Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 18:15
Le grand Mufti d’Arabie Saoudite condamne les attentats à la bombe de Londres
Sheikh Abdulaziz Ibn Abdullah Al-Ash-Sheikh

9 juillet 2005

Le cheikh Abdulaziz Ibn Abdullah Al-Ash-Shaikh, le grand Mufti de l’Arabie Saoudite, Président du Comité des Grands Ulémah (Savants religieux) et Président du Département Scientifique de la Recherche et de l’Ifta (guidance), a condamné aujourd’hui les actes terroristes à la bombe de Londres, et a déclaré les paroles suivantes :

« Tuer et terroriser d’innocentes personnes, la destruction des propriétés ne sont pas admis dans l’Islam. Attribuer tous ces horribles incidents à l’Islam est injuste. Les Musulmans doivent dire la vérité, dévoiler les faussetés, et informer tout le monde que l’Islam est une religion de droiture, d’amélioration et de progrès. L’Islam est la révélation finale qu’Allah a choisie pour l’humanité afin de la guider de l’obscurité vers la lumière. Allah a dit :

« Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous » [1]

Notre religion nous recommande vivement d’accomplir nos obligations et nous interdit de les abandonner. Allah a dit :

« Ô les croyants ! Remplissez fidèlement vos engagements. » [2]

La tuerie injuste d’un être humain est interdite dans l’Islam. Allah a dit :

« Et ; sauf en droit, ne tuez point la vie qu’Allah a rendu sacrée. » [3]

La corruption sur la terre est considérée, dans l’Islam, comme un péché majeur. Allah a dit :

« Il y a parmi les gens celui dont la parole sur la vie présente te plaît, et qui prend Allah à témoin de ce qu’il a dans le coeur, tandis que c’est le plus acharné disputeur. Dès qu’il tourne le dos, il parcourt la terre pour y semer le désordre et saccager culture et bétail. Et Allah n’aime pas le désordre. Et quand on lui dit : « Redoute Allah », l’orgueil criminel s’empare de lui, l’Enfer lui suffira, et quel mauvais lit, certes ! ». [4]


[1] Sourate Al Ma’idah, verset 3.

[2] Sourate Al Ma’idah, verset 1.

[3] Sourate Al Isra’, verset 33.

[4] Sourate Al Baqara, versets 204 à 206.


Source : http://www.saudiembassy.net

Traduction : L’équipe Sounna.com

Repost 0
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 18:10
CENTRE IMAM ALBANI

Communiqué concernant les explosions d'Amman 10/11/2005

Au nom d'Allah, Le Clément, Le Miséricordieux

La Louange est à Allah et la prière et le salut sont sur l'Envoyé d'Allah ainsi que sur les siens, ses compagnons et ceux qui le suivent.

Ce qui est arrivé hier, dans notre Jordanie bien-aimée, comme explosions, destructions, assassinats et crimes de sang, terrorisme à l'encontre des gens en sécurité et à qui il a été accordé la sécurité, est rejeté par l'Islam et Il en est innocent de près ou de loin. Cela en raison des atteintes claires et des menaces graves contre la sécurité de ce pays et des pays musulmans. Et ce pays a été - et est toujours - un exemple de sécurité. Bien plus, il est de tout temps le refuge protecteur des gens en détresse.

Ces actes criminels barbares n'ont attiré sur les musulmans et leur pays qu'afflictions. Et, ils ont encouragé les comploteurs à l'affux dans les pays musulmans et parmis les musulmans. Pire, ils ont rompus leur union et leur regroupement. Ils ont remis en cause leur sécurité et assassiné les ames innocentes sans le moindre droit légal, ni justification humaniste.

Ainsi, nous nous en remettons à Allah, contre ces crimes comdamnables. Et nous avons toujours - avant et après - mis en garde contre les Khawarijs takfiriynes extrémistes, qui ne respectent aucun engagement de paix et de protection envers les musulmans et les non-musulmans.

Aussi, nous avertissons avec insistance les jeunes afin qu'ils soient à la hauteur de la responsabilité de mettre en garde contre ces idées extrémistes et les actes criminels. Et qu'ils préservent leur foi et la sécurité de leur pays. Et qu'ils s'entraident dans la bienfaisance et la piété afin de dévoiler ceux qui salissent notre société pacifique.

Qu'Allah préserve notre bien-aimée pays - peuple et dirigeants - des ruses des comploteurs et des agressions des criminels.

Et qu'Allah écarte notre pays et les pays musulmans des causes des troubles apparents et cachés. Et qu'Allah conduise notre communauté vers sa réussite terreste et religieuse.

Et point d'hostilités, sauf contre les injustes, et les Louanges vont à Allah, Seigneur des mondes.


Dr. Mohammed Ben Moussa Al Nasser
8 Choual 1426 - 10/11/2005

Centre Imam Albani



مركز الامام الالباني ..::: بيان حول تفجيرات عمان :::..

