Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 janvier 2007 6 06 /01 /janvier /2007 14:30
Le terrorisme correspond à effrayer, à faire peur et à épouvanter ; on dit :
« Il l’a terrorisé : c’est-à-dire il l’a effrayé et il lui a fait peur »

Et c’est ainsi que la parole d’Allah (qu'Il soit exalté) fut interprétée :
وَاسْتَرْهَبُوهُمْ وَجَاءوا بِسِحْرٍ عَظِيمٍ

{Et ils leur inspirèrent de la frayeur, et apportèrent une très grande magie}

[Al-‘Aaraaf : 116]


Et le Coran a parlé de certains aspects du terrorisme ; parmi ceux-ci, ce qu’Allah (qu'Il soit exalté) a mentionné au sujet de ceux qui commettaient la corruption dans le peuple de Thamoud dans Sa parole (qu'Il soit exalté) :
وَكَانَ فِي الْمَدِينَةِ تِسْعَةُ رَهْطٍ يُفْسِدُونَ فِي الْأَرْضِ وَلَا يُصْلِحُونَ
قَالُوا تَقَاسَمُوا بِاللَّهِ لَنُبَيِّتَنَّهُ وَأَهْلَهُ ثُمَّ لَنَقُولَنَّ لِوَلِيِّهِ مَا شَهِدْنَا مَهْلِكَ أَهْلِهِ وَإِنَّا لَصَادِقُونَ

{Et il y avait dans la ville un groupe de neuf individus qui semaient le désordre sur terre et ne faisaient rien de bon. Ils dirent : « Jurons par Allah que nous l’attaquerons la nuit, lui et sa famille ». Ensuite, nous dirons à celui qui est chargé de le venger : « Nous n’avons pas assisté à l’assassinat de sa famille, et nous sommes sincères »}

[An-Naml : 48-49]



Et parmi les aspects du terrorisme de Pharaon lorsque les sorciers crurent en Allah :

فَلَأُقَطِّعَنَّ أَيْدِيَكُمْ وَأَرْجُلَكُم مِّنْ خِلَافٍ وَلَأُصَلِّبَنَّكُمْ فِي جُذُوعِ النَّخْلِ وَلَتَعْلَمُنَّ أَيُّنَا أَشَدُّ عَذَابًا وَأَبْقَى

{Je vous ferai sûrement, couper mains et jambes opposées, et vous ferai crucifier aux troncs des palmiers, et vous saurez, avec certitude, qui de nous est plus fort en châtiment et qui est le plus durable}

[Taha : 71]


Et parmi les aspects du terrorisme, ce que les versets ont mentionné au sujet des gens du fossé pour lesquels des fossés furent creusés et on y alluma le feu, puis ils furent jetés vivants dans le feu ; Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

إِنَّ الَّذِينَ فَتَنُوا الْمُؤْمِنِينَ وَالْمُؤْمِنَاتِ ثُمَّ لَمْ يَتُوبُوا فَلَهُمْ عَذَابُ جَهَنَّمَ وَلَهُمْ عَذَابُ الْحَرِيقِ

{Ceux qui font subir des épreuves aux croyants et aux croyantes, puis ne se repentent pas, auront le châtiment de l’Enfer et le supplice du feu}

[Al-Bourouj : 10]


Et à notre époque, le terrorisme représente l’affaire la plus importante et le danger de l’avenir ; il naît d’une erreur dans la croyance, la pensée et le comportement, ainsi qu’un refus de vivre avec la réalité et de construire l’avenir ; et il se peut qu’il soit le résultat d’une convoitise mondaine, ou d’un désespoir psychologique, ou d’une mauvaise vengeance.


Et parmi les aspects du terrorisme, ces actes de destruction qui se sont produits dans notre pays ; des actes qui détruisent et ne construisent pas, qui font peur et n’apportent pas la sécurité, qui corrompent et ne mènent pas à la réforme, qui causent du tort et ne sont pas utiles, mais au contraire, ils ont engendré un grand mal et beaucoup de préjudices aux sociétés et aux individus.


Et ce qui a été le plus difficile pour les gens de l’Islam, le fait que ceux qui sont responsables de ces actes de destruction sont certains parmi les enfants des musulmans qui ont été trompés par les diables parmi les hommes et les génies, qui les ont détournés du droit chemin, et ils devinrent alors des armes dirigées vers l’Islam et les musulmans avec les actes blâmables qu’ils ont accomplis et qui ne sont plus cachés, car les gens les ont vus, ils ont souffert à cause de ces actes et ils ont été témoins contre ceux qui les ont commis - qu’Allah nous en protège-. Et parmi ces actes : le fait qu’ils ont accusé les musulmans d’apostasie, ils ont tué des infidèles autorisés à séjourner en terre d’Islam, ils ont désobéi au dirigeant, ils ont saccagé les propriétés et les richesses, ils ont troublé la sécurité, ils ont effrayé les gens vivant en sécurité dans ce pays et ils ont causé le désordre.


Et ici, nous ne devons pas mettre l’erreur sur toute la communauté islamique, car le terrorisme n’a aucun lien avec une religion, ou un pays ou une communauté, mais c’est la marchandise du diable et il l’implante dans la pensée de ceux qui sont égarés et dont les actions sont vaines.


Et le danger du terrorisme s’est propagé dans le monde et ses étincelles se sont éparpillées ; et à cause du danger qu’il représente, les voix se sont élevées pour appeler à la nécessité de faire face à ce terrorisme et de l’arrêter, de définir sa signification et d’exposer ses formes et ses aspects ; tout comme les organisations se sont appelées, les congrès se sont réunis, et cette affaire a été mise sur la table de la recherche pour l’étude objective et l’analyse scientifique précise.


Nous devons comprendre que l’Islam est plus élevé et plus honorable que ces mauvais comportements et ces croyances égarées ; et plus exactement, l’Islam est un argument contre les musulmans avec ses lois et sa législation ; donc, celui qui connaît véritablement l’Islam, connaît la vérité, car celui qui connaît la vérité, connaît ceux qui la suivent.


Et ces mauvais comportements montrent la croyance de ceux qui commettent ces actes, et leurs pensées qui dévient du droit chemin et qui s’opposent aux chemins de la religion et aux méthodes prophétiques, lorsqu’ils s’écartèrent du chemin droit d’Allah, s’opposèrent à la vérité évidente et eurent des compréhensions opposées à tous les savants respectés de la communauté.


Et ce qui est étonnant, est la ruse de certaines personnes rancunières lorsqu’ils exagérèrent et dirent du mal des valeurs et des principes de l’Islam, de l’appel à Allah et des prédicateurs en déformant les réalités afin de comploter contre l’Islam, et d’effrayer les gens de la religion et de l’attachement à la religion ; et ceci est une falsification évidente pour les générations, et un mensonge énorme que leurs cœurs malades et leurs plumes empoisonnées ont dicté. Ils ont propagé que les musulmans et ceux qui appellent à l’Islam ne sont que des terroristes qui répandent la terreur et la peur. Lorsque nous refusons le terrorisme et le condamnons, nous désapprouvons ceux qui pêchent en eau trouble, qui altèrent les valeurs de la religion, et qui se servent de la vague de terrorisme afin d’attaquer les bases de la religion, et c’est comme s’il n’y avait de violence que chez les musulmans.


Et nous sommes certains que ces événements sont une situation accidentelle, et que par la grâce d’Allah, les brèches des mauvais comportements et de la pensée erronée disparaîtront avec la prise de conscience et l’information, ainsi que la force.


Et la gloire éclatante de l’Islam est inscrite avec de l’encre de lumière depuis l’époque de la prophétie, puis l’époque des califes bien guidés jusqu’à nos jours, et l’humanité n’a connu une sécurité, une paix et une justice brillante qu’avec l’Islam ; l’Islam a précédé toutes les lois pour la lutte contre le terrorisme et la protection des sociétés contre ses préjudices ; et premièrement, avec la protection de l’homme, la protection de sa vie, de son honneur, de son argent, de sa religion et de son cerveau, à travers des limites claires que l’Islam a interdit de transgresser ; Allah a dit (qu'Il soit glorifié) :

وَمَن يَتَعَدَّ حُدُودَ اللّهِ فَأُوْلَـئِكَ هُمُ الظَّالِمُونَ

{Et ceux qui transgressent les ordres d’Allah, ceux-là sont les injustes}

[Al-Baqara : 229]


C’est une religion qui protège la vie et la dignité humaine, et elle considère quiconque tue une personne sans raison légale [dans la religion] comme ayant tué tous les hommes, Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

مِنْ أَجْلِ ذَلِكَ كَتَبْنَا عَلَى بَنِي إِسْرَائِيلَ أَنَّهُ مَن قَتَلَ نَفْسًا بِغَيْرِ نَفْسٍ أَوْ فَسَادٍ فِي الأَرْضِ فَكَأَنَّمَا قَتَلَ النَّاسَ جَمِيعًا وَمَنْ أَحْيَاهَا فَكَأَنَّمَا أَحْيَا النَّاسَ جَمِيعًا

{C'est pourquoi Nous avons prescrit pour les enfants d'Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c'est comme s'il faisait don de la vie à tous les hommes}

[Al-Maa’idah : 32]


Et pour la réalisation de cette dignité, l’Islam a interdit l’injustice de l’homme envers son frère l’homme, et il a interdit tout acte qui engendre l’injustice envers lui ; Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

قُلْ إِنَّمَا حَرَّمَ رَبِّيَ الْفَوَاحِشَ مَا ظَهَرَ مِنْهَا وَمَا بَطَنَ وَالإِثْمَ وَالْبَغْيَ بِغَيْرِ الْحَقِّ

{Dis : "Mon Seigneur n'a interdit que les turpitudes (les grands péchés), tant apparentes que secrètes, de même que le péché, l'agression sans droit…}

[Al-‘Aaraaf : 33]


Et l’Islam a blâmé ceux qui nuisent aux hommes sur terre, comme dans la parole d’Allah (qu'Il soit exalté) :

وَإِذَا تَوَلَّى سَعَى فِي الأَرْضِ لِيُفْسِدَ فِيِهَا وَيُهْلِكَ الْحَرْثَ وَالنَّسْلَ وَاللّهُ لاَ يُحِبُّ الفَسَادَ

وَإِذَا قِيلَ لَهُ اتَّقِ اللّهَ أَخَذَتْهُ الْعِزَّةُ بِالإِثْمِ فَحَسْبُهُ جَهَنَّمُ وَلَبِئْسَ الْمِهَادُ

{Dès qu'il tourne le dos, il parcourt la terre pour y semer le désordre et saccager culture et bétail. Et Allah n'aime pas le désordre! Et quand on lui dit : "Redoute Allah", l'orgueil criminel s'empare de lui. L'Enfer lui suffira, et quel mauvais lit, certes!}

[Al-Baqara : 205-206]


L’Islam est la religion de miséricorde, et sa miséricorde s’est étendue afin d’englober les animaux, les plantes et tous les domaines de la vie ; le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) n’a-t-il pas mentionné qu’un homme entra au Paradis parce qu’il abreuva un chien, et qu’une femme entra en Enfer à cause d’une chatte qu’elle enferma sans la nourrir et sans la laisser manger des choses de la terre ?


