Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 19:29

Les étapes qui mènent aux attentats

par sheikh Soulauyman Ar Rouhayli

 


Traduction: Abuabdirrahmaan

Correction: Abu Muhammad as sinighâli

Edition: Ahmad Ba

L'audio ici:
http://archive.org/download/AbouAlBaraa ... uhayli.mp3

La transcription ici:
http://archive.org/download/Tafjir/Marahil-Tafjir.pdf


بسم الله الرحمن الرحيم

Louanges à Allah, nous Le louons, nous demandons Son aide et Son pardon, nous cherchons protection auprès de Lui contre notre propre mal et contre nos mauvaises actions. Celui qu'Allah met sur la bonne voie, nul ne peut l'égarer ; celui qu'Il [Allah] égare, nul ne peut le remettre sur la bonne voie. Je témoigne qu’il n’y a de divinités [digne d’être adoré] si ce n’est Allah, Il est unique et n’a point d’associés.Et je témoigne que Mouhammad - صلى الله عليه و سلم - est son serviteur et son envoyé.

(Ô les croyants, craignez Allah comme il doit d’être craint et ne mourrez qu’en pleine soumission)[Sourate 3 - Verset 102]

(Ô hommes, craignez votre seigneur qui vous a créé d’un seul être et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux-là a fait répandre sur la terre beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous vous implorez les uns des autres et craignez de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement)[Sourate 4 - Verset 1]

(Ô vous qui croyez ; craignez Allah et parlez avec droiture afin qu’il améliore vos actions et vous pardonne vos péchés. Quiconque obéit à Allah et à son messager obtient certes une grande réussite.)[Sourate 33 - Verset 70-71]

Après cela, la meilleure des paroles est le Livre d’Allah, la meilleure des guidances est celle deMouhammadصلى الله عليه و سلم, La pire des choses est la création nouvelle dans la religion (mouhdatha), toute création nouvelle est une innovation (bid'a) et toute innovation est égarement et tout égarement mène en enfer.

Ensuite chers frères, je magnifie La Louange d’Allah pour l’Islam et la Foi, je magnifie Sa Louange pour la Sounnah et le Coran, je remercie Allah pour la sécurité dans les pays. Chers frères, les musulmans ont été témoins ces temps-ci de grandes tragédies causant des douleurs d’une grande ampleur, augmentant les maladies, multipliant les traumatismes, occasionnant des erreurs, déviant les sentiments et déséquilibrant la raison. La plus grande des ces tragédies est les tueries fratricides des musulmans par leurs pairs, et ceci dans plusieurs pays musulmans. Et parmi les plus grandes de ces tragédies, les plus atroces, les plus vilaines, il y a les attentats perpétrés dans le pays des deux mosquées et de l’unicité, dans le pays où les habitants se sont accrochés à l’islam, un pays ou la législation Islamique est de rigueur à la vue et au su de tous et qui n’agrée aucun accord qui lèserait leur religion. Ces tragédies ont fait mal dans le cœur des croyants, les lésant, les faisant pleurer et leur hantant le sommeil.

Ces tragédies ne sont approuvées par aucune voie authentique, ni par une raison saine, car regroupant la destruction comme couleur et la turpitude comme forme, puisqu’il s’agit de l’assassinat des croyants. Ceci est un grand péché parmi les grands péchés. Notre Seigneur l’Exalté dit : (Quiconque tue intentionnellement un croyant, sa rétribution alors sera l’enfer pour y demeurer éternellement, Allah l’a frappé de sa colère, l’a maudit et lui a préparé un châtiment énorme.)

Le prophète paix et salut sur lui dit « Préservez-vous des sept causes de châtiments, on lui demanda : ce sont lesquelles ? Il dit : associer Allah, la magie, tuer un être humain sauf si c’est permis par la législation, prendre les intérêts, manger l’argent de l’orphelin, fuir la guerre sainte, accuser les chastes croyantes d’adultère ».

Notre prophète et bien aimé صلى الله عليه و سلم a dit « Le sang du musulman qui témoigne qu’il n’y a de divinité authentique qu’Allah et que je suis l’envoyé d’Allah n’est légitime que dans l’un de ces trois cas : Le ou la marié(e) qui commet l’adultère, l’assassinat, et celui qui délaisse sa religion se séparant du groupe. ».

Le prophèteصلى الله عليه و سلمa interdit le sang de manière catégorique et sévère, lors d’un grand événement, dans un mois bénit, dans un grand jour, sur un endroit béni, quand il a dit lors du sermon du jour du sacrifice à Mina, lors du pèlerinage de l’adieu « votre sang, vos biens, et votre honneur sont aussi bénis que ce jour, ce mois, et cet endroit ».

Le prophète صلى الله عليه و سلم dit, expliquant la gravité du meurtre d’un croyant « Je jure par celui dont ma vie est entre ses mains que tuer un croyant est pire devant Allah que la destruction du monde ».

Le prophète صلى الله عليه و سلمdit : « La disparition du monde est moins grave devant Allah que tuer un musulman».

Ce péché est d’autant plus grand,plus sévère, plus vilain lorsque le musulman ressent la fierté et le bonheur dans son geste. Le prophète صلى الله عليه و سلم dit : « Quiconque tue un croyant avec fierté Allah ne lui acceptera aucune œuvre. ».

Et parmi ces tragédies, l’assassinat de l’être garanti qui s’est installé dans ce pays béni avec la garantie et l’accord du gouverneur musulman. Le prophète صلى الله عليه و سلمdit : « celui qui tue un croyant garanti ne humera pas l’odeur du paradis. »

Il ditصلى الله عليه و سلم : « Quiconque tue un être ayant la garantie sans légitimité, Allah lui interdit le paradis et il ne humera pas son odeur.» Il dit : « Quiconque tue un homme parmi ceux qui disposent de l’accord ne humera pas l’odeur du paradis alors que son odeur se sent à une distance de 70 ans de marche ». Dans les deux cas de figures, chers serviteurs d’Allah – l’assassinat du croyant ou de l’être qui a la garantie -il y’a le fait de faire couler du sang illégitimement. Alors que Le prophète صلى الله عليه و سلم dit « Le serviteur demeure dans sa religion pure tant qu’il ne fait pas couler du sang illégitimement ». Le prophèteصلى الله عليه و سلم a informé que le croyant ne cesse de concurrencer dans le bien tant qu’il ne fait pas couler du sang illégitimement et s’il le fait ses bienfaits vont s’estomper. Le prophète صلى الله عليه و سلمdit : « Le croyant ne cesse de s’accoler aux bienfaits tant qu’il ne fait pas couler du sang illégitimement, s’il le fait tout s’arrête. »

Parmi ces tragédies, les attentats-suicides alors que l’Islam a rendu illicite le suicide de manière catégorique. L’Exalté dit : (Ne tuez pas votre personne). Le prophète صلى الله عليه و سلم dit « Celui qui se suicide sera châtié au jugement dernier avec l’objet avec lequel il s’est suicidé »

Ces tragédies ont instauré beaucoup d’anarchies sur terre alors qu’Allah a mépris ceux qui sèment la corruption sur terre. L’Exalté dit : (Il y a parmi les gens celui dont la parole sur la vie présent te plait, et qui prend Allah à témoin de ce qu’il a dans le cœur tandis que c’est le plus acharné disputeur. Dès qu’il tourne le dos il parcourt la terre pour y semer le désordre et saccager culture et bétail. Et Allah n’aime pas le désordre. Et quand on lui dit « crains Allah !» l’orgueil criminel s’empare de lui. L’enfer lui suffira et quel mauvais lit !). Allah a accru le châtiment de ceux qui sèment le désordre sur terre du fait de la grandeur de ce péché. L’Exalté dit : (La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et son messager et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre c’est qu’ils soient tués ou crucifiés ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas, et dans l’au-delà il y aura pour eux un énorme châtiment.)