بسم الله الرحمن الرحيم

الحمد لله والصلاة والسلام على رسول الله، وعلى آله وصحبه ومن والاه.

أما بعد:

إن ما حدث في بلدنا الأردن الحبيب بالأمس مِن تفجير وتدمير وقتل وسفك للدماء، وترويع للآمنين والمستأمنين، لممّا يأباه الإسلام ويبرأ منه جملة وتفصيلاً، لما يوقعه من مساس صارخ وتهديد خطير بأمن هذا البلد وبلدان المسلمين، وإن هذا البلد -كان ولا زال- يُضرب فيه المثل بالأمن، بل هو ملاذ الخائفين في كل وقت وحين.

إن هذه الأعمال الوحشية الإجرامية قد جلبت ويلات للمسلمين ولبلادهم، وأغرت الطامعين والمتربصين في بلاد الإسلام والمسلمين، بل فرّقت شملهم، وشتَّتت جمعهم، وزعزعت أمنهم ، وأزهقت الأرواحَ البريئة -بغير أدنى حقٍّ شرعيٍّ، أو مسوّغ إنساني-.

وفي هذا المقام فإننا نبرأ إلى الله من هذه الجرائم المنكرة، وقد كنا ولا زلنا -من قبل ومن بعد- نحذر من أفكار الخوارج التكفيريين المتطرفين الذين لا يرقبون في مسلم ولا غيره إلا ولا ذمة.

وعليه فإننا نحذر ونهيب بالشباب أن يكونوا على قدر مستوى المسؤولية في الحذر والتحذير من هذه الأفكار المتطرفة، والأفعال الإجرامية، وأن يحافظوا على إيمانهم وأمن بلادهم، وأن يتعاونوا على البر والتقوى في كشف أولئك المندسين في مجتمعنا الآمن.

حفظ الله أردننا الحبيب شعباً وقيادةً مِن كيد الكائدين، وعدوان المعتدين المجرمين.

وجنب اللهُ بلادنا وبلاد المسلمين أسباب الفتن ما ظهر منها وما بطن، وأخذ الله بأيدي أمتنا لما فيه صلاح دينها ودنياها.

ولا عدوان إلا على الظالمين، والحمد لله رب العالمين.

الدكتور محمد بن موسى آل نصر
8 شوال 1426هـ - 10/11/2005م

مركز الإمام الألباني
http://albanicenter.net/

Repost 0
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 18:01
LA PAROLE CLAIRE METTANT EN GARDE CONTRE LE TERRORISME ET LES TERRORISTES.
Cheikh Mohammed Abd El Hadi
Louanges à Allah Seul ; que la prière et le salut soient sur l’ultime prophète, ainsi que sur ses compagnons et sa famille.

Les récents événements qui se sont produits à Londres, en Egypte, ainsi que ceux qui ont eu lieu auparavant au Pays des deux Lieux Sacrés, pays de l’Unicité, et dans d’autres pays encore, consistant à répandre le sang, tuer les innocents, détruire les maisons, mettre le feu aux biens publics et privés, faire sauter les ponts, piéger les voitures, épouvanter les gens paisibles, semer la corruption sur terre et détruire les cultures et le bétail, sont des actes criminels que ni les lois célestes, ni les esprits équilibrés, ni la nature droite n’admettent.
Les auteurs de ces crimes ne peuvent en aucune manière justifier leurs actes, parce qu’aux yeux de la religion ce sont des actes interdits, infâmes et nuisibles. Ces événements qui s’enfoncent dans les profondeurs du crime, ne sont pas un simple effort d’interprétation (ijtihad), une divergence d’opinion, une erreur d’interprétation, un égarement dû à l’ignorance ou la prédominance d’une confusion, que l’on pourrait guérir en dissipant les ambiguïtés par le biais de l’enseignement, la patience, la tolérance, le dialogue calme et constructif, l’invitation à la vérité par la sagesse et le bon conseil, ou bien en discutant de la meilleure manière.
Non ! C’est de leur part une obstination à commettre des crimes, bien qu’ils en connaissent le caractère illicite, infâme, répugnant et abominable. C’est un mépris de la vérité après l’avoir connue et un refus de l’évidence.
Ce groupe égaré a fait de la destruction, l’explosion et la corruption son objectif ; sa voie consiste à s’attaquer à la personne et aux biens du musulman ainsi que du non musulman.
Ces gens sont devenus aveugles et se sont égarés.
Compte tenu de la traduction relative et rapproché de la parole du Très Haut. (Allah prit, de ceux auxquels le livre était donné, cet engagement : « Exposez-le, certes, aux gens et ne le cachez pas…). La famille d'Imran (Al-Imran) 3 : 187
Ceci afin de démontrer la vérité et pour se dégager de sa responsabilité.