Le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) n’a-t-il pas exhorté au peuplement de la terre et à faire revivre les terrains non-cultivés n’appartenant à personne, en disant (qu'Allah prie sur lui et le salue) :
(Quiconque fait revivre une terre morte, celle-ci lui appartient) ?

Voilà le chemin de l’Islam qui est la religion du peuplement et de la construction et qui n’est pas la religion de la destruction et de la corruption ; l’Islam a combattu le terrorisme en interdisant tout moyen qui n’est pas permis dans l’Islam et que l’on utilise afin d’atteindre un but prescrit ; donc, la fin ne justifie pas les moyens dans l’Islam, il faut que le but soit légal dans l’Islam, ainsi que le moyen utilisé pour atteindre ce but. Et ceci pour la réalisation de la stabilité, et afin que la sécurité et la tranquillité se répandent dans les sociétés islamiques et non islamiques.


Notre religion est la religion de la justice et de la bienfaisance, les musulmans ont reçu l’ordre d’être justes envers leurs frères dans l’Islam et ceux qui ne sont pas leurs frères.


Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

إِنَّ اللّهَ يَأْمُرُ بِالْعَدْلِ وَالإِحْسَانِ وَإِيتَاء ذِي الْقُرْبَى وَيَنْهَى عَنِ الْفَحْشَاء وَالْمُنكَرِ وَالْبَغْيِ يَعِظُكُمْ لَعَلَّكُمْ تَذَكَّرُونَ

{Certes, Allah commande l'équité, la bienfaisance et l'assistance aux proches. Et Il interdit la turpitude, l'acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous souveniez}

[An-Nahl : 90]


Et notre Seigneur (qu'Il soit béni et exalté) a dit :

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ كُونُواْ قَوَّامِينَ لِلّهِ شُهَدَاء بِالْقِسْطِ

{O vous qui avez cru ! Soyez stricts (dans vos devoirs) envers Allah, et (soyez) des témoins équitables}

[Al-Maa’idah : 8]


C’est-à-dire
« témoins de la justice » : vous dites ce qui est juste, vous pratiquez la justice et vous la mettez en application sur vous et sur les autres…
وَلاَ يَجْرِمَنَّكُمْ شَنَآنُ قَوْمٍ أَن صَدُّوكُمْ عَنِ الْمَسْجِدِ الْحَرَامِ أَن تَعْتَدُواْ وَتَعَاوَنُواْ عَلَى الْبرِّ وَالتَّقْوَى

{Et ne laissez pas la haine pour un peuple qui vous a obstrué la route vers la Mosquée sacrée vous inciter à transgresser. Entraidez-vous dans l'accomplissement des bonnes œuvres et de la piété}

[Al-Maa’idah : 2]


C’est-à-dire que votre hostilité envers certaines personnes ne vous pousse pas à être injustes.


Et Allah n’a pas interdit aux musulmans d’être bienfaisants envers les non musulmans et d’avoir une bonne relation avec eux, s’ils ne combattent pas les musulmans et ne les font pas sortir de chez eux, comme Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

لَا يَنْهَاكُمُ اللَّهُ عَنِ الَّذِينَ لَمْ يُقَاتِلُوكُمْ فِي الدِّينِ وَلَمْ يُخْرِجُوكُم مِّن دِيَارِكُمْ أَن تَبَرُّوهُمْ وَتُقْسِطُوا إِلَيْهِمْ إِنَّ اللَّهَ يُحِبُّ الْمُقْسِطِينَ

{Allah ne vous défend pas d'être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables}

[Al-Moumtahinah : 8]


Notre religion a ordonné d’obéir au dirigeant du pays, Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ أَطِيعُواْ اللّهَ وَأَطِيعُواْ الرَّسُولَ وَأُوْلِي الأَمْرِ مِنكُمْ

{O vous qui avez cru ! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d'entre vous qui détiennent le commandement}

[An-Nissaa : 59]


Et le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Quiconque voit de son dirigeant une chose qu’il déteste, doit patienter ; car quiconque se sépare du groupe [des musulmans] d’un empan, puis meurt, mourra alors en étant sur l’ignorance de l’époque préislamique)

(Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim)


Notre religion a ordonné de s’éloigner de tout ce qui provoque la tentation entre les gens, et elle a averti contre les dangers de cela ; Allah (qu'Il soit glorifié) a dit :

وَاتَّقُواْ فِتْنَةً لاَّ تُصِيبَنَّ الَّذِينَ ظَلَمُواْ مِنكُمْ خَآصَّةً وَاعْلَمُواْ أَنَّ اللّهَ شَدِيدُ الْعِقَابِ

{Et craignez une calamité qui n'affligera pas exclusivement les injustes d'entre vous. Et sachez qu'Allah est dur en punition}

[Al-Anfaal : 25]


L’Islam a orienté l’individu et le groupe vers la modération, et à extirper les penchants criminels et extrémistes, et toutes les exagérations dans la religion qui y mènent, car dans cela se trouve une destruction sûre ; le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Méfiez-vous de l’exagération [de l’excès] dans la religion, car ceux qui vous ont précédés ont été détruits à cause de l’excès dans la religion)

(Rapporté par Ahmed et An-Nassaa’i)


Et l’Islam a traité les penchants des hommes conduisant à l’intimidation, au terrorisme, au fait d’effrayer les gens et à tuer sans raison légale ; le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Il est interdit à un musulman d’effrayer un musulman)

(Rapporté par Abou Daawoud)


Et il a dit (qu'Allah prie sur lui et le salue) :

(Quiconque pointe un morceau de fer dans la direction de son frère, les anges le maudissent jusqu’à ce qu’il arrête, même s’il est son frère de père et mère)

(Rapporté par Mouslim)


Dans notre religion, Allah a légiféré le châtiment [la punition] pour ceux qui sèment la corruption sur terre en commettant le crime de la corruption qui consiste à effrayer les innocents, à les tuer et à affaiblir leur communauté ; Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

إِنَّمَا جَزَاء الَّذِينَ يُحَارِبُونَ اللّهَ وَرَسُولَهُ وَيَسْعَوْنَ فِي الأَرْضِ فَسَادًا أَن يُقَتَّلُواْ أَوْ يُصَلَّبُواْ أَوْ تُقَطَّعَ أَيْدِيهِمْ وَأَرْجُلُهُم مِّنْ خِلافٍ أَوْ يُنفَوْاْ مِنَ الأَرْضِ

{La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s'efforcent de semer la corruption sur la terre, c'est qu'ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu'ils soient expulsés du pays}

[Al-Maa’idah : 33]


Et ce sera alors pour lui la grande humiliation pour ce qu’il a accompli dans la société.


Et dans notre religion, notre méthode concernant l’appel à l’Islam est basée sur l’argumentation et les preuves, elle n’oblige personne à entrer dans son appel, bien qu’il espère que les gens trouvent la douceur et la foi :

أَوَلَمْ يَكْفِهِمْ أَنَّا أَنزَلْنَا عَلَيْكَ الْكِتَابَ يُتْلَى عَلَيْهِمْ إِنَّ فِي ذَلِكَ لَرَحْمَةً وَذِكْرَى لِقَوْمٍ يُؤْمِنُونَ

{Ne leur suffit-il donc point que Nous ayons fait descendre sur toi le Livre et qu'il leur soit récité ? Il y a assurément là une miséricorde et un rappel pour des gens qui croient}

[Al-‘Ankabout : 51]


فَذَكِّرْ إِنَّمَا أَنتَ مُذَكِّرٌ

{Eh bien, rappelle ! Tu n'es qu'un rappeleur}

[Al-Ghaachiyah : 21]


وَمَا أَنتَ عَلَيْهِم بِجَبَّارٍ

{Tu n'as pas pour mission d'exercer sur eux un contrainte}

[Qaf : 45]


إِنْ عَلَيْكَ إِلَّا الْبَلَاغُ

{Tu n'es chargé que de transmettre [le message]}

[Ach-chouraa : 48]


Et l’Islam ne s’est propagé que grâce à la sagesse de ses hommes, à la force de leur foi et parce qu’ils étaient bien guidés par la parole d’Allah (qu'Il soit exalté) :

ادْعُ إِلِى سَبِيلِ رَبِّكَ بِالْحِكْمَةِ وَالْمَوْعِظَةِ الْحَسَنَةِ وَجَادِلْهُم بِالَّتِي هِيَ أَحْسَنُ

{Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon}

[An-Nahl : 125]


Le Saint Coran a exposé clairement qu’il n’y a aucune contrainte en religion, Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

لاَ إِكْرَاهَ فِي الدِّينِ

{Nulle contrainte en religion !}

[Al-Baqara : 256]


Les musulmans n’ont jamais contraint une personne à entrer dans l’Islam et ils ne contraindront jamais personne, et les événements de l’histoire indiquent cela ; et il n’a jamais été prouvé dans le passé que les musulmans ont contraint une personne à entrer dans l’Islam, et ainsi la réalité est démontrée que l’Islam ne s’est pas propagé par l’épée. Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

أَفَأَنتَ تُكْرِهُ النَّاسَ حَتَّى يَكُونُواْ مُؤْمِنِينَ

{Est-ce à toi de contraindre les gens à devenir croyants ?}

[Younous : 99]


Notre religion est pour tout le monde et elle appelle le monde entier à la guidée, la lumière, au Coran et à la Sounnah d’une bonne manière, avec le dialogue constructif, et la discussion de la meilleure façon :

وَمَا أَرْسَلْنَاكَ إِلَّا رَحْمَةً لِّلْعَالَمِينَ

{Et Nous ne t'avons envoyé qu'en miséricorde pour l'univers}

[Al-Anbiyaah : 107]


وَلَا تُجَادِلُوا أَهْلَ الْكِتَابِ إِلَّا بِالَّتِي هِيَ أَحْسَنُ

{Et ne discutez que de la meilleure façon avec les gens du Livre}

[Al-Ankabout : 46]


Et Omar ibn Abdel-Aziz (qu'Allah lui fasse miséricorde) a dit :

« Allah a envoyé Mohammed (qu'Allah prie sur lui et le salue) avec la vérité en tant que guide et il ne l’a pas envoyé en tant que percepteur [collecteur]. »


Voilà notre religion, et nos valeurs ne sont pas basées sur des sentiments de révolte, sur un enthousiasme (ardeur) irréfléchi, et elle n’est pas trompée par les slogans retentissants, mais elle est fondée sur des bases et des règles dans lesquelles se trouvent des lois, la précision et une législation renfermant des textes expressifs que les musulmans suivent, Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

قُلْ هَـذِهِ سَبِيلِي أَدْعُو إِلَى اللّهِ عَلَى بَصِيرَةٍ أَنَاْ وَمَنِ اتَّبَعَنِي

{Dis : "Voici ma voie, j'appelle les gens à la religion d'Allah, moi et ceux qui me suivent, nous basant sur une preuve évidente}

[Youssouf : 108].
Afin d’être protégé contre le terrorisme, nous devons éduquer les jeunes de la communauté selon le Livre d’Allah et la Sounnah du prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) ; il faut une prise de conscience générale de l’importance de la modération et du juste milieu dans la pensée, le comportement et les actions ; et nous devons expliquer le comportement correcte dans les relations avec ceux qui s’opposent à nous. Et les savants pieux et des prédicateurs qui s’accrochent à la Sounnah du meilleur des messagers, doivent assumer leur rôle, et il est évident que leur mission concernant les étudiants en science religieuse à ce niveau est très importante, leur responsabilité est grande et leur position est sensible et précise.

Et parmi les moyens de protection contre le terrorisme : répandre la science correcte qui fait disparaître l’obscurité, qui empêche de dévier du droit chemin, et qui corrige la compréhension ; comme cela s’est produit avec les kharijites qui se sont révoltés contre Ali (qu'Allah soit satisfait de lui) qui interprètent le Coran d’une mauvaise façon et le comprirent d’une façon incorrecte, et le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit à leur sujet :

(Ils lisent le Coran, mais le Coran ne dépasse pas leurs larynx [gosiers].)


Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

وَإِذَ أَخَذَ اللّهُ مِيثَاقَ الَّذِينَ أُوتُواْ الْكِتَابَ لَتُبَيِّنُنَّهُ لِلنَّاسِ وَلاَ تَكْتُمُونَهُ

{Allah prit, de ceux auxquels le Livre était donné, cet engagement : "Exposez-le, certes, aux gens et ne le cachez pas"}

[Aali Imraane : 187]


Et parmi les moyens de protection : l’aide mutuelle des musulmans et leur rassemblement, que ce soient les organisations ou les individus, afin de lutter contre cette pensée, de connaître ses racines et ses causes, et afin de l’anéantir.


Et parmi ces moyens : permettre aux savants et aux prédicateurs de lutter contre cette pensée à travers les chaînes médiatiques, les aider et les soutenir.


Parmi ces moyens : donner de l’importance au fait d’implanter les principes islamiques correctes dans le cœur des enfants, ainsi que fortifier et augmenter les programmes religieux dans les étapes d’enseignement ; et renforcer le rôle de la famille et de l’école afin qu’elles soient des berceaux éducatifs sûres.


Parmi ces moyens : imprimer des livres, des articles et des publications qui montrent l’Islam sous son aspect correcte.


Et parmi ces moyens : discuter avec ceux qui ont des pensées qui dévient du droit chemin, car il faut lutter contre la pensée avec la pensée, les arguments, et la discussion.


Et en conclusion, la définition du terrorisme est toujours imprécise dans le dictionnaire des organisations et les assemblées générales, et aucun accord unanime n’a pu être réalisé sur une définition complète et générale ; et définir les termes est une chose très importante sinon les affaires seront confuses et la vérité sera mélangée à ce qui est faux ; car certaines personnes pensent que le fait que la femme porte le voile est un rigorisme en religion, et le fait qu’elle ne se mélange pas aux hommes est une dureté, et ils pensent que la Sounnah du prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) est un terrorisme. Et il n’y a aucun doute que celui qui protège son pays, glorifie sa communauté, protège son honneur, défend sa religion et sa terre, et se sacrifie pour ses lieux saints, est respecté dans la religion et est un martyr dans l’au-delà, il n’est pas un terroriste comme ils prétendent ; tout comme les peuples ont le droit de faire face à ceux qui s’emparent de leurs pays ou les agressent ; et ceci est un droit naturel qui est une obligation dans la législation et que les lois internationales et les traités reconnaissent.


Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

وَلَمَنِ انتَصَرَ بَعْدَ ظُلْمِهِ فَأُوْلَئِكَ مَا عَلَيْهِم مِّن سَبِيلٍ
إِنَّمَا السَّبِيلُ عَلَى الَّذِينَ يَظْلِمُونَ النَّاسَ وَيَبْغُونَ فِي الْأَرْضِ بِغَيْرِ الْحَقِّ أُوْلَئِكَ لَهُم عَذَابٌ أَلِيمٌ

{Quant à ceux qui ripostent après avoir été lésés, ceux-là pas de voie (recours légal) contre eux ; il n'y a de voie [de recours] que contre ceux qui lèsent les gens et commettent des abus, contrairement au droit, sur la terre : ceux-là auront un châtiment douloureux}

[Ach-Chouraa : 41-42]


alharamainonline.net
Abou Nawoufal Al Maghrebi
http://www.fourqane.com/forum/viewtopic.php?t=152
Repost 0
6 janvier 2007 6 06 /01 /janvier /2007 14:11
Une personne a demandé au grand Savant Cheikh Salih Al-Luhaydan:

Quel doit être la position du Musulman concernant l'oganisation Al Qaîda et concernant la méthodologie ( la voie..) de cette Organisation?.

Dans sa reponse le Cheikh a notament declaré :


" Il n' y a pas doute concernant le fait que ce mouvement [Al Qaîda] ne contient pas de bien et qu'il [ce mouvement] n'est pas le chemin menant à la rectitude et à la reforme [..] "

Pour écouter l'audio en entier :

http://www.alnawader.net/nawader_v/fatawe/listen/lu7idan-alqa3edah.ram

Mounib Abou-Houdeyfa
http://www.fourqane.com/forum/viewtopic.php?t=832
Repost 0
5 janvier 2007 5 05 /01 /janvier /2007 09:56
Sheikh Salih Fawzan Al Fawzan (hafidhahou Allah) sur les attentats suicides et ceux qui les approuvent


Question :
[…]Ceux qui pensent que ces saboteurs [moukharibines], ces terroristes d’entres les Khawaridj sont des martyrs (invoquent pour eux le Paradis) et les soutiennent pour ce qu’ils font [d’accord avec leurs idées], sont-ils considéré comme eux [des Khawaridj] ?

Réponse :
Ceci est pire que les Khawaridj, car [les Khawaridj] n’ont pas commis ce genre d’acte et détruient des constructions alors qu’il y avait des gens à l’intérieur…en les terrorisant ainsi que ceux qui étaient sous la protection des musulmans [al aminin] et les non musulmans d’entres-ceux qui travaillent sous contrat avec l’autorité musulmane [mou’ahadin et mousta’malin]…les Khawaridj n’ont en aucun cas fait cela.

Les Khawaridj se sont écarté du chemin en prenant les armes et ont mené des batailles contre les musulmans, rivalisés entres rivaux… mais de là à faire écrouler une maison alors qu’elle est occupée par ses propriétaire…les Khawaridj ne l’ont pas fait.

Bien qu’ils fussent méprisables et abominables, ils n’ont pas commis ce genre de chose…ce n’est que des actes de sabotages et de destructions [nous demandons la protection d’Allah] ou al ‘iyadhou bi Allah…ce n’est que pour semer la corruption sur terre [ifsad fi al ard], ceux-là « s'efforcent de semer la corruption sur la terre », « alors qu'Allah n'aime pas les semeurs de désordre. »… « Dès qu'il tourne le dos, il parcourt la terre pour y semer le désordre et saccager culture et bétail. Et Allah n'aime pas le désordre ! »[2-205]…ces gens là sont de ce genre [nous demandons la protection d’Allah] ou al ‘iyadhou bi Allah, plus acharné que les Khawaridj et il n’est pas permis de demander la miséricorde d'Allah en leur faveur, ni demander à Allah de leur accorder le Martyr mais leur sort revient à Allah.