Et dans ces tragédies il y a le dérangement des musulmans et la déstabilisation de la sécurité. Le prophète صلى الله عليه و سلم dit : « Maudit soit celui qui lèse les musulmans sur leur chemin. » ; comment sera donc le sort de celui qui lèse leur religion chers serviteurs, qui lèse leur propre personne, qui lèse leur bien et qui lèse leur sécurité. Le prophète صلى الله عليه و سلم dit : « celui qui gâte une demeure ou coupe un chemin ou lèse un croyant sa guerre sainte n’est pas acceptée. » Comment donc il peut espérer l’acceptation de sa guerre sainte tout en lésant les croyants ? –Qu’Allah nous préserve de ce mal-. Le prophète صلى الله عليه و سلمdit : « le musulman est celui dont les musulmans sont épargnés de sa langue et de sa main.»

Ce tort causé par ces tragédies s’est propagé dans toutes les contrées et a lésé les musulmans de tous les pays. Combien de musulmans sont lésés par ce fléau ? Combien de musulmanes chastes a-t-on déshabillé et dévoilé à cause de ce fléau ? Combien de musulmans a-t-on lésé et mis en prison à cause de ce fléau ? Le dérangement des musulmans est partout. Pire cette tragédie a freiné l’avancée de l’Islam dans les pays. Il n’y a de puissance et de force qu’en Allah Le Très Haut, Le Puissant.

Cette tragédie a causé l’irrespect envers le gouverneur musulman ainsi que son rabaissement. Le prophète صلى الله عليه و سلمdit : « Il y aura après moi des gouverneurs, respectez les. Celui qui les rabaisse a fait un trou dans l’Islam et on n’acceptera pas son repentir tant qu’il ne répare pas ce trou qu’il a creusé ».

Le prophète صلى الله عليه و سلم dit : « Celui qui respecte le gouverneur d’Allah sur terre, Allah le respectera le jour dernier, celui qui rabaisse le gouverneur d’Allah, Allah le rabaissera le jour dernier. » Le prophète a informé que le jour dernier on mettra pour chaque traître un drapeau et on lui dira : Ceci est la traîtrise d’untel fils d’untel.

Cette tragédie a causé une grande injustice alors qu’Allah s’est interdit l’injustice et l’a rendu illicite entre ses serviteurs. Il leur a interdit de se faire de l’injustice. Le prophète -صلى الله عليه و سلم - dit « Craignez l’injustice car elle sera ténèbres le jour dernier».

Le prophète صلى الله عليه و سلم dit « Celui qui donne un coup de fouet injustement sera puni au jour dernier ». Ô serviteurs d’Allah, comment sera donc le sort de celui qui cause l’injustice à la vie ?

En résumé, chers frères, chers amis, cette tragédie a causé un désordre immense et a causé de nombreuses destructions. Elle ne fait en aucun cas partie de la législation d’Allah. IbnoulQayyim dit :« La législation est fondé sur la sagesse et le confort des serviteurs ici bas et dans l’au-delà. Elle est entièrement juste, totalement miséricorde, infiniment confortable et remplie de sagesse. Tout thème qui sort de l’impartial vers le partial, de la miséricorde vers son contraire, du confort vers le désordre et de la sagesse vers la futilité ne fait pas partie de la législation même si on l’y introduit par déduction ». Tout ceci, chers frères, fait que les gens se demandent : qu’est ce qui fait que les jeunes se détournent et négligent ces textes authentiques et clairs pour instaurer ce grand désastre. Et ceci en pensant qu’ils sont dans le combat sur le sentier d’Allah et qu’ils hument l’odeur du paradis à travers leur nez -par présomption ?

Certains disent que la cause est la cherté de la vie pour les jeunes due au manque d’organisation ou des choses de ce genre.

D’autres disent, la cause se trouve dans l’absence d’infrastructures qui pourraient occuper ces jeunes.

D’autres aussi disent, la cause est l’agression des musulmans qui fait mal aux jeunes.

Mais en réalité toutes ces causes ne doivent pas pousser les jeunes à vouloir adorer Allah par le biais de ces tragédies en pensant que c’est une guerre sainte sur le sentier d’Allah. C’est vrai que ces causes peuvent nourrir davantage de haine dans les cœurs, instaurer des rancunes et bouleverser les sentiments mais elles ne peuvent pas légitimer de telles ignominies.

D’autres encore disent, la cause de ces attentats est l’acte de gens envieux qui ne sont pas d’ici et qui envient ce pays béni. Par Allah il n’y a pas de doute sur l’existence de telles personnes. L’installation de l’unicité dans les pays leur bloque l’œsophage. Mais ce ne sont pas les jeunes qui sont les principaux instigateurs de ces horribles attentats.

D’autres disent, la cause se situe dans les idéologies égarées qui proviennent de l’extérieur.

Je jure par Allah qu’ils ont raison, ce sont des idéologies importées, inadéquates à la méthodologie qui régit ce pays béni. Inadéquates à la voie tracée par le livre de Notre Seigneur et par la sounna de notre prophète avec la compréhension de la meilleure génération. Inadéquates à la voie qui a réformé les premières générations de ce peuple et qui pourrait réformer les dernières générations. C’est vrai que ces idéologies déviées de cette voie droite viennent de l’extérieur. Mais qui sont alors ses instigateurs ? Est-ce les jeunes eux-mêmes ? Non et non, je le jure par le Seigneur de la Kaaba. Les principaux instigateurs sont des gens qui dirigent ces jeunes et leur embellissent les livres qui expliquent ces idéologies. Ils les poussent à les lire et les éduquent à travers ces livres. Ils ont élevé le rang de ceux qui épousent ces idéologies et ont rabaissé ceux qui réfutent ces derniers. Ils ont émis aux jeunes des règles imaginaires qui pour eux font partie de la religion de sorte que celui qui s’y accroche sera le vainqueur, le musulman, le secouru. Celui qui s’y accroche est le guerrier, celui qui ne recule devant rien, qui n’a peur de rien devant Allah. Ils ont éloigné les jeunes des savants reconnus.Ce qui a causé ce résultat dont nous sommes témoins alors que ce qui est caché est encore pire. Ce qui est caché dans les cœurs comme envie et haine est plus grand et plus mauvais, que la personne ait l’intention de nuir ou pas.