1) Nous condamnons ouvertement ces actes criminels et barbares y compris les opérations dites martyres qui ont lieu en Palestine et en Irak, car ce ne sont point des opérations martyres. Bien au contraire, il s’agit d’opérations suicides que l’Islam récuse.

2) Nous confirmons que l’Islam n’a rien à voir avec tous ces actes criminels et inhumains.
Les attribuer à l’Islam est une accusation fausse et injuste.
Car l’Islam est la religion de la sécurité, du pacifisme et de la paix ; la religion de la conciliation et de la félicité. C’est une religion qui impose la justice et qui interdit l’injustice, dont les enseignements nobles et les valeurs éminentes invitent vers l’amitié, la compassion, la coopération, l’entraide et à l’élévation de l’humanité vers une vie prospère et digne à l’ombre de la paix et de la sécurité.
L’Islam incite au respect des engagements et des pactes, et interdit de les violer.
Allah le Très Haut dit : (… Et remplissez l’engagement, car on sera interrogé au sujet des engagements). Le voyage nocturne (Al-Isra) 17 : 34
(Ô les croyants! Remplissez fidèlement vos engagements…). La table servie (Al-Maidah) 5 : 1
L’Islam interdit de tuer injustement. Allah Tout Puissant dit :
(…Ne tuez qu’en toute justice la vie qu’Allah a fait sacrée…). Les bestiaux (Al-Anam) 6 : 151
(… que quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les hommes…). La table servie (Al-Maidah) 5 : 32
Comme il est venu avec l’interdiction de semer la corruption sur terre en la considérant comme l’un des grands péchés.
Allah le Très Haut dit : (Il y a parmi les gens celui dont la parole sur la vie présente te plaît, et qui prend Allah à témoin de ce qu’il a dans le cœur, tandis que c’est le plus acharné disputeur. Dès qu’il tourne le dos, il parcourt la terre pour y semer le désordre et saccager culture et bétail. Et Allah n’aime pas le désordre ! Et quand on lui dit : « Redoute Allah ». L’orgueil criminel s’empare de lui. L’Enfer lui suffira, et que mauvais lit, Certes !). La vache (La Baqarah) 2 : 204 205 206
Par ailleurs, Allah lance une sévère mise en garde à l’encontre de ceux qui sèment le désordre sur terre. Allah le Très Haut dit : (La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas ; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment,). La table servie (Al-Maidah). 5 : 33

3) J’invite la jeunesse musulmane et les musulmans en général, en particulier les prédicateurs et les habitués des mosquées –où qu’ils soient- de montrer le vrai visage de l’Islam, afin d’être des modèles pour les autres.
Je leur demande de faire preuve de sagesse quand ils invitent les gens vers Allah Tout Puissant, de se désolidariser des criminels et terroristes, de ne pas les aider et de ne pas les soutenir, que ce soit par la parole, l’action ou l’argent.
Au contraire, il faut expliquer aux gens leur égarement, leur déviation et leur mal, par l’argument et la preuve issus du Livre d’Allah et de la Tradition de Son messager, que la prière et le salut soient sur lui. C’est ce que nous avons aimé clarifier en toute sincérité envers Allah, envers Son Livre, envers Son messager, les imams des musulmans et les musulmans en général et par acquit de conscience.
Que la prière et le salut soient sur notre prophète Muhammad, sur sa famille et sur ses compagnons.

Ecrit par Cheikh Mohammed Abd El Hadi, imam de la Mosquée As-Sounnah à marseille. Le vendredi 29 juillet 2005


cet article est tiré de : www.assalafia.com
Repost 0
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 12:41
L’obéissance au gouverneur et le fait de le rendre mécréant et de sortir à son encontre.
Par le grand savant le Cheykh Sâlih al Fawzân
 
Question :
Trouve-t-on à notre époque des gens qui ont la conception et la pensée des khawârij (1) ?

Réponse :

Ya Soubhannallah ! Ceci est présent actuellement. Excommunier (rendre mécréant) les musulmans, et plus grave que cela, les tuer, leur causer du tord par les événements, les attentats et les actes terroriste, cela n’est-il pas le fait des khawârij ?

En effet, cela est la voie des khawârij. Et cette voie comporte trois choses.
  • Premièrement : Rendre les musulmans mécréants.
  • Deuxièmement : Sortir de l’obéissance du gouverneur (dans les choses licites qu’il ordonne).
  • Troisièmement : Déclarer licite le sang des musulmans.

Cela est la voie des khawârij, et de même lorsqu’une personne a cette conviction dans son cœur mais n’en parle pas et ne la pratique pas, il est tout de même khariji (singulier de khawarij) dans sa croyance et son opinion malgré le fait qu’il ne le montre pas ouvertement dans ses propos et dans ses actes.

(1) Que signifie khawârij ? : Première Secte apparut pendant le califat de ‘Outhmâne bnou ‘Affan. Les membres de cette secte rendent mécréants les musulmans à cause des grands péchés et de sortir (se rebeller) contre le gouverneur.