Nous ne devons par dire d’eux qu’ils sont mécréants [pour leur Foi], nous ne pouvons savoir quelle est leur croyance [’aquidatihim] et il se peut que cela résulte d’une ignorance [de leur part] et donc, leur sort revient à Allah. Il n’est pas admissible qu’un suicide peut signifier le martyr au contraire, le combat dans le sentier d’Allah c'est jusqu'à ce qu’il soit tué : « Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d'Allah… »…et non ceux qui se sont suicidé [par eux-mêmes] : « Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d'Allah, soient morts. Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus » [3–169]. Il [Allah] dit « qui ont été tués » pas suicidé !

Et Il (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quiconque se suicida d'un tranchant, s'en percera incessamment le ventre dans le feu de la Géhenne où il demeurera éternellement. Quiconque s'empoisonna, absorbera incessamment ce poison dans le feu de la Géhenne où il demeurera éternellement. Quiconque se donna la mort en se précipitant du haut d'une montagne, se précipitera incessamment dans le feu de la Géhenne où il demeurera éternellement". [D'après 'Abû Hurayra (qu'Allah soit satisfait de lui), Sahih de Mouslim [Arabe]: 158

…en aucun cas l’être humain ne doit se suicider…par contre, le fait de combattre dans le sentier d’Allah et affronter [l’ennemi] dans les batailles et les périls, « Oui ! » et donc s’il meurt [pendant ce combat] alors c’est un sacrifice [sa personne] dans le sentier d’Allah s’il visait par ce geste l’éloge de la parole d’Allah [I‘la kalimat Allah] comme l’a dit le prophète (صلى الله عليه و سلم) : " Celui qui combat pour que la parole d'Allah ait le dessus, alors il le fait dans le sentier d’Allah

Sous l’emblème des musulmans et derrière leur commandeur l’Imam des musulmans…ceci est bien le jihad dans le sentier d’Allah et non pas le jihad par trahison, par explosions, par traitrise, en terrorisant [les gens] et [provoquant] la perte inutile des vies et des biens…des innocents. Ceci n’est pas le jihad [combat] dan le sentier d’Allah mais plutôt un acte de traitrise et de trahison et provoquant la corruption sur la terre et c’est de la barbarie que rejette l’Islam.


[Fin de la réponse du Sheikh]

Traduction rapprochée : Ibn Hamza
"…si ce jihad est bien évidement un jihad [combat] légiféré [char’iyan], un jihad [combat] légiféré [char’iyan] !!!
Source :
www.alnawader.net

http://www.fourqane.com/forum/viewtopic.php?t=142
Repost 0
5 janvier 2007 5 05 /01 /janvier /2007 09:40
Appeller Les auteurs des attentats en Arabie Khawaridj !


Question:

Est-il permis d'inclure dans l'apellation "Khawarij" les auteurs d'attentats dans ce Pays, Sachant qu'un groupe parmi eux ne déclare pas mécreant l'auteur de grand pechés ?

Réponse:


Les décrires comme étant des Khawarij est le moins que l'on puisse dire à leur sujet. S'ils rendent licite [leur actions] dans ce cas se sont des Mecréants.

Par contre, s'ils ne rendent pas licite cela mais pensent qu'ils sont recompensés et que cela est un Jihad dans la voie d'Allah, dans ce cas se sont des égarés, leur Madhab est celui des Khawaridj et leur Hukm est celui des Khawaridj.


Source : Ijabati l-Mouhimat Fi Machakil al moulimmati p 79 du Cheikh Salih Al Fawzan.

Traduit  par:Mounib Abou-Houdeyfa

Fourqane
Repost 0
5 janvier 2007 5 05 /01 /janvier /2007 09:37

Les attentats suicides
 dans la balance de la loi islamique

l’Imam Mouhammad Nasiroudîn Al-Albani (Qu'Allah lui fasse Miséricorde)

 Question : Il a été rapporté que vous ne sanctionnez pas les missions suicides. Nous cherchons donc de vous une clarification de la question.  

Réponse : Il est unanimement connu parmi les savants qu’il n’est pas permis à un musulman de se suicider pour se délivrer d'une calamité – financière, maladie douloureuse en phase terminale ou toute autre chose qui lui arrive. Le suicide pour se délivrer de ces types de difficulté est sans aucun doute interdit (Haram).  

Il y a des hadiths rapportés dans Sahih Al-Boukhari et Sahih Mouslim qui expriment qu'une personne prenant sa propre vie en consommant du poison ou par tout autre moyen (qui aboutit à sa mort) sera puni par ce même mode de mort jusqu'au Jour de la Résurrection.

Certains savants en ont déduit que la personne qui se suicide meurt en tant que mécréant car celui qui commet un tel acte a de la malveillance et du dédain pour son Seigneur à cause des désastres auxquels il a fait face sans patience. Sans aucun doute, (un vrai) musulman ne pourrait jamais arriver au point d’envisager un acte si atroce, sans même parler du fait de prendre sa propre vie. Dans la plupart des cas, l'individu qui prend sa propre vie n'est pas un vrai croyant.

Néanmoins, il est imaginable qu'un musulman puisse être affecté par une idéologie mauvaise et contagieuse qui peut le pousser à se suicider. Il est imaginable qu'un tel acte puisse avoir lieu. C’est pourquoi, nous disons avec pleine conviction et certitude qu'il (celui qui se suicide) n'est pas un vrai croyant. Cela est semblable à celui qui abandonne la prière par Juhoud (le rejet têtu) de son caractère obligatoire. Mais si on sait qu'il reniait la prière alors il ne doit pas être enterré dans le cimetière musulman. De même (conditions et verdict) pour celui qui se suicide et dont on sait que son suicide est dû sa malveillance et son dédain pour son Seigneur à cause des désastres auxquels il a fait face. 

Nous tournons maintenant notre attention vers les missions suicides. Ces missions suicides sont devenues célèbres (dans le monde entier) à cause de la pratique japonaise des Kamikazes. Un homme lançait son avion de guerre vers un navire américain, mourrant ainsi dans l'avion et tuant autant de soldats ennemis qu'il le pouvait.

Toutes les missions suicides de notre époque sont des actes impunis qui doivent tous être considérés comme interdits (Haram). Les missions suicides peuvent être de celles qui amènent celui qui le fait éternellement dans le Feu ou le mettre parmi ceux qui ne résideront pas éternellement dans le Feu, comme je viens de l'expliquer.

Mais voir ces missions suicides comme un moyen de se rapprocher d’Allah (acte d'adoration digne d'éloges) en se tuant aujourd'hui pour sa terre ou son pays alors nous ne disons non ! Ces missions suicides ne sont pas islamiques !

En fait, je dis aujourd'hui ce qui représente la réalité islamique - pas la réalité recherchée par une minorité d’activistes musulmans - qu'il n'y a aucun Jihad dans les pays islamiques. Sûrement, il y a des combats dans de nombreux pays musulmans, mais il n'y a aucun Jihad qui soit établi (uniquement) sous une bannière islamique et qui soit établi sur des règles islamiques. […] 

Qu’un jeune homme, aveugle (aux faits et complexités de la guerre) décide seul, - comme nous l’entendons souvent – d’escalader une montagne et d’entrer dans un emplacement fortifié utilisé par les juifs et qu’il tue certains d'entre eux et soit tué par la même occasion…quel est l'avantage d'un tel acte ? Ce sont seulement des actes individuels qui n'ont pas de résultats positifs qui puissent profiter à l'Appel Islamique.  

Donc nous disons aux jeunes musulmans, "Protégez vos vies, à condition que vous l’employez à l'étude de votre Din et de votre Islam. Soyez bien conscient de cela et agissez au mieux de vos capacités."  

Ce type d'action et d'actes, lents et ennuyeux comme il peut paraître, est l'acte qui portera le fruit désiré qui est recherché par tous les musulmans, indépendamment de leurs différentes idéologies et méthodologies. Tous sont d'accord que l'islam doit être ce que (nous employons) pour gouverner, mais ils divergent dans le chemin à emprunter (vers cet objectif).  

Certes la meilleure guidée est la guidée de Mouhammad. 

Source: (à paraître) "Al-Masjid Al-Aqsa - le Chemin vers sa libération"

http://www.sounnah.online.fr/dawah_attentat_albani.htm

Repost 0
5 janvier 2007 5 05 /01 /janvier /2007 09:30

 Cheikh ibn ‘Outhaymin -qu' Allah lui fasse miséricorde- dit dans son explication de Riyadhous-Sâlihin (1/165-166) concernant des attentats suicides, tout en donnant quelques morales (Fawa-id) du Hadith de Souhayb -qu' Allah soit satisfait de lui-:

 Le Hadith est le suivant : Le Messager d'Allah r a dit :
« Il y avait un roi parmi ceux qui sont venus avant vous, et il avait un sorcier. Ainsi quand il vieillit il dit au roi : « Je suis devenus vieux envoie-moi un jeune garçon de sorte que je puisse lui enseigner la sorcellerie. Le roi lui envoya un jeune homme qui, chaque fois qu'il se rendait chez le magicien, faisait halte chez un ermite qui se trouvait sur son chemin. Il s'arrêtait chez l'ermite pour entendre ses paroles qui lui plaisaient beaucoup. Et lorsqu'il arrivait chez le magicien, celui - ci le frappait (pour son retard). Le jeune homme se plaignit à l'ermite qui lui dit: "Si tu crains le magicien, dis que tes parents t'ont retenu, et si tu crains tes parents, dis que le magicien t'a retenu".

