Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 18:20

Lachkar-e-Tayyibah : Des Kharijites Takfiris Adhérant au Manhaj des Ikhwân al-Muslimîn - Partie 1

 

Lachkar-i-Tayyibah : Des Kharijites Takfiris Adhérant au Manhaj des Ikhwân al-Muslimîn
Partie 1
– Origines, Histoire et Evolution

 

 

الحمد لله رب العالمين والصلاة والسلام علا رسوله الأمين وبعد :

 

Lachkar-e-Tayyiba est une organisation takfirie kharijite dont la voie s'identifie à celle, dans leurs écrits et méthodes, de Sayyid Qutb, Mohammad Qutb, Abu el-Alā el-Mawdudi, Hasan el-Banna et autres meneurs empoisonnés par cette idéologie du 20ème siècle qui a donné naissance à des mouvements politiques destructeurs, des mouvements qui n'ont rien apporté de bon mais n'ont apporté qu'un vil sectarisme et de lourdes difficultés pour les cœurs, les esprits et les corps de millions de Muslims dans leurs pays. Cette organisation montre un visage de gens de la Sunnah mais est en réalité une organisation ikhwanie, rationnaliste, khārijie qui ne s'oriente pas au moyen des savants de Ahl as-Sunnah et qui se sert du problème du Kashmir comme moyen de récolter le soutien du Muslim moyen (la plupart ignorent des aspects importants du Tawhid, et ils les laissent ainsi) et ce afin de servir ses propres objectifs politiques. Malheureusement, peu de réfutations de ce hizb sont disponibles en anglais, en urdu et en arabe, à l'exception d'un livre sorti en 2009 intitulé « Al-Burhān Fi al-Radd alā Lachkar Tayyibah al-Khārijiyyah » (2009, Karachi) avec une introduction du noble Cheikh Ahmad ibn Yahyā an-Najmi (qu'Allah lui fasse miséricorde). Il y a un grand besoin de ce genre de réfutations car ce groupe reçoit un soutien financier pour poursuivre ses activités déviantes, similaires aux activités des Ikwhan en Égypte, dans lesquelles les objectifs politiques sont plus importants que l'appel au Tawhīd d'Allāh, et où si le Tawhīd d'Allāh est évoqué, c'est juste pour la forme, afin de satisfaire et de calmer les autres et d'écarter les critiques. Mais inculquer le Tawhid aux Muslims, comme méthode générale, étendue, complète, cette secte ne s'en soucie guère, malgré le fait que le pays où elle opère est un pays qui en a le plus grand besoin. In chā'Allāh nous publierons dans une série d'articles le contenu du livre susmentionné qui s'appuie sur les écrits et publications de cette secte kharijie pour illustrer son égarement et son éloignement par rapport à la voie des gens de la Sunnah et aux savants qui invitent à la aqīdah et au manhaj salafis. Nous demandons à Allāh de récompenser le frère qui a eu la gentillesse de nous remettre cet ouvrage.

 

Présentation de Lachkar-e-Tayyibah (Jamā'at ud-Dawah)

 

Lachkar-e-Tayyibah est une secte kharijite jihadie rationnaliste (aqlaniyyah) qui suit la voie des Ikhwan al-Muslimīn mais qui se cache sous l'habit de la Salafiyyah, alors que la Salafiyyah est innocente d'elle. Elle appelle au khilafah et à un gouvernement islamique en usant des méthodes des khawārij, comme cela apparaît très clairement dans ses magazines, livres et cassettes. Elle a plusieurs noms : Lachkar-e-Tayyibah (l'Armée des Purs), Jamā'at ad-Da’wah (le Groupe de la Prédication), Markaz ad-Da’wah wal-Irchād (le Centre Pour la Prédication et l'Orientation)... on peut les voir sous l'un ou l'autre de ces noms en fonction de ce qui revêt pour eux le plus grand intérêt mondain et de leur crainte du gouvernement... (p. 146).

 

Origines et histoire du groupe


Leurs publications où on nous fait part de leur histoire sont nombreuses, dans Ar-Ribāt (volume 8, p. 39) par exemple, où on lit que « les débuts du Markaz ad-Dawah wal-Irchād ont eu lieu en 1985 », et Amīr Hamza, un de leurs chefs, explique dans un de ses écrits pour le groupe (1994, p. 13) que l'origine de cette jamā’ah remonte à 1985 avec Hāfidh Muhammad Saīd dans la ville de Lahore. Dans une publication urdue intitulée « Madhhabī Siyāsat Kī Tadādāt » (Tendances Politiques Conflictuelles), dans laquelle l'auteur rassemble les opinions contrastées de ceux qui prétendent suivre la Salafiyyah et de certains des Innovateurs, Suhayl Wāranj dit (p. 67, Sakir Publishers) que Hāfidh Saīd a fondé le centre après être retourné du Jihād afghan en 1986. Leur chef Amīr Hamza a aussi fait état dans son livre « Qāfilat Da’wat wa Jihād » en langue urdue et dont Abdullāh Nasir al-Rehmani a fait l'introduction, des liens entre Hāfidh Sa’īd et le ikhwani Abdullāh Azzām (celui qui a calomnié l'Imām al-Albani en défense aveugle et fanatique de Sayyid Qutb). Il y dit (p. 95) que Hāfidh Saīd révisait le Qoran avec Abdullāh Azzām à l'Université Islamique d'Islamabad en 1980. En 1982 Hāfidh Saīd est allé faire des études d'ingénieur à l'Université du Roi Saud de Riyadh et est revenu en 1984. Après avoir rencontré diverses délégations et personnes comme le Pr. Zafar Iqbal et le Pr. Ibrahim an-Nurastani et ceux qui avaient participé au Jihad afghan, les idées et principes pour la constitution d'un groupe ont commencé à prendre forme (cf. pp. 146-148).

 

Ceci nous indique qu'aux sources de la genèse de ce groupe se trouvent les Ikhwanis et les Takfiris, tels que Abdullāh Azzām, Usamah Ben Laden, Abu Abd el-Aziz, etc. Cette jamāah a ensuite évolué et a ouvert des camps d'entraînement pour leur prétendu jihād au Kashmir, mais elle a par la suite abandonné cette prétendue version du jihad et s'est engagée dans le fait de permettre les attentats suicides (ils ont recruté pour ce genre d'opérations...) et de prétendre que ces actes font partie du Jihad dans le sentier d'Allah. Puis elle a évolué de nouveau et s'est mise à ouvrir des écoles, des institutions et des universités, toutes suivant la voie des Ikhwan al-Muslimūn. Par la suite, elle s'est tournée vers les projets caritatifs comme l'ouverture d'hôpitaux, la construction de mosquées etc., et aussi le rassemblement d'argent au nom du Jihad afin de faciliter ces projets de bienfaisance, comme ils prétendent. Enfin et plus récemment, ils sont arrivés à une nouvelle étape : la coopération avec les gens de la bid’ah appartenant aux Déobandis, aux Barelwis et aux Chiites Rāfidis, tout cela sous le slogan de l'instauration de l'état islamique et de la mise en application de la Charīah (comme ils prétendent) ! À la fin, il restait peu de différences entre eux et les autres sectes déviantes, en cela qu'ils devinrent un groupe luttant contre les Salafis par leur coopération avec les sectes égarées (cf. pp. 148-149).

source

source anglais

Partager cet article

Repost 0
Published by Salafiya contre terrorisme - dans salafiya-contre-terrorisme
commenter cet article

commentaires