 
Source : Tiré du livre Ijâbât al mouhima fî machâkil al moulimah, question n°1 : Question réponse de Cheykh Sâlih al Fawzân : Compilé par Mouhammad bnou Fahd al Houssayn.
 
 Traduit par l’équipe d’assounnah
Repost 0
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 12:37
Conseil du grand savant Cheykh Sâlih al Fawzân à ceux qui dénigrent les gouverneurs et les grands savants.

 

Question :

En ce moment il y’a eu beaucoup d’insultes et de dénigrements envers les grands savants,lesquels sont qualifiés de pervers et de mécréants, surtout après qu’ils aient émis les fatâwas (verdicts religieux) sur les attentats. Ils disent de nos savants qu'ils sont une faiblesse dans l’alliance et le désaveu (pour Allah qui est un des fondements de notre religion : al Walâ wal Barâ).

Nous vous demandons de nous orienter et de nous conseiller sur ce sujet. Que dit la législation au sujet de la réfutation d’une personne qui dit de tels propos ?

Réponse :

Il est obligatoire à l’ignorant qu’il se taise, qu’il craigne Allah et qu’il ne parle pas sans science car Allah Ta’ala dit : (Dis : Mon Seigneur  n’a interdit que les turpitudes tant apparentes que secrètes, de même que le péché, l’agression sans droit et d’associer à Allah ce dont il n’a fait descendre aucune preuve, et de dire sur Allah ce que vous ne savez pas) (Sourate 7 verset 33).

Et il n’est pas permis àl’ignorant de parler de s’exprimer dans les sujets de la science (science religieuse et non mondaine) surtout dans les grands sujets comme le Takfir (le fait de rendre une personne mécréante) ou le Jihad (le combat dans le sentier d’Allah) ou sur le sujet de l’alliance et le désaveu.

Et quand à la médisance et à la calomnie actuelle sur ceux qui détiennent l’ordre et le commandement (c’est-à-dire les gouverneurs) et sur les savants, ceci est la plus grave sorte de médisance et cela n’est pas permis.

 

Quant aux événements qui arrivent ou qui sont arrivées, ce genre de situation ou ces sujets, il appartient aux gens de sciences (les savants) de rechercher et d’étudier ces sujets et de ce concerter entre eux, car ces sujets concernent les savants, et c’est aux savants de les éclaircir à la communauté.

Mais en ce qui concerne les gens du commun, les gens de la masse, les étudiants débutants  en science (religieuse) cela n'est pas de leurs ressorts.
 

Allah Ta’ala dit : (Quand leur parvient une nouvelle rassurante ou alarmante, ils la diffusent. S’ils la rapportaient au Messager et aux détenteurs du commandement * parmi eux, ceux d’entre eux  qui cherchent à être éclairés, auraient appris. Et n’eussent été la grâce d’Allah sur vous et Sa miséricorde, vous auriez suivi le diable, à part quelques-uns.)(Sourate 4 verset 83). (c’est-à-dire les gouverneurs et les savants comme Ibnou Kathir la expliqué dans son Tafsir)

 

Ce qui est obligatoire c’est de retenir sa langue (s’abstenir de parler) dans ces sujets qui sont le Takfir et l’alliance et le désaveu.

 
Et l’être humain en générale est ignorant dans l’application des jugements comme le Takfir etc… Peut-être va t il appliquer  un jugement avec erreur, il va juger que les gens sont dans l’égarement ou dans la mécréance et ce jugement va revenir sur lui.
Parce que quand l’être humain dit à son frère "Yâ Kafir" (Ô mécréant) "Yâ Fâsiq" (Ô pervers) et qu ’il ne l’est  pas (c’est-à-dire de ce dont il le nomme) cela reviens sur lui, et la protection est auprès d’Allah.
 

La situation est vraiment dangereuse et celui qui craint Allah qu’il tienne sa langue (c’est-à-dire qu’il ne parle pas dans ces sujets) sauf s’il est de ceux qui doivent s’occuper de ces choses là parmi eux les gouverneurs (ceux qui détiennent l’ordre) ou les savants qui doivent émettrent le jugement sur ces sujets.

Mais quant à la personne qui fait partie des gens du commun (gens de la masse) ou fait partie des petits étudiants en science religieuse il n’a pas le droit d’émettre des jugements sur les gens et de parler sur les gens alors qu’il est ignorant et il médit et il parle dans le sujet du Takfir (juger quelqu’un mécréant) ou dans le sujet du Tafsiq (juger quelqu’un pervers) ou autre sujets que ceux-là, celui-ci ce fait du mal à lui même.