Etant dans un état pareil, il se trouva devant une bête féroce qui empêchait les gens de passer par ce chemin. "Aujourd'hui, se dit - il, je voudrais savoir qui à la plus grande valeur : le magicien ou l'ermite?". Il prit une pierre et dit: "Seigneur! Si l’œuvre de l'ermite t'est plus favorable que celle du magicien, fais périr cette bête afin que les gens retrouvent leur liberté". Il jeta la pierre contre la bête et la tua, et les gens poursuivirent leur chemin. Arrivant chez l'ermite, il lui raconta le fait. "O mon fils! dit l'ermite, aujourd'hui tu es meilleur que moi après avoir atteint ce degré. Tu seras éprouvé, et dans ce cas ne montre ma retraite à personne".

Le jeune homme guérissait l'aveugle - né et le lépreux; et délivrait les gens de différentes maladies. L'un des courtisans du roi, qui était atteint de cécité, entendit parler du jeune homme. Il alla le trouver en lui apportant différents présents, et lui dit: "Tout ce que tu vois devant toi comme cadeaux sera le tien si tu réussis à me guérir". - "Je ne guéris personne, répondit - il, mais c'est Allah qui en a le pouvoir. Si tu crois en Allah, je te L'invoquerai afin qu'Il te guérisse". Le courtisan avoua sa croyance en Allah et fut guéri. Arrivant chez le roi pour lui tenir compagnie comme d'habitude, le roi s'étonna et s'écria: "Qui t'a rendu la vue?". - "Mon Seigneur", répondit le courtisan, - "As - tu un Seigneur, reprit le roi, autre que moi?". - "Certes, mon Seigneur et le tien est Allah". Le roi le prit et le tortura jusqu'à ce qu'il lui désigna le jeune homme. On amena celui - ci au roi. - "O fils, dit le roi, as - tu atteint, grâce à la magie, ce pouvoir de guérir l'aveugle - né, le lépreux et de faire ce que tu fais?". - "Je ne guéris personne, répondit - il, mais c'est Allah qui le fasse". Alors le roi le prit et le tortura jusqu'à ce que le jeune homme indiqua la retraite de l'ermite. Quand on fit venir l'ermite, on lui ordonna d'abjurer sa religion, mais il refusa. Devant ce fait, on apporta une scie qu'on plaça sur le sommet de son crâne, et on lui coupa la tête en deux parties. Puis on fit venir le courtisan qui subit le même sort après son refus de renier sa foi. Ensuite on ordonna d'amener le jeune homme qui refusa à son tour de revenir sur sa religion. Le roi le livra à ses hommes en leur disant: "Emmenez - le au sommet de cette montagne et précipitez - le s'il persiste dans son refus". Quand ils furent sur le sommet, le jeune homme invoqua Allah par ces mots: "Seigneur! Délivre - moi d'eux comme bon Te semblera". A ce moment, la montagne s'ébranla et les hommes du roi tombèrent dans l'abîme. En revenant chez le roi, celui - ci dit au jeune homme: "Qu'a - t - on fait des hommes qui t'ont accompagné?". - "Allah, répondit - il, m'en a délivré". Le roi le livra à d'autres hommes en les ordonnant: "Emmenez - le dans une barque, lorsque vous gagnerez le large, demandez - lui de renier sa foi, et s'il persiste dans son refus, jetez - le par - dessus bord". Quand ils furent au large, le jeune homme invoqua Allah par les mêmes mots: "Seigneur! Délivre - moi d'eux comme bon Te semblera". La barque chavira et les hommes du roi se noyèrent. Le jeune homme, sain et sauf, revint chez le roi qui s'étonna et s'écria: "Quel sort ont subi tes compagnons?". - "Allah m'en a délivré", répondit - il. Il ajouta: "Tu ne peux pasme tuer à moins que tu fasses ce que je te demande de faire". - "Et qu'est - ce que je dois faire?", répliqua le roi. - "Tu réunis les gens, reprit le jeune homme, sur un seul tertre, tu me crucifies sur un tronc d'arbre, tu prends une flèche de mon carquois que tu mettes sur un arc, puis tu dis: (Au nom d'Allah, Seigneur de ce jeune homme), tu tires et c'est ainsi que tu pourras mettre fin à mes jours".

Le roi fit ce que le jeune homme lui avait demandé. Il assembla les gens, attacha le jeune homme à un tronc d'arbre, prit la flèche, la mit sur la corde et visa en disant: "Au nom d'Allah, Seigneur de ce jeune homme". La flèche partit et atteignit la tempe du jeune homme qui mit sa main là - dessus et tomba mort. Les gens dirent alors: "Nous croyons au Seigneur de ce jeune homme".

On vint ensuite trouver le roi: "Te rends - tu compte? Ce que tu craignais, Allah l'a réalisé. Ton peuple croit désormais en Allah". Le roi ordonna alors de creuser des fossés dans les entrées des chemins, d'y mettre un grand feu et d'y jeter ceux qui ne renieraient pas leur foi. Quand les ordres du roi furent exécutés et vint le tour d'une femme accompagnée de son enfant, elle hésita mais son fils lui dit: "O Maman! Fais preuve de ta résignation car tu es dans la bonne voie».

 (Riyadhous-Sâlihin, Hadith n° 30)

 […] Quatrième morale :
Il est permis à une personne de s'exposer elle-même au danger lorsqu’il s’agit d’une question d'avantage général au profit des musulmans, parce que le garçon a lui même indiqué au roi la manière dont on pouvait le tuer et par laquelle il le mènerait à sa fin, qui était de prendre une flèche de son carquois, etc... 

Cheikh al Islâm (ibn Taymiya) a dit : « Puisque c'était un Jihad dans la sentier d'Allah, qui a poussé une nation entière à croire, et il n'a vraiment rien perdu, bien qu'il soit mort on meurt de toute façon, tôt ou tard».

 Mais quant à ce que certaines personnes font comme suicide en s’attachant des explosifs à eux-mêmes, puis s’approchent des mécréants pour ensuite exploser lorsqu’ils sont parmi eux, ceci est un cas de suicide. Et le refuge est auprès d'Allah !

 Quant à celui qui tue sa propre âme (qui commet un suicide) alors il s’éternisera éternellement dans le feu de l’enfer, à jamais, comme il est rapporté dans le Hadith d’après le Prophète r.[1]

 En effet ce suicide n’a pas été fait dans le but de bénéficier à l' Islam, car il s’est tué lui-même avec une dizaine, une centaine, ou deux cents autres personnes, sans que l'Islam ne bénéficie de cela, puisque les gens n'accepteront pas l’Islam, contrairement à l'histoire du jeune garçon.

Plutôt elle augmentera la détermination des ennemis, et cette action provoquera de la méchanceté et de l'amertume dans leurs cœurs à tel point qu'ils pourraient chercher vengeance envers les musulmans de manière plus forte encore !

 On constate cela avec les juifs et le peuple de la Palestine. Les palestiniens, lorsque l’un d’entre eux se tue lui-même avec ces explosifs en emportant six ou sept personnes avec lui, il entraîne la revanche qui atteint soixante personnes ou plus. Ainsi ceci ne produit aucun avantage, ni pour les musulmans, ni pour ceux qui ont fait détonner les explosifs dans leurs rangs.

 Ainsi on constate que ces gens qui exécutent ces attentats suicides tuent leurs âmes sans droit, et que ceci les fait rentrer dans le feu, et le refuge est auprès d'Allah, et cette personne n'est pas un martyr (Chahîd).

 Cependant si une personne a fait ceci en se basant sur une mauvaise interprétation, en pensant que ceci est permis, nous espérons pour lui qu'il sera sauvé du péché, mais quant à l’acte de martyr étant inscrit pour lui, là non ! puisqu'il n'a pas pris le chemin du martyre. Et celui qui fait un effort de réflexion puis se trompe n’aura qu’une simple récompense[2].

 Abou ‘Abde-r-Rahman al Firansy

[1] Qui est sa parole r "... et celui qui se tue avec une arme de fer, alors l'arme de fer restera dans sa main, et il se poignardera sans interruption dans son ventre et s’éternisera éternellement dans le feu de l'enfer, à jamais. " Rapporté par al-Boukhari dans le livre de la Médecine n° 5778 et Mouslim dans le livre de la foi n° 109

http://www.sounnah.online.fr/dawah_attentat_otheymine.htm

Repost 0
2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 18:12

Par le grand savant le Cheykh Sâlih al Fawzân

 
Question :

Trouve-t-on à notre époque des gens qui ont la conception et la pensée des khawârij (1) ?

Réponse :

Ya Soubhannallah ! Ceci est présent actuellement. Excommunier (rendre mécréant) les musulmans, et plus grave que cela, les tuer, leur causer du tord par les événements, les attentats et les actes terroriste, cela n’est-il pas le fait des khawârij ?

En effet, cela est la voie des khawârij. Et cette voie comporte trois choses.

  • Premièrement : Rendre les musulmans mécréants.
  • Deuxièmement : Sortir de l’obéissance du gouverneur (dans les choses licites qu’il ordonne).
  • Troisièmement : Déclarer licite le sang des musulmans.

Cela est la voie des khawârij, et de même lorsqu’une personne a cette conviction dans son cœur mais n’en parle pas et ne la pratique pas, il est tout de même khariji (singulier de khawarij) dans sa croyance et son opinion malgré le fait qu’il ne le montre pas ouvertement dans ses propos et dans ses actes.

(1) Que signifie khawârij ? : Première Secte apparut pendant le califat de ‘Outhmâne bnou ‘Affan. Les membres de cette secte rendent mécréants les musulmans à cause des grands péchés et de sortir (se rebeller) contre le gouverneur.

 

Source : Tiré du livre Ijâbât al mouhima fî machâkil al moulimah, question n°1 : Question réponse de Cheykh Sâlih al Fawzân : Compilé par Mouhammad bnou Fahd al Houssayn.