La réalité, chers amis, c’est que cette tragédie et ce qui la ressemble, est le résultat des idéologies que ces instigateurs estiment faire partie de la religion. Mais en fouillant dans l’histoire des épreuves et en analysant l’actualité nous verrons que ces idéologies passent impérativement par trois étapes :


La première étape de ces idéologies : détourner le cœur des jeunes du respect des dirigeants, aussi bien les savants que les gouverneurs, à tel point qu’ils rabaissent ces dirigeants, remplissent leur cœur de rancune, de haine, d’ire et de furie envers ces dirigeants. Ils ne portent aucune importance à la parole des savants et n’ont aucun respect pour les gouverneurs. L’honorable Imam Ibn ‘Othaymine dit : « Allah ! Allah !dans la compréhension de la voie des pieux prédécesseurs par rapport au comportement avec le gouverneur. Qu’on ne doit pas prendre les erreurs des gouverneurs comme raison de révolter les gens, de leur faire haïr ces dirigeants. Ceci est le désordre en question et l’une des causes d’instauration des épreuves entre les gens. Comme la haine envers les gouverneurs provoque le danger, l’épreuve et l’anarchie, la haine envers les savants aussi provoque le désintéressement envers eux et donc le désintéressement à la législation qu’ils propagent. Celui qui essaie de rabaisser les savants et de rabaisser les gouverneurs, alors il a corrompu la législation et a corrompu la sécurité. Car si les savants parlent les gens ne leur font pas confiance, si les gouverneurs parlent ils se révoltent. Ainsi la turpitude et le désordre prennent place. »

Cette étape où l’on rassemble des ambigüités et où l’on incite les jeunes à remplir leur cœur de haine, de rancune et d’ire, nous amène à la :

Deuxième étape qui est la banalisation du sang et le fait de rendre mécréant. Ainsi leurs cœurs sont préparés à rendre facilement mécréants les dirigeants, particulièrement les gouverneurs. Il peut même arriver qu’on rende mécréants les savants et le peuple qui est derrière ces gouverneurs, comme tout le monde le sait. Ceci amène à légitimer le sang pour prétexte d’accéder au changement et leur donne la conviction que la révolte contre les gouverneurs est la chose la plus sublime qui rapproche d’Allah le Très Haut. Le Seigneur, l’Exalté : dit (Ceux dont l’effort, dans la vie présente, s’est égaré alors qu’ils s’imaginent faire le bien).

Je vais citer un exemple historique qui explique ceci ensuite je parlerai de l’actualité.

Quant à l’exemple historique je citerai la plus grande épreuve qui soit arrivée aux musulmans et la première de son genre -comme a dit Houzeyfa- L’épreuve du meurtre de ‘Othman Ibn Affane le khalife droit qu’Allah l’agrée, celui que le prophèteصلى الله عليه و سلم a annoncé comme martyr, lui a annoncé le paradis, lui a donné ses deux filles en mariage et a dit sur lui lorsqu’il a préparé l’armée en difficulté « A cause de son acte ‘Othman ne sera lésé à partir de ce jour. » Le prophète صلى الله عليه و سلم a signé, en son nom, le pacte d’allégeance avec sa main béni lors du pacte de l’agrément. Il a acheté le puits de Rouma’ pour meilleure que cela dans le paradis. Il a acheté le terrain ou a été bâti la mosquée du prophète صلى الله عليه و سلمpour un meilleur dans le paradis. Ses faveurs – qu’Allah l’agrée – sont incalculables, mais les révoltés parmi les kharijites ne l’agréent pas. Ils ont commencé à installer des ambiguïtés autour de lui. Ils l’accusèrent injustement. Ils influencèrent les jeunent et leur remplir le cœur de haine envers lui à tel point qu’il leur soit facile de légitimer son sang et de le rendre mécréant qu’Allah l’agrée. Ils n’ont pas accordé de l’importance à la parole des ainés parmi les compagnons qui étaient les experts du peuple en science et leurs savants. Ils n’écoutèrent pas leurs avis et n’acceptèrent pas leurs sciences. Mais ils les démentirent et embellirent leurs écrits qui incitèrent à l’assassinat de ‘Othman qu’Allah l’agrée. Ils considérèrent que cela constituait la plus grande guerre sainte en leur temps par mensonge sur les compagnons.

Il y avait en Egypte un groupe mécontent contre ‘Othman – qu’Allah l’agrée – qui lui gardait une haine, qui le dénigrait, qui disait du mal sur lui, qui poussait les gens contre lui et qui l’accusait à tort. Jusqu’à ce que près de 600 cavaliers décidèrent d’entrer à Médine en tant que pèlerins durant le mois de Rajab pour dénigrer ‘Othman qu’Allah l’agrée et prirent le chemin. Le gouverneur écrit à ‘Othman qu’Allah l’agrée et lui informa de l’arrivée imminente de ces gens à Médine au nom du petit pèlerinage pour le dénigrer qu’Allah l’agrée. Lorsqu’ils se sont rapprochés de Médine, ‘Othman qu’Allah l’agrée demanda à Aly Ibn AbiTalib de partir à leur rencontre. Celui ci les rencontre avec d’autres nobles. Ils ont essayé de les empêcher d’exécuter leur décision en les réfutant, les repoussant, leur donnant l’ordre de retourner chez eux et en discutant par la science avec eux à propos de ‘Othman qu’Allah l’agrée. Il leur demanda : « Que lui reprochez-vous ? » Ils ont cité leurs ambiguïtés. Aly qu’Allah l’agrée les réfuta avec des preuves claires. ‘Othman – qu’Allah l’agrée – fit un sermon à Médine. Il réfuta leur ambiguïté devant les compagnons du prophète صلى الله عليه و سلم et devant une délégation des kharijites. Allah a dévoilé leur stratégie, les a mis à nus, a annulé leur prétexte et a anéanti leur critique jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’ambiguïté devant les compagnons.

Un groupe de compagnons demanda à ‘Othman de les sanctionner, mais celui-ci leur facilita les choses et les renvoya chez eux avec respect et honneur sans les rabaisser. Ensuite ‘Othman– qu’Allah l’agrée– s’est levé pour barrer la route à l’épreuve et pour fermer les porte à Satan. Il a fait un sermon à Médine clarifiant que sa méthodologie est celle de Abou Bakr et de ‘Omar, qu’il se repenti devant Allah de toute erreur. Il rabaissa la tête et pleura. Tous les musulmans firent de même, tellement ils avaient de la compassion envers leur Imam. ‘Othman qu’Allah l’agrée témoigna qu’il s’est imposé le chemin pris par ses deux ainés Abou Bakr et ‘Omar et ceci pour freiner Satan et préserver les musulmans des épreuves. Lorsque le groupe est retourné en Egypte, ils n’ont pas donné de l’importance à la parole des compagnons et s’en sont désintéressées. Ils ne se sont pas repentis, mais ils ont continué à monter les gens contre ‘Othman – qu’Allah l’agrée, ils ont trafiqué des lettres au nom des Compagnons du prophète– qu’Allah l’agrée – Des lettres dans lesquelles, ils appellent les gens à tuer ‘Othman – qu’Allah l’agrée. Ils considéraient ceci comme le plus grand combat sur le sentier d’Allah en leur temps. Ils se sont envoyés des messages en Egypte, à Bassora et à Koufa. Ensuite ils sortirent au nom du pèlerinage. Avec eux le fils de Sawda’ Ibn Saba, le juif qui disait appartenir à l’islam afin de tromper les musulmans et d’instaurer des troubles entre eux.