 

Il est demandé au Mouslim (Musulman) de tenir sa langue et qu’il ne s’impose pas se qu’il ne peut pas faire, il lui appartient d’invoquer pour le triomphe des Mouslimin et d’invoquer Allah pour châtier les mécréants (ceux qui sont ennemis de l’Islam) et cela t’est obligatoire.

Mais de ce qui est d'émettre des jugements religieux et de parler sur le cas de ceux qui détiennent l’ordre et sur les savants et que tu les accusent de mécréance ou d’égarement ceci est très dangereux pour toi.

Ô toi qui parle, sache que tes paroles ne leur (les gouverneurs et les savants) fait aucun mal ni aucun préjudice.
Et Allah est la plus savant.

Source : Tiré du livre al Ijâbât al Mouhimat fil Machâkil al Moulimah de Mouhammad bnou Fahd al Housseyn qui a recueillit les fatâwa de Cheykh Sâlih al Fawzân question n° 40
Repost 0
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 12:27
La fitna d’Ibnul Ash’ath

Shaikh Sultan Al-‘Id


Louange à Allah qui a envoyé Son prophète avec la religion de vérité afin qu’elle prédomine sur toutes les religions, et Allah suffit comme témoin. Et j’atteste qu’il n’y a de divinité digne d’être adorée qu’Allah et que Muhammad est Son serviteur et Son messager. Que la salut et la prière d’Allah soient sur lui, ses compagnons et ceux qui suivent sa sunna jusqu’au jour de la Résurrection.


Ceci dit :

 

Il y a dans les récits de ceux qui sont venus avant nous des exhortations, des leçons et des avertissements : « Il y a en cela un signe pour les croyants, et ton Seigneur et le Puissant, le Miséricordieux ». Les gens entendent parler des épreuves (fitan), de leur gravité et de leurs mauvaises conséquences, mais comme on dit : par l’exemple tout devient clair.

 

Parmi les épreuves qui ont secoué la communauté de l’islam, la fitna de ‘Abdurahman Ibnul Ash’ath qui a commencé en 81 (de l’hégire). L’imam Ibn Kathir explique que la cause de cette fitna est que Al-Hajjaj ibn Yussuf détestait Ibnul Ash’ath qui savait cela et il détestait lui aussi profondément Al-Hajjaj, qui était le gouverneur du Calife ‘Abdul Malik ibn Marwan sur la province d’Irak. Il disposait d’une armée de Kufa, Bassora et d’ailleurs avec laquelle il combattait le mécréant Rutbil, le roi des turcs qui a combattu l’islam et tué beaucoup de musulmans. Malgré son aversion pour lui, Al-Hajjaj nomma quand même Ibnul Ash’ath à la tête de cette armée. Al-Hajjaj le haïssait tellement qu’il disait : « A chaque fois que je le vois, je pense à le tuer ». Un jour Ibnul Ash’ath est entré auprès du Hajjaj, auprès duquel était ‘Amir As-Sha’bi, Al-Hajjaj dit : « Regarde sa démarche, par Allah j’ai envie de frapper son cou ! ». As-Sha’bi informa Ibnul Ash’ath de ce qu’avait dit Al-Hajjaj, et il répondit : « Et bien moi, je ne cesserai de le combattre jusqu’à ce que je lui enlève son commandement, si je vis jusque là. ». L’armée est donc partie combattre celle de Rutbil, ils ont pris beaucoup de ville et amassé beaucoup de butin, et Rutbil s’enfuyait devant eux d’une ville à une autre. A ce moment, Ibnul Ash’ath décida d’arrêter le combat, jusqu’à l’année suivante afin que la situation se calme et se consolide dans les contrées qu’ils avaient conquis.


 

Al-Hajjaj lui écrivit en lui ordonnant de poursuivre le combat, en le blâmant et l’accusant de lâcheté et de se sauver devant le combat. Ibnul Ash’ath se mit en colère et appela les gens à se soulever contre Al-Hajjaj ibn Yussuf. Ibnul Ash’ath se leva, et c’était un poète et un excellent orateur, il dit : « Al-Hajjaj est comme celui qui dit : envoie ton esclave aux devants, s’il meurt tant pis et s’il ramène quelque chose, cela est pour toi. Si vous avancez, vous ajoutez au royaume du Hajjaj, mais si vous périssez vous êtes les ennemis, les moins que rien, puis il dit : Rompez votre serment d’allégeance à l’ennemi d’Allah, Al-Hajjaj ! sans rappeler qu’il était le calife. Rompez votre serment d’allégeance à l’ennemi d’Allah, Al-Hajjaj et prêtez serment à votre émir ‘Abdurahman Ibnul Ash’ath, car je vous prends à témoin que je suis le premier de ceux qui rompent le serment d’allégeance à Al-Hajjaj ». De tout côté les gens dirent : nous rompons notre serment d’allégeance à l’ennemi d’Allah, Al-Hajjaj, car ils le détestaient, et prêtons serment d’allégeance à Ibnul Ash’ath, sans rappeler qu’Al-Hajjaj était le gouverneur (et qu’ils lui devaient obéissance).