 
  Traduit par l’équipe d’assounnah
Repost 0
2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 18:00

La voie des khawâridj, takfiriyyîn … , est la voie du chaos et jamais celle de l’Islâm !

Tuer des musulmans et des non musulmans, commettre des attentas, sortir de l’obéissance du gouverneur … !

Le Comité des Grands Erudits dans le Royaume a aussi signé ce manifeste, daté du 02/04/1419 H. :

« Ce qui se passe dans de nombreux pays musulmans et dans d’autres comme actes sanguinaires, destructions, explosions, tueries, et qui perturbe la sécurité des gens, sème la panique dans la société et menace la vie de personnes innocentes et leurs biens, a conduit le Comité à produire un manifeste où il est prononcé le jugement de ces crimes, conformément aux ordres d’Allâh et pour conseiller Ses serviteurs, mais aussi pour que soit dissipée toute incompréhension affectant les concepts. Nous disons donc, par la grâce d’Allâh :

« Le jugement du blasphème relève de la charî’ah et revient à Allâh et à Son Messager.

Comme le jugement des bonnes œuvres et du péché est du ressort d’Allâh et de Son Prophète, le jugement du blasphème et de la profanation l’est aussi. Tout ce qu’on qualifie de blasphème, que ce soit des propos ou des actions, n’est pas un blasphème majeur qui exclut la personne concernée de la Communauté musulmane. »

Comme le jugement d’incrédulité est du ressort d’Allâh et de Son Prophète, il nous est interdit de traiter quelqu’un de kâfir (mécréant) sans preuve explicite dans le Livre (Coran) et de la Sunnah. Il ne suffit pas de se fier à la seule suspicion, car cela aussi est soumis à des jugements. Les membres du Comité des Grands Erudits ont ajouté dans leur manifeste :

« Ce qui a résulte de cette fausse croyance, comme meurtres impunis, violation des droits, vols des biens privés et publics, destruction des maisons et des établissements, tout cela constitue des actes interdits par la loi comme le confirment unanimement les musulmans dignes de ce nom et parce qu’il s’agit d’une sérieuse menace pour la sécurité et la vie des personnes innocentes. Allâh a promis le châtiment le plus sévère à tous ceux qui tuent sans raison légale. Il a dit, exalté soit-Il, à propos du croyant :

(Quiconque tue intentionnellement un croyant. Sa rétribution alors sera l’Enfer, pour y demeurer éternellement. Allah l’a frappé de Sa colère, l’a maudit et lui a préparé un énorme châtiment)

[4/93]

Il a dit aussi à propos du mécréant (kâfir) que l’on tue par erreur :

(S’il appartient à un peuple auquel vous etes lié par un pacte, qu’on verse alors à sa famille le prix du sang et qu’on affranchisse un esclave croyant)

[4/92]

Si le jugement du non-croyant tué par erreur réclame une rançon et une réparation (kaffârah) que dire alors s’il été tué délibérément ? Le crime serait sans doute, dans ce cas, plus grand et le péché plus important. Le Prophète (sallâ-llâhu ‘alayhi wa sallam) a dit :

« Quiconque tue un mu’âhid (une personne appartenant à un peuple auquel les musulmans sont liés par un pacte), ne sentira jamais l’odeur du Paradis. »

Le Comité a terminé son manifeste en concluant :

« Le Comité, s’il précise le jugement de celui qui traite les gens de mécréants et de blasphémateurs sans preuve inspirée du Livre d’Allâh et de Son Messager (sallâ-llâhu ‘alayhi wa sallam), proclame devant le monde entier que l’Islam est innocent de cette fausse croyance et que les tueries que connaissent certains pays constituent un crime qui n’engagent que leurs auteurs égarés. Les actes de ces derniers ne doivent pas être attribués à l’Islâm et aux musulmans qui s’en tiennent aux préceptes du Livre (Coran) et de la Sunnah prophétique, ni revendiqués en leurs noms. Il s’agit là d’une corruption pure et simple, que refuse la loi et la nature, et c’est pourquoi es textes de la charî’ah l’ont dénoncée et interdite d’une manière catégorique, et ont mis en garde contre toute complicité avec ces malfaiteurs : Allâh ? Exalté soit-Il, a dit :

(Il y a parmi les gens celui dont la parole sur la vie présente te plait, et qui prend Allah à témoin de ce qu’il a dans le cœur, tandis que c’est le plus acharné disputeur. Dès qu’il tourne le dos, il parcourt la terre pour y semer le désordre et saccager culture et bétail. Et Allâh n’aime pas le désordre ! Et quand on lui dit : « Redoute Allâh. », l’orgueil criminel ‘empare de lui. L’Enfer lui suffira, et quel mauvais lit, certes ! » )

[2:204-206]

Paix et bénédiction d’Allâh sur notre Prophète Muhammad sur sa famille et sur ses compagnons élus.

M. Muhammad Ibn Ibrahim Ibn Djubayr

-Président du « madjlîs ach-chûrâ/Assemblée Consultative » et membre du Comité des Grands Erudits-

Références :

« La position exacte de l’Islam à l’égard de l’extrémisme et du terrorisme./haqîqatu mawqifi-l-islâmi mina-t-tattarrufi wa-l-irhâbi »

2ième édition 1423 H.-2002

Pages :

172 à 174

Auteur :

Dr Sulaymân ‘Abdi-R-Rahmân Al-Huqayl

-Professeur d’éducation à l’Université Islamique « Imâm Muhammad Ibn Sa’ûd »-

Préfacé par son Excellence :

Dr. ‘Abdu-llâh Ibn Muhammad Ibn Ibrâhîm âli-Ch-Chaykh

-Ministre de la Justice-

Repost 0
2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 17:53
Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ
- samedi 17 mai 2003, par Oummou Souleyman



Al-hamdouLLiLLeh ir-Rabb il-’Âlamin was-salatu was-salamou ’ala ashraf il-anbiyyah wal-moursalin, wa ba’ad :

As-salâmu ’aleiKoûm wa-Rahmatullâhi wa-Barakâtuhu.

Toute le Louange est à Allâh, et que la Paix et le Salut soient sur le Dernier des Prophètes et sa famille et ses compagnons...

Le Conseil des Grands Savants a tenu une assise spéciale à Riyadh, le mercredi 13 de Rabi’ al-Awwal, 1424, à propos de ce qui s’est passé : la tuerie, la destruction la terrorisation et le mal infligés aux gens, musulmans et autres.



Et il est bien connu que la « Loi Islamique » est venue protéger cinq choses nécessaires et interdire leur violation, et elles sont :

·        la Religion

·        les vies

·        les biens

·        l’honneur

·        l’intellect, l’esprit

Et les musulmans ne divergent pas quant à l’interdiction de transgresser contre des gens qui ont le droit d’être protégés. Les gens qui ont le droit d’être protégés, selon la Religion de l’Islâm sont :

·        1) Les Musulmans : Il n’est jamais permis de transgresser contre tout individu musulman ou autre, ou d’en tuer un sans droit. Quiconque fait ceci a commis un « grand péché », parmi les plus grands des péchés [al-Kabâ-îr] et Allâh -Ta’âla- dit :

« Quiconque tue intentionnellement un croyant, Sa rétribution alors sera l’Enfer, pour y demeurer éternellement. Allâh l’a frappé de Sa colère, l’a maudit et lui a préparé un énorme châtiment. »

[1]
Et Il - Subhânnahu- a dit :

« C’est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d’Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. »

[2]

Mudjâhid (rahimahullâh) a dit : « Par son péché : « c’est comme s’il avait tué tous les hommes », ceci montre la gravité de tuer un individu sans droit ».

Et le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Le sang du musulman qui témoigne que « La ilaha illa Allâh » [Il n’y a de Dieu si ce n’est Allâh] et que je suis le Messager d’Allâh n’est pas permis [d’être versé], excepté dans trois cas :

·        1) La rétribution pour avoir tué quelqu’un d’autre

·        2) la lapidation du fornicateur :

·        3) celui qui quitte sa Religion, abandonnant la Djamâ’ah ». [3]

Et le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Il m’a été ordonné de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils témoignent qu’il n’y a pas d’autre divinité digne d’être adorée qu’Allâh et que Muhammad est le Messager d’Allâh, qu’ils accomplissent la prière, qu’ils s’acquittent de la Zakat, et s’ils font ceci, alors leur sang et leurs biens seront protégés de moi, excepté par un droit de l’Islâm, et leur compte est auprès d’Allâh. » [4]

Et dans le Sounnan de Nassâ-î, d’après ’Abdullâh Ibn ’Amr (radhiallâhu ’anhu), le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Céder la douniyah [le monde d’ici bas] serait plus facile auprès d’Allâh que le meurtre d’un seul Musulman. »

Et un jour, Ibn ’Umar regarda la Maison, c’est-à-dire la « Ka’ba », et dit : « combien imposante tu es et combien imposant est ton sanctuaire, et bien le croyant est encore plus un sanctuaire auprès d’Allâh que toi. » [5].

Tous ces textes et d’autres encore montrent la grave réalité qu’est le caractère sacré du sang du musulman, et l’interdiction de tuer un musulman pour quelque raison que ce soit, autre que celles mentionnées dans les textes de la « Charî’ah » ; ainsi, il n’est pas permis de transgresser contre un musulman sans droit...

