! »

(Ibn Abbas:) « Quant à  votre  parole  selon laquelle il  a combattu et ne  prit pas de prisonniers  et de butin de  guerre,  dénigrez-vous  ‘Aisha ?  Vous  devez  déclarer  licite  pour  elle  ce  que  vous  avez déclaré  licite  pour  d’autres  !  Si  vous  faites  cela,  vous  deviendriez  mécréants,  car  elle  est votre mère. Et si vous dites ‘Elle n’est pas notre mère’, alors vous avez mécru car Allah dit :  
 
"Le Prophète a plus de droit sur les croyants qu'ils n'en ont sur eux-mêmes; et ses épouses sont leurs mères."
{Al-Ahzâb : 6}
 
Vous  tournez  donc  autour  de  deux  égarements.  Quel  que  soit  celui  que  vous  adoptez  vous tombez dans l’égarement. »

 
Ils se mirent à se regarder les uns les autres.
 
Je dis : « Abandonnez-vous cela ? »

(Ils dirent:) « Oui ! »

(Ibn Abbas:) « Quant  à  votre  parole :  il  a  supprimé  le  titre  de  ‘Chef  des  croyants’  de  son  nom,  alors  je vous  apporte  celui  qui  vous plait  et  je  vous  verrai.  En  effet,  vous  avez  entendu  que  le  jour d’Al-Hudaybiyyah,  le Prophète (Salalahu alaihi wa salam) a conclu un pacte avec Suhayl Ibn ‘Am r et Abu Sufyân Ibn Harb. Le Messager d’Allah(Salalahu alaihi wa salam) dit alors au Chef des Croyants (‘Ali) ‘Ecris ô ‘Ali : Ce sont les termes du pacte de paix acceptés par Muhammad le Messager d’Allah.’  Alors  les  païens  s’écrièrent ‘ Non,  par  Allah !  Si  nous  savions  que  tu  étais  le Messager  d’Allah  nous  ne  t’aurions  pas  combattu !’  Le  Messager  d’Allah  (Salalahu alaihi wa salam) répondit :  ‘Ô  Allah !  Toi  Tu  sais  que  je  suis  le  Messager  d’Allah !  Ecris  ô  ‘Ali :  Ce  sont  les
termes du pacte de paix acceptés par Muhammad Ibn ‘Abdillah.’[1]  
 
Donc  par Allah,  le Messager  d’Allah (Salalahu alaihi wa salam) était  meilleur  que  ‘Ali, pourtant il  n’a pas été révoqué de la Prophétie lorsqu’il a effacé le titre [de Messager d’Allah] de son nom. »

 
Ibn  ‘Abbâs  continua :  « C’est  ainsi  que  2000  personnes  se  repentirent,  et  les  autres  furent tués dans leur égarement. » [2]  
 

                                                 
[1] Rapporté par al-Bukhari (5/303-304) et Muslim (12/134-138) à partir du hadith de al-Baraa Ibn ‘Azib (Radhi Allahou anhou)  

[2] Cet incident fut rapporté par ‘Abdur-Razzaq dans al-Musannaf (18678), Ahmad (1/342), Abu ‘Ubayd dans al-Amwâl (444), an-Nasâ i dans Hilyat ul-Awliyaa (1/318-320), al-Bayhaqi dans as-Sunan ul-Kubra (8/179), Ibn ‘Abd ul-Barr dans Jâmi’ Bayân ul-‘ilm (2/103-104), Ibn ul-Jawzi dans Talbis Iblis (p.91-93), Abul-Farj al-Jariri dans al-Jalis us-Salih il-Kâfi (1/558-560) et Ibn Kathir dans al-Bidâyah wan-Nihâyah (7/281).


Traduit par sounna.com
Tiré du livre "Quelle raison et quelle religion considèrent les attaques suicides et la destruction comme un Jihâd ?" de sheikh abdul Muhsin ibn Hamad al Abbad (Hafidha Oullah)

Partager cet article

Repost 0

commentaires