 

Après qu’ils lui eurent prêté serment d’allégeance, la situation changea et Ibnul Ash’ath se détourna du turc mécréant pour diriger l’armée contre Al-Hajjaj, pour le combattre et lui prendre l’Irak. Au milieu du chemin, ils dirent : Si nous rompons notre serment d’allégeance à Al-Hajjaj, rompons aussi celui avec le Calife Abdul Malik ibn Marwan, le prince des croyants. Ils ont alors renouvelé leur pacte d’allégeance à Ibnul Ash’ath, lui prêtant serment sur le Livre d’Allah et la Sunna de Son prophète de renverser les imams de l’égarement et de combattre les athées (les gouverneurs). Lorsqu’Al-Hajjaj apprit qu’ils avaient rompu leur pacte d’allégeance envers lui et le prince des croyants, il lui écrivit pour qu’il lui envoie rapidement des armées. Le calife fut irrité et prit cela en considération, il lui écrivit pour le mettre en garde de se révolter contre son gouverneur, en disant : « Ö Ibnul Ash’ath, tu as pris une voie trompeuse, reste dans la communauté de Muhammad. Par Allah, regarde ton âme et ne la perd pas, ne verse pas le sang des musulmans, ne divise pas la jama’a et ne romps pas le serment d’allégeance. Si tu dis : je crains que les gens ne me fassent du mal, Allah est plus en droit que tu Le craignes que les gens. N’en viens pas à verser le sang et rendre licite l’illicite, wasalamu ‘alayka ».


 

Puis le Calife envoya des troupes au Hajjaj afin qu’ils combattent ceux qui étaient sortis de la jama’a. Les gens furent atteints par la fitna d’Ibnul Ash’ath et venaient à lui de tout côté, au point qu’on a dit qu’ils avaient 33 000 cavaliers et 120 000 fantassins, ils prirent Bassora et les gens lui firent serment d’allégeance de renverser le Calife et Al-Hajjaj. Ibnul Ash’ath leur dit : « Al-Hajjaj n’est rien, mais c’est le Calife qu’il nous faut combattre ». Et tous les gens de Bassora, vertueux et savants (qurra), jeunes et vieux, furent d’accord avec lui. Al-Hafidh Ibn Kathir dit : « Le nombre de ceux qui le suivait grandissait, les gens ne parlaient plus d’une seule voix… ». Puis les deux armées se sont rencontrées, les savants qui avaient rompu le pacte d’allégeance disaient : « ô vous les gens, combattez pour religion et votre vie ». As-Sha’bi, qui était parmi les imams mais qui a été tenté par Ibnul Ash’ath, dit : « Combattez-le pour son injustice, son mépris des faibles et qu’il ait fait disparaître la piété ». Puis le combat commença, les combats faisaient rage chaque jour et beaucoup de gens furent tués, cette situation dura un long moment, puis le Calife écrivit à Ibnul Ash’ath en disant : « Si vous voulez que je réprimande Al-Hajjaj, je le ferais, je vous laisserais et Ibnul Ash’ath choisira le pays qu’il veut ». Lorsqu’Ibnul Ash’ath apprit cela, il s’adressa aux gens afin qu’ils acceptent ce pacte. Mais les gens, de toute part, disaient : non, par Allah nous n’acceptons pas cela, nous sommes plus nombreux et plus forts, puis ils renouvelèrent leur pacte de renverser le Calife et furent tous d’accord sur cela.


 

Le combat entre les deux groupes dura 103 jours d’après ce que rapporte Ibnul Athîr. L’armée du Calife avança, au commandement d’Al-Hajjaj qui était un fin stratège, et il ordonna de tuer plusieurs savants qui avaient rompu leur pacte d’allégeance, car les gens les suivaient et eux les poussaient au combat. C’est pourquoi l’armée du Hajjaj se dirigea vers eux et en tua un grand nombre. Après cela, Ibnul Ash’ath et ceux qui étaient avec lui furent mis en déroute. L’armée du Hajjaj les rattrapa et les gens se cherchaient des excuses et s’accusaient, après cette longue bataille. Mais Ibnul Ash’ath et un petit groupe parvint à se sauver, et Al-Hajjaj envoya derrière eux une armé pour les tuer. Ibnul Ash’ath se sauva jusqu’à entrer dans le pays de Rutbil le mécréant, le roi des turcs, qui l’accueillit et le reçu avec tous les honneurs par ruse contre les musulmans.