Ussâma Ibn Zayd rapporta que : « Le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) nous envoya vers Al-Hourouqa, et le matin nous les attaquâmes et les vainquirent. Moi et un Ansar suivirent un homme parmi eux et lorsque nous le saisîmes, il dit « La ilala illa Allâh ». En entendant cela, le Ansar s’arrêta, mais je le tua en le transperçant de mon épée. Lorsque nous retournâmes, le Prophète vint s’enquérir à propos de cela, et il dit : « Ô Ussâma ! L’as-tu tué après qu’il ait dit « La ilaha illa Allâh » ? Je répondis : « mais il l’a dit seulement afin de sauver sa peau ». Le Prophète ne cessa de répéter cette phrase à tel point que j’espérais alors ne pas avoir embrassé l’Islâm avant ce jour. » [6]

Ceci montre, par les preuves les plus claires, le caractère sacré [c’est à dire l’interdiction] du sang [de la vie]. C’était un polythéiste, et ils faisaient Djihâd et ils étaient sur le champs de bataille, et lorsqu’ils le saisirent, et eurent le pouvoir sur lui, il parla avec [la prononciation de la parole] du « at-Tawhîd », et Ussâma Ibn Zayd le tua, tenant qu’il ne l’avait dit que de façon à empêcher sa mort, et le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) n’accepta point cette excuse ni son interprétation [de la situation]. Et ceci est l’une des choses les plus importantes qui montre la sacralisation du sang des musulmans et l’immense crime de celui qui transgresse cela.

De même que le sang des musulman est interdit, de même leurs biens sont également protégés par la parole du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) : « votre sang et vos biens sont sacrés entre vous comme vos jours sacrés ci , et cette ville sacrée [Makkah] qu’est la vôtre, dans ces mois que sont les vôtres » [7]

De ce qui précède, l’interdiction de l’assassinat d’une âme qui a été protégée, assassinat perpétré sans droit, devient claire.

·        2) Egalement, des vies qui sont protégées par l’Islâm sont les vies de ceux [les non-Musulmans] a qui a été donné l’accord, les faibles et ceux qui recherchent protection auprès des musulmans.

D’après ’Abdullâh Ibn Amr Ibn Al-’As (radhiallahu ’anhuma), le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Quiconque tue un individu qui possède un traité avec les mouslims, il ne sentira pas l’odeur du Paradis, bien que son odeur soit perçue d’une distance de 40 ans. » [8]

Et à quiconque le Wali ul-amr [celui qui détient le pouvoir] donne l’autorisation d’entrer [dans le pays] avec l’accord et la promesse de leur accorder la sécurité, la sûreté, alors sa vie et ses biens sont protégés, et il n’est pas permis de lui faire du mal, et quiconque le tue, alors il est ainsi que le Prophète (sallallâhu ’alayhi wa sallam) a dit : « Il ne sentira pas l’odeur du Paradis » . Et ceci est une mise en garde très sévère pour celui qui se retourne contre ceux à qui a été donné un accord. Et il est connu que la protection des gens de l’Islâm représente une entité unique [c’est-à-dire un tout collectif, égalitaire], ainsi que le Prophète (sallallâhu ’alayhi wa sallam) l’a dit : « le sang des Croyants est égal [les uns envers les autres], et la moindre des choses est de s’efforcer à les protéger. »

Et lorsque Ummu Hanî (radhiallâhu ’anha) accorda la protection (en vue du bénéfice qui découlerait de cela) à un homme parmi les polythéistes l’année de la conquête [de Makkah], et lorsque ’Alî Ibn Abî Tâlib (radhiallâhu ’anhu) voulu le tuer, elle se rendit chez le Prophète (sallallâhu ’alayhi wa sallam), et l’informa [de cela], et ainsi il (sallallahu ’alayhi wa sallam) dit : « nous donnons la protection à celui auquel tu as donné la protection, Ô Ummu Hanî » [9]

Ce qui est signifié ici c’est que celui qui est entré dans le pays avec un accord impliquant sa sécurité personnelle, ou bien qui a contracté un pacte avec les autorités en regard du bénéfice [maslahah] qu’il [celui qui détient le pouvoir] a vu [dans le fait d’accorder ce pacte avec cet individu], alors il n’est pas permis de se retourner contre lui, ni de transgresser contre lui ou contre ses biens. Lorsque tout ceci devient clair, alors ce qui s’est passé au niveau des incidents terroristes dans la ville de « Riyadh » est une chose interdite, que la religion de l’Islâm n’ordonne point, et son interdiction se voit sous plusieurs angles :

·        1) cette action représente une transgression de l’immunité [caractère sacré, inviolable] du pays des Musulmans, et une terreur auprès de ceux qui y vivent.

·        2) elle comprend l’assassinat de vies que la Loi Islamique protège

·        3) elle engendre la corruption sur terre

·        4) elle comprend la destruction des biens et des propriétés qui sont protégées.

Et l’assemblée du « Comité des Grands Savants » explique ce sujet afin de mettre en garde les Musulmans contre le fait de tomber dans les choses illicites destructrices, et afin de les mettre en garde contre les ruses de « Chaytân » [Satan], car il ne cesse jamais de travailler le serviteur jusqu’à ce qu’il le fasse entrer dans les choses qui sont destructrices, soit par l’extrémisme, l’exagération dans la Religion ou dans le fait de la détester et de combattre contre elle, et nous cherchons refuge auprès d’Allâh. Et « Chaytân » ne fait pas cas de savoir par lequel des ces deux [ruses] il pourra triompher sur le serviteur, car ces deux voies que sont l’extrémisme ou la désaffection [de la Religion] font parties des voies de « Chaytân » afin de faire tomber l’individu dans la Colère et le Châtiment de « Ar-Rahmân ».

Et ce qui a été commis par ceux qui ont perpétré ces actes, qui sont le fait de se suicider en se faisant exploser, et bien ceci entre dans la généralité de la parole du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) : « Quiconque s’est tué lui-même dans ce monde avec quelque moyen que ce soit, alors Allâh le châtiera par ce même moyen le Jour du Jugement » [10].

Le prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Celui qui commet le suicide en se poignardant avec une lame de fer, il aura cette lame dans sa main et se l’enfoncera dans son corps dans le Feu de l’Enfer, restant ainsi pour toujours, et quiconque a ingurgité du poison et s’est tué, alors il le boira dans le Feu de l’Enfer, restant ainsi pour toujours, et quiconque s’est jeté d’une montagne et s’est tué, alors il tombera dans le Feu de l’Enfer en restant ainsi pour toujours. » [11]

Donc, que les gens sachent que les ennemis quelqu’ils soient, ont désigné aujourd’hui la communauté Musulmane comme leur objet de domination. Ils [les ennemis] se réjouissent de toutes les voies qui peuvent justifier leur domination sur les musulmans, et qui justifie le fait de les humilier, et de tirer profit de leurs ressources et richesse. Dès lors, quiconque les a aidés dans ce but, et leur a ouvert les voies parmi les musulmans et les pays musulmans, alors il les a aidés dans le fait d’apporter le mal aux musulmans et de les dominer dans leurs pays. Et c’est l’une des plus grandes formes d’oppression.

Il est obligatoire [pour tous] de s’impliquer dans la connaissance de la Charî’ah (législation) qui est fondée sur le Livre et la Sounnah selon la compréhension des Salafs [Anciens] de la Ummah [communauté], et ceci doit avoir lieu dans les écoles, les universités et les mosquées, et les médias d’information. De même qu’il est également obligatoire de s’impliquer dans l’ordonnance du bien et l’interdiction du mal, et dans le fait de donner le conseil mutuel sur la vérité. Ceci parce que le besoin, plutôt la nécessiter appelle à ceci de nos jours bien plus qu’à tout autre temps auparavant. Et il est du devoir de la jeunesse musulmane d’avoir une bonne opinion de ses Savants et de prendre d’eux afin qu’ils parviennent à savoir que ce sur quoi les ennemis de la religion s’acharnent est de mettre l’animosité entre les jeunes de la Communauté et l’animosité envers les Savants et entre eux [la jeunesse] et les Gouverneurs, afin que leur force s’affaiblisse, et ainsi, qu’ils puissent facilement prendre le contrôle sur eux. Dès lors, il est obligatoire de prendre garde à cela.

Qu’Allâh protège chacun contre la ruse des ennemis, et il est du devoir de chaque Musulman d’avoir la crainte d’Allâh en secret et en public, et de faire un repentir sincère et véridique de tous les péchés. Car aucune calamité n’est descendue, excepté à cause d’un péché, et nulle calamité n’est enlevée si ce n’est grâce au repentir. Nous demandons à Allâh qu’Il rectifie la condition des Musulmans, et éloigne les pays des Musulmans de tout mal et de toute chose détestable, et que les prières et la paix soient sur notre Prophète Mohammad, sa famille et ses compagnons.

[12]
[1] Coran, 4/93
[2] Coran, 5/32

[3] Rapporté par al-Bukhârî et Muslim, et ceci est la version de al-Bukhârî

[4] Unaninement reconnus authentique d’après le hadîth de Ibn ’Umar - radhiallâhu ’anhu

[5] C’est-à-dire que le « Masdjîd al-Harâm » est sûr et protégé du combat et de voir le sang être versé en son sein, et le croyant a encore plus le droit d’être en sécurité et protégé de voir son sang être versé

[6] Version rapporté par al-Bukhârî

[7] Rapporté par Muslim et ce discours a été prononcé par le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) lors de la Khotbah [sermon] du Jour de Arafat, et Al-Bukhârî et Muslim l’ont rapporté mais concernant le jour de « An-Nahr »

[8] Rapporté par al-Bukhârî
[9] Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim

[10] Rapporté par Abû Awana dans son « Moustakhradj », d’après le Hadîth de Thabit Ibn ad-Dahak

[11] Et ceci est également dans Al-Bukhârî, dans une version similaire

[12] Le comité des Grands Savants dont à la tête du Comité, le Muftî SHeikh ’Abdel-’Azîz Ibn ’Abdullâh Ibn Muhammad Âli Ash-SHeikh - Traduit de l’arabe par Abû al-’Abbâs et Abû ’Iyâdh.

www.Manhajulhaq.com
Repost 0
2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 16:48

Eclaircissement sur les Khawâridjs

par sheikh Sâlih al-Fawzân

Bismillâh Ar-Rahmân Ar-Rahîm

Les khawâridjs sont ceux qui se sont révoltés (sont sortis : kharoudj) contre leur gouverneur à l'époque du khalifah de 'Outhman (radhi allahou 'anhou). Leur révolte eut pour résultat l'assassinat de 'Outhman (radhi allahou 'anhou). Puis leur mal grandit encore durant le khalifah de 'Ali (radhi allahou 'anhou), et ils se rebellèrent contre lui, et ont dit que c'était un kâfir. Ils ont aussi fait du takfir sur les Sahâba (radhi allahou 'anhoum), car ces derniers ne voulaient pas être d'accord avec eux dans leurs fausses croyances.