Ils partirent pour le Péninsule arabique au nom du pèlerinage (Tu les croiras unis alors que leurs cœurs sont divisés). Chacun d’entre eux avait sa propre idée. Les Egyptiens voulaient que Ali prenne la place de ‘Othman, les gens de Koufa eux pensaient à Zoubayr et les gens de Bassora avaient en tête Talha. C’est toujours ainsi chez les gens de trouble, tu les vois ensemble, tu penses qu’ils forment une seule rangée mais en réalité leurs paroles diffèrent. Il n’y a de vraie divinité si ce n’est Allah – c’est une tradition, la tradition de la fitna (trouble), en tout temps et en tout lieu.

Ils sont venus jusqu’aux limites de la ville mais ils avaient peur des compagnons. Alors ils envoyèrent des guetteurs et des espions à Médine pour avoir la permission d’entrer. Mais les grands compagnons leur avaient refusé cela, ils leur ont interdit cela et les ont réfuté. Néanmoins ils persistèrent et se rapprochèrent de la ville. Les compagnons sont sortis dans la ville pour la défendre pendant que d’autres s’étaient postés devant la demeure de ‘Othman qu’Allah l’agrée, parmi eux Al Hassane et Al Houssein.

Ils les ont repoussés de la ville mais les Kharijites leur promirent qu’ils reviendront. Quelques jours après ils revinrent sur Médine. Les habitants de Médine ne sont restés que peu de temps avant d’entendre des takbir alors que la plupart des kharijites étaient devant la maison de ‘Othman qu’Allah l’agrée. Les compagnons se sont mis à leur enseigner, les guider, leur interdire et les appeler vers la Sounna, vers le Livre d’Allah. Mais ils se désintéressèrent de la science des compagnons et ne leur donnèrent aucune importance. ‘Othman qu’Allah l’agrée sortait à la mosquée pour diriger la prière, ceci pendant des jours.

Le vendredi il fait un sermon sur le Minbar du prophète صلى الله عليه و سلم, tenant entre ses mains la canne que tenait le prophèteصلى الله عليه و سلم [durant les sermons], Abou Bakr et ‘Omar. C’est alors qu’un homme parmi les kharijites s’est levé, l’a saisi et l’a fait descendre du Minbar avec ses plus de 70 ans. L’homme a pris ensuite la canne du prophète صلى الله عليه و سلم et la brisa. Il n’y a de pouvoir et de force qu’en Allah le Très Haut, le Puissant.

Ensuite les rebelles l’ont encerclé dans sa maison et l’on privé d’eau et de denrées. Un groupe de compagnons était devant sa porte pour le défendre et pour repousser ces rebelles. Lorsque le stock d’eau épuisa, ‘Othman en demanda aux compagnons. Le Lion de l’Islam Aly traversa la foule en cavalier avec un récipient d’eau. Il fut gravement atteint par les kharijites, il fut atteint par leurs langues et ils ont repoussé sa monture.

Ensuite, OummHabiba est venue pour voir ‘Othman. Elle fut aussi gravement atteinte et a failli être tuée puisqu’elle a failli tomber de sa monture. Certains historiens disent qu’ils l’ont fait tomber de sa monture –Si Allah ne l’avait pas secouru pour que les compagnons la secoururent- elle allait mourir de sa chute. Les kharijites encerclèrent toujours la maison du compagnon du prophète صلى الله عليه و سلم, ils l’on lésé jusqu’au jour ou il a été tué. Il avait raconté qu’il a vu le prophète en rêve qui lui disait « Ô ‘Othman vient couper le jeune avec nous. ». Alors il a jeuné ce jour et c’était un grand jeuneur et un grand prieur [de nuit]. Il se prépara, libéra 20 esclaves et demanda un pantalon qu’il mit. Et pourtant il ne l’avait jamais mis, ni en période pré Islamique ni avec la venue de l’Islam. Mais il l’avait mis ce jour afin qu’on ne dévoile pas ses parties intimes. Il était très pudique, les anges aussi étaient pudiques devant lui, de même que le prophète صلى الله عليه و سلم.

Cependant ces manifestants ne ressentaient aucune pudeur à son égard. ‘Othman avait catégoriquement interdit aux compagnons qui s’étaient positionnés devant sa porte de le défendre. Il voulait en ces termes écarter toute épreuve et préserver le sang des musulmans. Il dit aux rebelles « Si vous me tuez, vous ne vous aimerez plus les uns les autres, vous ne prierez jamais ensemble et vous ne combattrez plus ensemble les ennemis ». Il a dit vrai. Ils entrèrent chez lui, l’un d’eux prit sa barbe et la secoua à tel point qu’on entendait le bruit de ses dents. Il avait le livre ouvert en train de lire le Coran, quand un homme le poignarda mortellement et son sang coulait sur le livre. Dans beaucoup de versions, il est dit que la première goutte de son sang est tombée sur la parole d’Allah (Allah te suffira contre eux.). Ensuite un homme a posé l’épée sur sa poitrine et s’est appuyé dessus jusqu’à ce qu’elle s’enfonce et a touché les doigts de sa femme. Ensuite un homme sauta sur ‘Othman alors qu’il était agonisant et le poignarda à neuf reprises en disant « Les trois sont pour Allah et les six sont pour la haine que j’ai envers toi ».

Ainsi ce qui les intéressait le plus était la vie présente –Qu’Allah nous en préserve-. Ils ont légitimé le sang de ‘Othman, l’on tué et l’on rendu mécréant. Lorsque ‘Othman était tombé, la tête sur le live, un homme lui donna un coup de pied sur la tête et disait « j’ai jamais vu un aussi joli visage de mécréant et un coucher de mécréant aussi joli. » Ils ont rendu mécréant le compagnon du prophète صلى الله عليه و سلم à qui ce dernier a annoncé le paradis avant la mort et qu’il sera son compagnon au paradis. On l’a tué le vendredi, un grand jour, le mois de JullHijja, la nuit du 28 est plus vraisemblable. Lorsque Sa’d Ibn AbiWaqqàs a été informé de sa mort, il invoqua la miséricorde d’Allah et le pardon sur lui et récita à l’égard des meurtriers la parole d’Allah (Dis voulez-vous que nous vous apprenions lesquels sont les plus grands perdants en œuvre ? Ceux dont l’effort dans la vie présente s’est égaré alors qu’ils s’imaginent faire le bien.). Ce fut la première épreuve qui a débuté le problème des musulman. Ainsi les épreuves se sont succédées et se sont ressemblées. Les savants de la Sounnah n’ont cessé de convier les gens à la sounna du prophète صلى الله عليه و سلم , leur rappelant leur religion. Aussi les gens de l’épreuve n’ont cessé, les savants de l’épreuve n’ont cessé de faire aimer les gens les épreuves et les y appellent dans toutes ses étapes que sont : faire détester, rendre mécréant et attentats.