 

Ibnul Ash’ath fut ruiné (perdu) après que sa fitna ait dévasté les bien et les personnes, et que beaucoup de ceux qui l’ont suivi furent tués. Al-Hajjaj les tua, et ceux qui restaient se sauvèrent, parmi eux ‘Amir As-Sha’bi, l’imam. Al-Hajjaj ordonna qu’on lui amène As-Sha’bi qu’on rattrapa et entra auprès de lui. As-Sha’bi dit : « je l’ai salué et lui ai dit : ô prince des croyants, les gens m’ont chargé de te demander de nous excuser. Et je ne dirai ici que la vérité : par Allah nous nous sommes rendus malade pour toi, nous t’avons combattu et nous avons fait tout ce que nous pouvions. Mais nous n’avons point été parmi les vainqueurs, ni parmi les pieux, ainsi Allah t’a donné le dessus sur nous et t’a secouru. Si tu nous châties c’est pour nos péchés et ce que nos mains ont commis. Et si tu nous pardonnes c’est par ta compassion, mais les preuves sont contre nous ». Lorsque le Hajjaj vit ses supplications et la reconnaissance (des fautes commises), il dit : « Ö Sha’bi, par Allah je t’aime plus que ceux qui entrent auprès de nous, alors que leurs épées coulent encore de notre sang et disent : je n’ai rien fait. Tu es en sécurité auprès de nous, ô Sha’bi ! ». Puis le Hajjaj lui dit : « Ö Sha’bi comment étaient les gens contre nous ? », et Al-Hajjaj était bon envers lui avant qu’il ne soit entraîné dans la fitna. As-Sha’bi dit : « Qu’Allah améliore l’émir ! Je me suis réveillé après avoir été séduit, je me suis rendu les choses difficiles, je me suis assis avec les gens, j’ai aimé le soucis, j’ai laissé les frères pieux et je n’ai trouvé aucun successeur à l’émir ». Al-Hajjaj lui dit : « Pars, ô Sha’bi » et il partit en sécurité.


 

Puis Al-Hajjaj exécuta ceux qui avaient suivi Ibnul Ash’ath, au point où on a dit qu’il a tué 130 000 personnes, parmi eux Muhammad ibn Sa’d Ibn Abi Waqqas, et un groupe de vertueux dont le dernier fut Sa’id Ibn Jubayr. Il y eut aussi un groupe de nobles qui suivit Ibnul Ash’ath, parmi lesquels : Muslim ibn Yassar, Abul Jawza, Abul Mihan Ar-Rihahi, Malik Ibn Dinar et Hassan Al-Basri. Car on a dit à Ibnul Ash’ath, si tu veux que les gens combattent à tes côtés comme ils ont combattu aux côtés de ‘Aisha le jour de la bataille d’Al-Jamal (la bataille du chameau), fais sortir avec toi Hassan Al-Basri, ce qu’il fit. Et parmi ceux qui se sont révoltés avec lui Sa’id Ibnu Jubayr, Ibn Abi Layla Al-Faqih et Talha ibnul Musarif… et d’autres, et le secours est auprès d’Allah. Ayyub dit : « Il n’y aucun d’eux qui ne se soit pressé vers Ibnul Ash’ath sans revenir de son empressement, et aucun n’a réussi, sauf celui à qui Allah a accordé sa louange et l’a préservé (de cette fitna). Puis Al-Hajjaj écrivit à Rutbil, le roi des turcs qui avait accordé l’asile à Ibnul Ash’ath : « par Celui en dehors de qui il n’y a pas de divinité digne d’adoration, si tu ne me rends pas Ibnul Ash’ath, j’enverrai contre toi un million de combattants ». Lorsque l’avertissement du Hajjaj se précisa, Rutbil consulta les gouverneurs et décida d’emprisonner Ibnul Ash’ath avant qu’Al-Hajjaj envoie son armée et ne prenne tout le pays. Alors Rutbil rendit Ibnul Ash’ath accompagné de trente de ses suiveurs, mais alors qu’ils étaient en chemin, Ibnul Ash’ath parvint à monter en haut d’une tour et à se jeter dans le vide. Il mourut sur le coup. On coupa la tête d’Ibnul Ash’ath, on tua les autres et on envoya leurs têtes au Hajjaj qui ordonna qu’on la montre partout en Irak puis il l’envoya au prince des croyants ‘Abderahman Ibn Malik qui la montra partout dans le Sham, puis on l’envoya chez l’émir ‘Abd Al-‘Aziz en Egypte, puis il fut enterré.