Ainsi, ils jugèrent que tous ceux qui s'opposaient à eux sur leur point de vue étaient des kouffâr. En résultat, ils prononcèrent le takfir sur les meilleurs parmi la création, c'est-à-dire les Sahaba de Rassoul (salla llahou 'alayhi wa sallam). Pourquoi ceci ? Car ils (les sahaba) n'étaient pas d'accord avec eux quant à leur égarement et leurs mauvaises croyances.

La 'aqîdah des Khawâridjs :

Ils n'adhèrent pas à la Sounnah et à la Djamâ'ah (au groupe), et ils n'obéissent pas non-plus au gouverneur. Plutôt, ils se rebellent contre lui, et renoncent au pacte d'allégeance avec lui, disant que cela ne fait pas partie de la religion, ils contredisent ainsi le conseil du Messager (salla llahou 'alayhi wa sallam) de montrer de l'obéissance et ils contredisent le commandement d'Allâh qui dit :

« Obéissez à Allâh et obéissez au Messager et à ceux qui détiennent le commandement parmi vous. » sourate An Nissa, v59

Ainsi, Allâh a rendu l'obéissance au gouverneur comme étant une partie de la religion, et le Messager d'Allâh (salla llahou 'alayhi wa sallam) a rendu l'obéissance au gouverneur comme étant une partie de l'Islâm, ainsi, on retrouve cela dans son hadîth :

« je vous conseille la taqwa (crainte) envers Allâh, et une totale obéissance même si un esclave devient votre chef. Car celui auquel sera prêté une longue vie verra de nombreux différents. » hadith rapporté par Abû Daoud et At Tirmidhî, hassan-sahîh

Ainsi, obéir au gouverneur mouslim fait partie de la religion de l'Islâm. Mais les khawâridjs disent :

« non, nous sommes exempts de cela ».

Ainsi, les khawâridjs sont ceux qui cherchent à causer la division au sein du corps principal et uni des mouslims, et qui se révoltent contre leurs leaders, or c'est de la désobéissance envers Allâh et Son Messager (salla llahou 'alayhi wa sallam) que de faire cela. Ils prétendent également que la personne qui fait un grand péché est kâfir.

Ainsi, quelqu'un qui commet un grand péché, un fornicateur, un voleur, quelqu'un qui boit de l'alcool par exemple, sont tous considérés comme étant Kouffâr.

Au contraire, Ahl us-Sounnah wal Djamâ'ah disent qu'une telle personne est mouslimah, mais avec une foi moindre (faible), et ils l'appellent « un pécheur dans la religion ». Donc c'est un croyant, et ceci à cause de son Iman, tandis que c'est un pécheur à cause de son grand péché. Ceci, car rien ne fait sortir de l'Islâm, excepté le Shirk et toutes les choses bien connues qui sont des nawâqid al islam (annulations de l'Islâm) Quant aux péchés qui sont en-dessous du Shîrk, ils n'expulsent pas quelqu'un hors de la Foi, même si ce sont des grands péchés.

Allâh dit :

« Certes, Allâh ne pardonne pas qu'on Lui associe quelque chose, mais Il pardonne en dehors de cela à qui Il veut ». sourate An Nissa v.48 et 116

Les Khawâridjs disent :

Celui qui a commis un grand péché est un kâfir, il ne sera pas pardonné, et ils restera pour l'éternité en Enfer. Or, ceci est à l'opposé de ce qui est mentionné dans le Qor'an. La raison pour ceci est qu'ils n'ont pas la compréhension de la Religion. Notez que la raison pour laquelle ils sont tombés dans cela (dans ces fausses croyances) fut leur manque de compréhension. Ceci, car ils sont des gens qui sont acharnés dans leurs adorations, prières et jeûne, et récitation du Qor'ân. Et ils ont une grande ferveur dans la religion mais ils n'ont pas de science, et là est le problème.

Ainsi, faire des efforts considérables et s'exhorter soi-même à la piété et à l'adoration doit être accompagné de science et de compréhension de la Religion. C'est pourquoi Rassoul (salla llahou 'alayhi wa sallam) les a décrit à ses sahaba (radi allahou 'anhoum) de la manière suivante : que les sahaba regarderont leurs propres prières et adorations avec humilité à côté des leurs. Puis il leur dit :

« Ils sortiront de la religion comme la flèche de l'arc » Ahmad, Al-Boukhârî, Mouslim

Ceci, malgré leurs adorations et malgré leur droiture et leurs prières la nuit.

Ainsi, parce que leur exégèse n'a pas été basée sur un fondement correcte, ni sur une science authentique, cela devient de l'égarement, et du mal sur eux et sur la Oummah.

Bien, plus, il n'a jamais été rapporté que les Khawârijes ont même un seul jour combattu les kouffâr. Au contraire, ils se sont seulement battus contre les mouslims, comme le Prophète (salla llahou 'alayhi wa sallam) a dit :

« et ils tueront les gens de l'Islâm, alors qu'ils laisseront les idolâtres ». Al-Boukhârî, Mouslim

Il n'est pas parvenu à notre connaissance, à propos de l'histoire des Khawâridjs, qu'ils se soient même un jour battus contre les kouffâr et le smoushrikîn. Plutôt, ils combattent sans arrêt les mouslims. Ils ont assassiné 'Outhman et 'Ali Ibn Abi Tâlib (radi allahou 'anhouma). Ils ont assassiné Az Zoubeyr Ibn Al 'Awwam et tué les meilleurs des sahâba. Et ils n'ont jamais cessé de tuer les mouslims.

Et tout ceci est dû à leur ignorance de la Religion d'Allah. Mais malgré cela, ils avaient de la piété et de la dévotion, mais puisqu'ils ne se basent pas sur la science authentique, cela devint une maladie pour eux. C'est pourquoi le grand savant Ibn Al-Qayyim (rahimahou llâh) a dit à propos d'eux :

« Ils ont des preuves tirées des textes, qu'ils ne comprennent pas, ainsi, ils leur a été donné peu de science ». Ibn Al-Qayyim, Nouniyah, p.97

Ainsi, ils utilisaient les textes comme preuves mais cependant ils ne les comprenaient pas. Ils utilisaient comme preuves des textes du Qor'an et de la Sounnah concernant les (menaces) dangers de commettre des péchés, mais ils ne saisissent pas leur signification. Ils ne les réfèrent pas aux autres textes dans lesquels on trouve la promesse du pardon et de l'acceptation du repentir pour ceux qui ont fait des péchés moindres que le shîrk. Ainsi, ils acceptent une partie, et rejettent une autre partie, tout ceci à cause de leur ignorance.

Donc, avoir un amour sur-protecteur pour la Religion et de l'enthousiasme ne suffisent pas. Ces choses doivent être fondées sur la science et la compréhension de la religion d'Allah. Alors, (cet amour et cet enthousiasme) seront issus de la connaissance et ils seront à la place qui leur sied. L'amour sur protecteur pour la Religion et l'enthousiasme sont un bien, mais ils doivent être guidés et dirigés par le suivi du Qor'ân et de la Sounnah.

Il n'y a personne qui a plus de « priorité » et qui est plus sincère envers la religion que les sahâba (radhi allahou 'anhoum), mais malgré cela, ils se sont battus contre les khawârijes, et ceci à cause du danger et du mal qu'ils représentent.

'Ali Ibn Abou Tâlib (radhi allahou 'anhou) s'est battu contre eux, de telle sorte qu'il fut assassiné par eux, par le pire des assassinats lors de l'incident de Nahrawan. En faisant cela, il a accompli ce dont le Prophète (salla llahou 'alayhi wa sallam) nous avait affirmés, du fait qu'il donnait la bonne nouvelle à ceux qui tueraient les khawârijes de la félicité et du paradis.

Ainsi, 'Ali Ibn AbiTalib (radhi allahou 'anhou) fut l'un de ceux qui les tua, donc il reçu la bonne nouvelle de Rassoul (salla llahou 'alayhi wa sallam). Il en tua afin d'empêcher le mal de tomber sur les mouslims.

Il est obligatoire pour les mouslims de chaque génération, s'ils sont au courant de l'existence de cette mauvaise compréhension, qu'ils remédient à cela en appelant au chemin d'Allah en premier lieu, et en éduquant les gens là-dessus. S'ils ne l'acceptent pas, ils doivent les combattre afin d'empêcher leur mal.

'Ali Ibn Abi Tâlib (radhi allahou 'anhou) envoya son cousin, 'Abdoullah Ibn 'Abbas -le savant de cette Oummah et le « tourjman » (mouffassir , exégèse) du Qor'an à ces gens-là. Ainsi, il débattit avec eux et 6000 d'entre eux se repentirent et retournèrent,mais beaucoup restèrent et ne se repentirent point.

Alors , à ce moment là, Al-Amir Al Mouslimin, 'Ali Ibn Abi Tâlib, avec les sahaba, alla se battre contre eux. Ceci, afin d'empêcher leur mal de toucher les mouslims.

Ceci est la secte connue sous le nom de Al-Khawâridjs, et ceci est leur 'aqîdah.

Oummou Souleyman
source : al-manhaj.com
Repost 0