Quant à notre actualité, nous y retrouvons ces trois étapes. Nous disons et continuons à dire [comme dit le poète] :
Je vois dans le cendre de la braise, et peu s’en faut qu’elle ne s’embrase
Certes le feu est obtenu avec deux…, et toute guerre commence par la parole

Depuis longtemps, avant même l’envahissement du Koweït par l’Irak nous étions déjà témoins de l’étape du découragement envers les dirigeants, aussi bien savants que gouverneurs. Et des ambigüités sont lancés à leur sujets, on les accuse à tort. Parfois ils disent : « Ils ne connaissent pas l’actualité, ils ont peurs de perdre leurs fonctions, ils signent les conventions sans connaissance de cause. » Parfois ils inventent des mensonges sur eux en faisant croire aux autres que les savants prônent le découragement et qu’ils les soutiennent. Et lorsque ces savants clarifient et conseillent le peuple, ces gens craignent une prise de conscience des jeunes et se précipitent à y apporter une compréhension erronée. Ils incitent ainsi les jeunes et les maintiennent dans leur désintéressement envers le Livre et la Sounna avec la compréhension des meilleures générations de ce peuple.

Et jusqu’à présent nous entendons ces paroles erronées et ces paroles mensongères. Lors des évènements de l’Irak nous avons entendu certains qui sont montrés du doigt (qui ont de l’audience) dire : « Parmi nos savants il y’en a qui ont peur de perdre leurs villas et leurs voitures, il y’en a ceux qui se sont spécifier aux détails de la jurisprudence et qui sont nuls ailleurs, il y’en a qui ne maitrisent pas le déroulement des évènements, raison pour laquelle ils sont incapables de dire la vérité et se taisent sur celle-ci. » –ils sont loin de toutes ces méfaits. En plus de cela, il (l’auteur de ces paroles) fait l’éloge des inconnus qui ne s’intéressent pas à la religion, ni à la sounna, il n’y a de pouvoir et de force qu’en Allah.

C’est ainsi qu’on a séparé les jeunes des savants jusqu’à ce que certains d’entre eux disent ces derniers temps avec fierté : « Si les choses étaient entre nos mains nous allions profaner la tombe de Ibn Baz et celle de Othaïmine du fait qu’ils ont égaré le peuple». Il n’y a de pouvoir et de force qu’en Allah.

Quant aux gouverneurs, dis ce que tu veux. On a mis les jeunes contre eux. On n’étale que leurs erreurs. Pourtant ils (les instigateurs) prônent l’équilibre dans la réfutation, même avec les Satans, ils disent qu’il faut citer les erreurs et les bonnes actions chez la personne. Quant à nos dirigeants on ne cite que leurs défauts, on aggrave les petits défauts et on les rend mécréants à partir des grands défauts, on y mélange des mensonges ; il n’y a de pouvoir et de force qu’en Allah, le Très Haut, le Puissant. Ils ont touché les sentiments des jeunes, ils ont éveillé leurs colères jusqu’à ce que certains d’entre eux en arrive à proclamer ouvertement la mécréance de ces dirigeants. D’autres en ont la conviction mais se gardent de la prononcer. Soit c’est la manière dont ils ont été éduqué, soit c’est ce qui reste en eux comme retenue qui les empêche de le dire ; il n’y a de pouvoir et de force qu’en Allah.
Pour ceux qui ne sont pas préparés à rendre mécréant, ou à accepter les ambigüités, on leur remplit le coeur de haine, de rancune, d’ire. Et on les fait réagir par des propos révoltant comme ce que certains disent : « Aujourd’hui c’est la laïcité qui est prise en compte dans le monde ».Y’a-t-il une exception pour eux ? Je jure par Allah que non. D’autres disent « aujourd’hui,l'adorationa des degrés pyramidaux ».

Regardez chers frères, comment on lance des propos qui sous entendent forcément la mécréance des gens (takfir). Ils disent : « aujourd’hui, l'adoration est une pyramide: le premier niveau est occupé par le Président des Etats-Unis d’Amériques, le deuxième niveau est celui des Présidents des pays arabes qui pensent que leur bien ou leur mal repose entre les mains de Bush. C’est pourquoi ils font le pèlerinage chez lui et font des vœux et des sacrifices pour se rapprocher davantage de lui. Au troisième niveau on retrouve les subordonnés des dirigeants arabes tels que les ministres, les directeurs de cabinets, les généraux, les conseillers. Au quatrième, cinquièmes et sixième niveau on trouve les hauts fonctionnaires dans les ministères ». D’autres disent sur les savants, nos savants, les savants de l’unicité : « Je ne suis pas étonné par ceux qui parle de l’unicité alors qu’ils sont eux-mêmes des esclaves d’esclaves qui sont des esclaves à d’autres esclaves et leur maitre supérieur est un chrétien.»

Et ceci est minime, c’est une goutte dans la mer par rapport à ce qu’ils disent aux jeunes. Qu’est-ce qu’ils ont alors dans le cœur ? Et ils n’ont d’autres issues que le takfir (traiter les gens de mécréants), ô serviteurs d’Allah, et la légitimité du sang, et tout cela au nom du changement. Ce qui s’est passé dernièrement, et qui s’était passé, ne sont que le résultat du fait de rendre mécréant. Et ce qui est caché est encore plus grand.

Les conséquences sont pires que ce qu’ils s’imaginent et veulent faire croire aux autres. C’est pourquoi il est impératif de prendre des dispositions et de faire tout le nécessaire pour remettre les choses sur la voie et pour que tous reviennent à la vérité.

Il faut impérativement un remède à cette troisième étape. Mais il faut savoir que c’est une grave erreur de vouloir remédier à cette troisième étape sans auparavant passer par les étapes précédentes. C’est inutile de cueillir les fruits empoisonnés tout en laissant en place les arbres qui les portent. Donc remédier à la première étape est primordial, plus utile et plus obligatoire car fermer la porte à la première étape c’est fermer la porte à la source des turpitudes. A nous de craindre Allah le très haut et de semer une parfaite entente entre les gens et les détenteurs de pouvoir parmi les savants et les gouverneurs. Nous devons clarifier la voie des prédécesseurs, voie que le prophète صلى الله عليه و سلم a tracé et donc que les ainés de ce peuple ont suivi. C’est la voie qui englobe le bien dans son entité, qui repousse le mal dans son entité, qui ferme à satan toutes les portes dans la mesure où le prophète صلى الله عليه و سلم n’a laissé aucune porte où pourrait passer satan sans la fermer.

Réfléchis mon frère, réfléchissez-vous les jeunes, méditez sur la parole du prophète صلى الله عليه و سلم (Ecoutez et suivez, en période de soudure ou d’aisance, que vous soyez satisfait ou dégouté, quand ils s’accaparent des avantages en votre défaveur.)

