Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 10:41
E-durar e-sanniya
par Karim Zentici

(partie 3)


L’opinion de l’érudit ‘Abd e-Latîf ibn ‘Abd e-Rahmân :

Ce dernier explique qu’il n’est pas dans l’usage des traditionalistes de s’aventurer dans le takfîr sans fondement. Cette démarche est plutôt propre aux égarés et aux innovateurs. Elle trahit un manque de piété de la part de leur auteur qui vacille entre l’ignorance et l’injustice pour reprendre les termes d’ibn Taïmiya. L’ignorant fonce tête baissé sans tenir compte de paramètres établis par les savants et puisés dans les textes…[1]

Il explique ailleurs dans une lettre qui s’adresse à des ignorants qui prenaient les questions du takfîr à la légère, qu’il avait déjà reproché dans le passé à deux téméraires de leur genre que Mohammed ibn ‘Abd el Wahhâb, qui tenait compte – rappelons-le – d’iqâma el hujja (d’établir la preuve céleste contre un fautif ndt.) n’avait aucun lien avec cette façon d’agir. ‘Abd e-Latîf reprochait à ces deux téméraires de taxer d’apostats leur gouverneur et certains savants contemporains (donc bien avant ibn Bâz). Ensuite, en revenant aux individus concernés par sa lettre, il ne leur cache pas qu’on lui a fait part de certaines de leurs opinions touchant au walâ wa el barâ, au hukm bi ghaïr ma inzala Allah, etc. Puis, il leur affiche son mécontentement en leur expliquant que ces questions, qui réclament une grande compréhension, relèvent uniquement de la compétence des savants. Ces téméraires n’ont pas les outils suffisants pour s’y initier et vont ainsi droit à l’erreur. Il est donc interdit à des ignorants de leur genre d’entrer dans des questions aussi grandes ![2]

Démonstration :

Restons avec ‘Abd e-Latîf, et prenons un exemple pour mieux se représenter la chose dans la pratique, en tâchant, surtout, de garder à l’esprit les points que nous venons d’évoquer. Voila, certains néo-takfiri utilisent certaines des paroles de Hamd ibn ‘Atîq pour kaffar la province du hijâz (qui longe le littoral de la mer rouge), où se trouvent… les Lieux-Saints de l’Islam. Je n’ai pas la prétention ici de parler de la pertinence de cette opinion en regard des textes, mais j’aimerais juste souligner une petite chose. Avant tout, j’aimerais rappeler, comme l’évoque Sheïkh ‘Abd Allah ibn ‘Abd el ‘Azîz el ‘Anqarî l’un des savants des… durar e-saniya qu’il faut replacer le discours d’ibn ‘Atîq dans leur contexte historique.

Juste que, dans sa condamnation sévère, et pour appuyer ses propos, Abd e-Latîf rapporte les paroles d’ibn ‘Abd el Wahhâb qui démentent ce qui lui fut mensongèrement imputé à ce sujet. il défit notamment de fournir la moindre preuve dans les œuvres de l’Imam allant dans ce sens, et de prouver qu’il excluait de la religion tous les musulmans, ou leur grande majorité, sous prétexte qu’ils ne le suivaient pas.[3]

Comme le dit l’Imam lui-même, c’est une chose qui ne viendrait même pas à l’esprit d’un non musulman, voire d’un fou, avant même de traverser celui d’un adepte de l’Islam digne de ce nom et qui sait ce qu’il dit. L’Imam était un traditionaliste, alors comment aurait-il pu, questionne Abd e-Latîf, kaffar les Lieux-Saints, à la manière de certains contemporains non-traditionalistes ? Il va sans dire qu’on ne peut accuser l’Iman de manquer de zèle et d’être un savant du taghût, contrairement à ce qui sera dit, bien des années plus tard, sur ibn Bâz. L’auteur de la lettre souligne enfin que l’Imam donne plus ou moins de détails dans son discours en fonction de ce que réclame la situation… et qu’il ne faut pas toujours prendre, comme nous l’avons développé plus haut ses paroles au premier degré…

Certes, ce passage est extrait de mish e-zhalâm (p. 42), mais il se trouve aussi et surtout dans le premier volume des… je vous laisse deviner la suite.


Wa Allah a’lam !


Par : Karim Zentici





[1] Voir : E-durar e-saniya (10/423-425), et pour les paroles d’ibn Taïmiya manhâj e-sunna (5/89-125).

[2] Voir : E-durar e-saniya (1/478-479).

[3] Nous avons déjà évoqué le passage en question dans les citations sur le ‘udhr bi el jahl, et qui est extrait d’e-durar e-sunniya (1/72).



Partager cet article

Repost 0
Published by Salafiya contre terrorisme
commenter cet article

commentaires