Réfléchis sur la réponse du prophète صلى الله عليه و سلم lorsque Salama’ Ibn Yazid lui dit « Ô envoyé d’Allah, si des gouverneurs usurpent le pouvoir et s’emparent de nos droits et nous les interdisent que nous conseillez-vous ?Le prophète صلى الله عليه و سلمl’ignora, il récidiva, le prophète صلى الله عليه و سلمl’ignora de nouveau, il posa la question une troisième fois, le prophète صلى الله عليه و سلمdit : « Ecoutez et suivez, à eux leurs charges et à vous vos charges ».

Regarde avec méditation la réponse du prophète صلى الله عليه و سلم « Il y’aura après moi des gouverneurs qui ne prendront pas ma guidée et qui ne suivront pas ma souna, il y’en aura des hommes qui auront le cœur de satan dans un corps humain ». Observe cette illustration du prophète صلى الله عليه و سلم, et cette information sur ce caractère grave des gouverneurs. Ensuite regarde la réponse du prophète صلى الله عليه و سلم lorsque Huzeyfa lui dit : « Que dois-je faire si je les rencontre ô envoyé d’Allah ? » Le prophète صلى الله عليه و سلم dit : « Tu écoutes et tu suis le gouverneur même s’il te bat et s’il prend ton argent écoute et suis ».

Médite avec foi et science, ô jeune ! Ecoute la parole de ton prophèteصلى الله عليه و سلم , écoute la parole du bien aimé, le choisi « quiconque a un gouverneur sur qui il voit des péchés, qu’il déteste ce qu’il fait comme péché mais qu’il ne s’arrête pas de le suivre. »

Réfléchis sur ce qu’a rapporté ‘Adi Ibn Khàtim quand il dit : « Nous avons dit Ô envoyé d’Allah, nous ne vous demandons pas sur le fait de suivre un pieux mais nous vous demandons sur le fait de suivre quelqu’un qui a fait tel péché et tel péché en citant des choses ». Le prophète صلى الله عليه و سلم dit : « Craignez Allah et écoutez et suivez ». Ecoute la parole de ton prophète « Il incombe au musulman d’écouter et de suivre sur ce qu’il aime et sur ce qu’il déteste tant que ce n’est pas un péché, mais s’il ordonne l’interdit alors ne l’écoutez pas et ne le suivez pas [sur ce péché] ».

As-tu vu mon jeune frère toi qui écoute, a tu vu que le prophète صلى الله عليه و سلم n’a laissé aucune porte à satan sans la fermer ? Si, par Allah. Le prophète صلى الله عليه و سلم n’a laissé aucune porte par où satan pourrait passer pour diviser les gens sans la fermer. Fais attention mon frère en Allah, tu es entre deux voies : une voie tracée par le bien aimé, le choisi et une voie dirigé par satan où il réveille les sentiments et dirige les jeunes. Méfis toi, ô serviteur d’Allah, de faire partie de ceux qui marchent sur le chemin de satan et cramponne toi sur la sounna du dirigeant des prophètes.

Réfléchis sur l’œuvre des compagnons et ainés de ce peuple. Voici une étonnante histoire lorsque ‘Othmane avait interdit à Abu Zhar de parler. Qu’a dit Abou Zhar à ‘Othmane ? Il lui a dit : « Penses-tu que je sois parmi ceux qui lise le coran alors que cela ne dépasse pas leur gorge et qui sortent de la religion comme la flèche sort de son arc et qui sont les pires créatures et la pire création. Je jure par celui dont ma vie repose entre ses mains, si tu m’ordonne de m’asseoir je ne me mettrais pas debout, si tu m’ordonne de me lever je serai debout si mes jambes le permettent. Et si tu m’attache sur un chameau je ne me libèrerais pas jusqu’à ce que tu viennes me détacher »

Abou Bakra’ écoutait le gouverneur Ibn ‘Aamir en train de faire le sermon sur son Minbar. Il avait mis des habits transparents que les gens justes ne mettraient pas. Abou Bilal dit : « Regardez notre gouverneur avec ses habits de pervers ! ». Abou Bakra’ lui dit : « Tais-toi !J’ai entendu le prophèteصلى الله عليه و سلم dire : « Celui qui rabaisse le gouverneur d’Allah sur terre, Allah le rabaissera le jour dernier ». Anas dit : « Nos aînés parmi les compagnons du prophèteصلى الله عليه و سلمnous ont interdit – écoutez chers bien aimés le conseil des ainés des compagnons–ils disent « N’insultez pas vos gouverneurs, ne les trompez pas, ne les détestez pas. Craignez Allah et endurez, car la chose [dénouement]est proche. »

Abou Ishaq dit « Un peuple qui insulte son gouverneur, Allah ne leur fera pas profiter de ses biens. »

Abou Midjliz dit : « Insulter le gouverneur c’est le rasoir. Je ne dis pas rasoir pour cheveux mais rasoir pour la religion ».

Sahl At Tastouri dit : « Les gens ne cesseront d’être dans le bien tant qu’ils honorent les gouverneurs et les savants. S’ils les honorent Allah va parfaire leur vie présente et celle de l’au-delà, et s’ils les rabaissent alors ils ont corrompu leur vie présente et celle de l’au-delà ».

C’est pourquoi l’imam al Qarafi dit : « Une règle : maitriser les faveurs générales est une obligation et on ne peut les maitriser qu’en honorant les gouverneurs au sein du peuple. Dès qu’on diverge avec eux ou qu’on les rabaisse les faveurs disparaissent. »

Du fait de sa faveur immense et du fait qu’elle écarte beaucoup de corruptions, la saine législation s’est intéressée à ce que les cœurs se lient avec les gouverneurs et à l’interdiction de tout ce qui pourrait enfreindre à cette liaison. Le prophète صلى الله عليه و سلم dit, clarifiant la sounna sur le comportement envers les gouverneurs lorsqu’ils font des erreurs. Il ditصلى الله عليه و سلم : « Celui qui veut conseiller les gouverneurs qu’il ne le fasse pas publiquement, mais plutôt qu’il prenne sa main. S’il accepte son conseil tant mieux, sinon il a fait son devoir ».

Réfléchissez serviteur d’Allah, réfléchissez mes biens aimés en Allah, sur cette voie grandiose que le noble prophète a tracé, que les prédécesseurs ont suivi, qu’Allah les agrée. A nous tous de craindre Allah et de suivre la sounna du prophète صلى الله عليه و سلم .Ceci dans le but de suivre les recommandations d’Allah et de son prophète et non pour se rapprochez de quiconque parmi les gens. Mais plutôt par adoration à notre Seigneur l’Exalté à travers les enseignements du prophète صلى الله عليه و سلم tout en agréant ce qu’ Allah et son prophète ont agrée.

A nous, bien aimés en la foi, de nous protéger et de protéger nos enfants en n’empruntant pas le chemin de la turpitude.Ceci, en s’intéressant d’abord à semer en notre personne et en nos enfants l’amour de nos dirigeants parmi les savants et les gouverneurs. Nous devons nous intéresser à éduquer nos cœurs en cela et nous devons leur éclairer les droits législatifs des gouverneurs. Nous devons les éloigner de toute cause de corruption de leur cœur et de toute cause de haine envers les gouverneurs pas le biais de leur cassette de propagande et leur livre déviateur et par d’autre choses de ce genre. A nous de craindre Allah sur notre unité et de faire en sorte que les cœurs s’allie avec les gouverneurs.

A ceux qui sont connus dans l’incitation des jeunes et qui touchent leurs émotions de craindre Allah pour leur religion, de craindre Allah pour leur peuple, de retourner vers la vérité, car la vérité est ancienne. Qu’ils marchent sur ce qu’avait dit Omar IbnoulKhatab : « Que ton acte d’hier ne t’empêche de retourner vers la vérité car la vérité est ancienne ».

Ils doivent réparer ce qu’ils ont corrompu avec leur parole dans le cœur des musulmans concernant leurs dirigeants. Celui qui perce le droit du gouverneur musulman Allah n’acceptera pas son repenti tant qu’il ne répare pas le trou. Aux prédicateurs de laisser les généralités que leurs interlocuteurs pourraient interpréter comme ils veulent. Qu’ils laissent les faux sous-entendus qui suscitent des réactions. Ceci prouve la déviation de leur idéologie qui ne profite à personne et qui ne peut réveiller les consciences.

A nous tous de craindre Allah pour notre peuple. Le devoir de ceux qui ont des studios d’enregistrement et de ceux qui disposent de maisons d’édition est de craindre Allah le Très Haut. Ils doivent savoir que s’ils guident les gens vers la droiture avec une bonne intention ils auront une grande récompense. Mais s’ils causent l’égarement des gens, ils auront le péché de celui qui a été égaré à travers leurs cassettes ou leurs livres. Ils doivent craindre Allah pour eux et pour leur peuple.

A ceux qui font les sermons et aux enseignants de craindre Allah sur ce qu’ils disent à leurs interlocuteurs. Aujourd’hui ils parlent et demain ils seront debout devant Allah pour répondre aux questions. Alors qu’ils fassent que les réponses soient justes. Et je jure par le Seigneur de la Kaaba qu’il n’y a de réponse juste que dans la sounna du prophète صلى الله عليه و سلم (Non. Par ton Seigneur. Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leur dispute et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé et qu’ils se soumettent complètement à ta sentence )

Aux responsables, à tous les niveaux, de craindre Allah Le Très Haut et de s’accoler à la législation d’Allah, et de craindre Allah le Très Haut quant à leur responsabilité. Qu’ils fassent des efforts pour les conseillez en instaurant tout ce qui est propice au bien et à la droiture et en repoussant toute cause de corruption. Si nous voulons cerner le problème, si nous voulons faire partie des réparateurs, alors il nous incombe de mettre en garde contre le fait de rendre mécréants par des personnes inappropriées et sur des personnes qui ne le méritent pas. Le fait de rendre mécréant est une chose grave et les séquelles sont terribles dans la mesure où juger qu’un musulman est sorti de l’Islam a beaucoup de conséquences.

Le musulman doit savoir qu’il se doit de retenir sa langue et son cœur de ce danger. Et qu’il ne lui ait pas permis de rendre mécréant que celui qu’Allah et son prophète ont rendu mécréants par la voie législative. Le fait de rendre mécréant, c’est parler sur Allah et ceci n’est permis qu’avec la science. Allah le Très Haut dit (Dis : ‘Certes mon Seigneur a interdit les turpitudes tant apparentes que cachés, de même que le péché ; l’agression sans droit et le fait d’associer à Allah ce dont il n’a fait descendre aucune preuve et le fait de dire sur Allah ce que vous ne savez pas). Il a mis le fait de parler sur Allah sans science au-dessus de l’association.

Allah le Très Haut dit (Et ne poursuit pas ce dont tu n’as aucune connaissance, certes l’ouïe, la vue et le cœur : sur tout cela, en vérité, on sera interrogé). Il doit savoir que celui dont la foi est établie avec certitude, alors cette foi ne peut se perdre qu’avec certitude. Le musulman qui dit à un musulman Ô mécréant, alors l’un d’entre eux a mérité ce qualificatif. Le prophète صلى الله عليه و سلمdit : « Dès qu’un musulman dit à un autre musulman qu’il est un mécréant alors il est mécréant. Mais si ce n’est pas vrai, alors c’est celui qui le dit qui est mécréant ». صلى الله عليه و سلم dit « Si un homme dit à son frère ô mécréant, c’est comme s’il l’avait tué ». Le devoir du musulman c’est d’acquérir la science avant de parler. Qu’il demande et qu’il vérifie. Si le musulman ne doit pas accuser son prochain d’une turpitude parmi les turpitudes qu’avec certitude, comme le soleil en plein jour, comment donc pourra-t-il le faire pour une chose aussi mauvaise et aussi grave ? La turpitude la plus immense qu’Allah ne pardonne pas si on meure avec, la mécréance envers Allah. Si taxer une personne de mécréant fait partie de ce qui inquiète le peuple, comme le fait de rendre mécréant les dirigeants ou rendre mécréant le peuple lui-même, alors la chose est d’autant plus importante. Il n’est pas possible de tomber dessus qu’en regroupant trois choses :

La première : La mécréance doit être visible, claire, limpide, sans équivoque.

La deuxième : Qu’on en ait la certitude absolue.

La troisième : Que le jugement vienne de ceux qui ont la science parmi les savants.

‘Oubata Ibn Saamit dit « Le prophète صلى الله عليه و سلم nous a appelé et nous avons accepté l’allégeance. Il nous a demandé de l’écouter et de le suivre dans le bonheur ou dans l’amertume, dans le difficile ou dans le facile, même s’il nous désavantage [sur les biens mondains), et que nous ne disputions pas les rôles d’autrui. » Le prophète صلى الله عليه و سلم dit « sauf si vous voyez une mécréance limpide en Allah avec des preuves ». Le prophète صلى الله عليه و سلم dit « Vos meilleurs dirigeants sont ceux que vous aimez et qui vous aiment, dont vous priez pour eux et qui prient pour vous. Les pires dirigeants sont ceux que vous haïssez et qui vous haïssent, que vous maudissez et qui vous maudissent ». Ils disent : Ô envoyé d’Allah doit on les confronter avec nos épées ? Il dit « Non, tant qu’ils accomplissent avec vous la prière ». Si vous voyez chez vos dirigeants des choses que vous n’aimez pas, détestez son acte mais n’arrêtez pas de le suivre. Allah dit à propos des hypocrites (Quand leur parvient une nouvelle rassurante ou alarmante, ils la diffusent. S’ils la rapportaient au messager et aux détenteurs du commandement parmi eux, ceux d’entre eux qui cherchent à être éclairés auraient appris.) La situation des hypocrites et manifestants est lorsqu’il leur arrive une nouvelle pouvant inquiéter le peuple, ils la prennent et la diffuse. Alors que les gens de la foi et la science, les gens de la sounna eux, renvoient les choses vers la sounna du prophète صلى الله عليه و سلم et vers les savants. Ce n’est pas n’importe quel savant qui va en parler mais ceux qui cernent les choses parmi les gens de science.

Notre devoir à nous tous est de nous cramponner à cette guidée, cette droiture et de la divulguer et de ne pas suivre les sentiments et les épreuves. Les épreuves « sont savoureuses quand elles allaitent mais améres quand elles sèvrent ». Elles sont délicieuses pour les instigateurs au début car ils se limitent aux paroles. La parole est délicieuse mais peut détruire la personne. La personne ne peut y échapper qu’en se cramponnant à la législation. A nous tous de nous accoler à la législation de notre Seigneur et de ne pas diriger les choses par notre langue. A nous tous de plier les genoux devant nos grands savants, d’apprendre d’eux et de prendre leur vision. Aux étudiants et aux jeunes d’aller vers les savants pour apprendre d’eux, pour prendre d’eux et de prêter attention à leurs avis.

A nous, chers bien aimés en Allah, de prendre garde face aux obstacles sur notre chemin. Ils y a des chaines qui diffusent des ambigüités pour corrompre notre foi, pour corrompre notre sécurité. Des chaines qui se disent régulatrices mais, par Allah, elles sont les bases de la corruption et des épreuves. Des gens qui portent le turban de savants, qui laissent pousser leur barbe, qui montrent leur attachement à la sounna, mais qui ne suivent pas en réalité la sounna du prophète صلى الله عليه و سلم par rapport à ce qu’il a enseigné et clarifié. Ils parlent aux gens et les appelle à rendre mécréants et à faire une guerre sainte imaginaire. A nous tous de mettre en garde contre eux, de se détourner d’eux et de s’accoler à nos savants. Je jure par Allah que nous ne cesserons d’être dans le bien tant que nous honorons nos savants, tant que nous nous accolons à eux.

Ensuite chers frères en Allah, il y a des gens qui sont traumatisés par les attentats, qui se sont retournés contre l’islam avec des critiques et ont dénigré des choses dans la législation dont personne n’a le droit de douter : comme la guerre sainte, l’alliance par Allah, le désaveu par Allah. Ils disent : la cause de la déviation des jeunes est le cramponnement de l’état à l’islam et la manière dont il gère la population. Et que le devoir de l’état est de revoir son attachement à la religion. Et que la cause de cette déviation est le cramponnement à tout ce qui vient du prophète صلى الله عليه و سلم, ainsi que l’importance portée à la mémorisation du coran et donnée à l’enseignement, et d’autres remarques de ce genre à travers leurs propos dangereux qui peuvent mener son auteur à la mécréance – qu’Allah nous en préserve - . Ceci est une grave déviation et une grande turpitude. Tout ce qui vient du prophète صلى الله عليه و سلم est miséricorde pour tous les humains, il est aussi confort et profit. Allah Le Très Haut dit : (Et nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour l’univers). Je jure par Allah, ensuite je jure par Allah, ensuite je jure par Allah que ce pays n’est bénit, qu’il n’est uni et n’a de faveur que grâce à son attachement à l’Islam et à son respect pour les religieux. Si les habitants s’attachent davantage à autre chose alors Allah les rabaissera, qu’Allah nous en préserve.

A nous tous, dirigeants et dirigés, de former un seul rang, en nous cramponnant au Live de notre Seigneur et à la souna de notre prophète. Nous devons appeler vers le bien et le profit, nous devons nous aimer les uns les autres et nous unir et nous devons vivre en parfaite entente, quoi qu’il arrive. A nous, chers bien aimés, dirigeants et dirigés, de nous conformer aux règles que le prophète صلى الله عليه و سلم nous a édité. C’est en nous cramponnant à cela que nous aurons le bien, le confort, la réussite. Et celui qui s’en détourne ménera son peuple vers la corruption. Ce sont quatre règles qui ne demandent pas trop d’effort pour les mémoriser.

La premère : Craindre Allah sur toutes les choses grandes ou petites, paroles ou actes.

La deuxième : Ecouter et suivre celui qu’Allah a donné la diligence des choses même si on n’aime pas sa manière de gouverner.

La troisième : Se cramponner à la sounna de notre prophète صلى الله عليه و سلم

La quatrième : Délaisser les inventions et les innovations dans toutes ses formes et couleurs, dans les idéologies et dans les adorations, dans les méthodologies, dans les paroles et dans les actes. Notre bien aimé et prophète صلى الله عليه و سلم nous a conseillé cela lors de son mémorable conseil d’adieu à son peuple. ‘Irbaad ibn Saariya dit : un jour le prophète صلى الله عليه و سلم dirigea la prière du matin, ensuite il s’est mis face nous. Il nous adressa un sermon qui fit frissonner notre cœur et fit sortir nos larmes. Nous lui dimes, ô envoyé d’Allah, on dirait un adieu, conseille nous encore. Que leur a-t-il conseillé le prophète صلى الله عليه و سلم en adieu ? Le prophète صلى الله عليه و سلم dit : « Je vous conseille de craindre Allah et d’écouter et de suivre, même si cela vient d’un esclave d’éthiopie. Celui qui vivra après moi parmi vous verra beaucoup de divergeances. Je vous exhorte à ma sounna et à celle des califes droits et bien guidés. Cramponnez-vous en avec vos molaires. Méfiez vous des choses inventées, toute invention est innovation, toute innovation est égarement ».

Ö vous qui faites du bien, ô vous qui êtes jaloux de votre religion, ô vous qui voulez réformer, ô vous qui craignez pour ce pays, ô vous qui craignez ces inventions, ô vous qui voulez du bien pour le pays, je vous exhorte à vous cramponner à la sounna. Prenez le conseil de votre bien aimé et choisi. Ô vous les musulmans, vous les jeunes, la réussite et le bonheur se trouvent dans la sounna du prophète صلى الله عليه و سلم . Tout le mal réside dans la divergeance avec la sounna, même s’il est décoré par les décorateurs, même si les éloquents parlent, même s’il est orné par les parleurs. A nous tous de craindre Allah le Très Haut pour notre peuple, de craindre Allah pour notre vie présente, de craindre Allah pour nos familles.
Je prie Allah le Très Haut, par ses jolis noms et ses attrubuts élevés, de semer dans notre cœur le désir de le suivre et d’unir notre parole et notre rang en une seule parole. Je prie Allah le Très Haut, par ses beaux noms et par ses attributs élevés, d’installer dans notre cœur l’entente et l’amour réciproque. Ô Toi notre Seigneur, nous cherchons protection auprés de Toi contre les épreuves visibles et invisibles. Ô Allah guide les égarés parmi les jeunes musulmans, Ô Allah guide les égarés parmi les jeunes musulmans, Ô Allah guide les égarés parmi les jeunes musulmans. Mes biens aimés en Allah, j’ai voulu tenir ces paroles comme conseil envers Allah, envers son prophète et envers les dirigeants. Je n’ai dit que ce dont je suis certain. Je jure par Allah et je jure par celui qui connait l’apparent et ce qui est caché dans les cœurs, si j’étais certain que la religion signifiait le contraire de ce que j’ai exposé, alors je n’aurai dit que ce qu’elle signifie. Mais c’est cela la religion que le prophèteصلى الله عليه و سلم a clarifié. Allah est le plus savant, prière et salut sur Mouhammad, sur sa famille et sur ses compagnons.
source

Partager cet article

Repost 0
Published by Salafiya contre terrorisme - dans salafiya-contre-terrorisme
commenter cet article

commentaires