 

Al-Hafidh Ibn Kathir dit : « Comme il est étonnant qu’ils lui aient prêté serment d’allégeance, comment se sont-ils accrochés à quelqu’un envoyé pour combattre Rutbil par le prince des croyants pour le renverser alors qu’il fait partie des califes de Quraysh. Ils ont prêté serment d’allégeance à un soldat sur ce qu’aucun savant n’a rendu obligatoire. Et par cette cause, beaucoup de gens sont morts, nous sommes à Allah et c’est vers lui que nous retournons. ». Un homme des Ansar est venu voir ‘Umar ibn ‘Abd Al-‘Aziz et lui a dit : « je suis untel fils d’untel, mon grand père untel est mort à Badr et mon grand père untel est mort à Uhud », et il citait ses ascendants et ‘Umar dit : « Par Allah ! Ça ce sont des exploits (actes de bravoure), et pas la bataille d’Al-Jamal (où certains ont voulu se soulever contre ‘Ali) et ce qu’a fait Ibnul Ash’ath et ceux qui l’ont suivi, en sortant contre les gouverneurs et en faisant couler le sang des musulmans. Et il n’y a de force et de puissance qu’en Allah le Seigneur de l’univers ». Voilà ce que je dis et je demande pardon à Allah pour moi et pour vous, demandez –lui pardon car Il est le Pardonneur et le Miséricordieux.


 

(…) Nous venons de voir comment la fitna d’Ibnul Ash’ath s’est répandue et à quoi elle a mené : une grande fitna, la division, la mort de plus de 100 000 musulmans. Mais il on peut en tirer plusieurs choses, parmi lesquelles :

 

1_ Au départ, la fitna a une douceur (une bonne apparence) qui tente la plupart des gens, sauf ceux qu’Allah a préservé. Beaucoup de savants se sont révoltés avec Ibnul Ash’ath, alors que dire des gens de la masse. Au début sa parole était forte et incitatrice, et il poussait à se révolter contre le Calife. Abu Ja’fari disait : « Ö vous les gens, combattez pour votre religion et votre vie, car s’ils vous dominent ils pervertiront votre religion et domineront vos vies ». ‘Amir As-Sha’bi disait : « Ö vous les gens, combattez-les, et n’éprouvez aucun regret à les tuer, car je ne connais personne sur terre de plus injuste et de plus tyrannique qu’eux » Et Sa’id ibn Jubayr disait de même. Par Allah, s’ils savaient où cela a mené ils n’auraient pas dit ce qu’ils ont dit, mais la fitna rend aveugle ! Allah préserve-nous, Toi qui est puissant et pardonneur.


 

2_ Lorsque la fitna arrive, elle touche les pervers et les pieux, Allah dit : « Craignez une épreuve qui n’atteindra pas seulement ceux d’entre vous qui ont été injustes ». Ibnul Athîr rapporte que lorsque l’armée d’Ibnul Ash’ath s’est retournée contre Al-Hajjaj, celui-ci prenait le pacte d’allégeance des gens, mais c’était un oppresseur et il n’acceptait aucun pacte sans qu’il n’ait dit : « Témoigne contre toi que tu renies (kafir) ». C'est-à-dire renier le serment d’allégeance et à porter les armes. S’il disait oui, il acceptait son serment, sinon il le tuait. Un homme de la ville d’Ath’am vint le voir et il était hautement considéré par tous les gens. Al-Hajjaj l’informa de cette question et l’homme polémiqua, Al-Hajjaj lui dit : « Tu veux nous tromper ! Témoignes-tu que tu es mécréant ? ». L’homme dit : « Quel mauvais homme je ferais si j’adorais Allah pendant 80 ans puis que je témoignais contre moi de la mécréance ». Al-Hajjaj lui dit : « Alors je vais te tuer ». L’homme lui dit : « Même si tu me tues (je ne le dirais pas) ». Al-Hajjaj le tua, et tout le monde, du Sham à l’Irak, implora la miséricorde d’Allah pour lui et s’attrista de sa mort.


 

3_ Lorsque la fitna se retourne contre ceux qui y ont participé, ils regrettent à cause de ce qu’ils voient comme épreuve et mal. Fayrus ibnul Hussayn fut fait prisonnier et amené devant Al-Hajjaj qui lui dit : « Abu ‘Uthman, qu’est-ce qui t’a fait sortir avec eux ? Par Allah ta chair n’est pas comme la leur, ton sang n’est pas comme le leur. » Il dit : « Ö émir, c’est la fitna qui m’a emporté ». Il ordonna alors qu’on lui coupe la tête. Puis Al-Hajjaj appela Ibn ‘Umar ibn Musa, il s’excusa et dit : « Qu’Allah améliore l’émir, c’était une épreuve qui a entraîné les pieux et les pervers et nous avons été entraîné. Allah t’a donné la supériorité sur nous, si tu nous pardonnes c’est par ta vertu, sinon tu oppresses des pécheurs ». Al-Hajjaj dit : « Tu mens lorsque tu dis qu’elle a entraîné tout le monde, (elle n’a entraîné) que les pervers et les bons ont été préservés. Et puisque tu reconnais (ton péché) cela te servira, pars en paix » Mais Al-Hajjaj ordonna qu’on lui coupe la tête. Ensuite Al-Hajjaj appela Ilqam ibnul Mu’aym et lui dit : « Qu’est-ce qui t’a fait sortir avec Ibnul Ash’ath et qu’espérais-tu ? ». Il dit : « Je voulais qu’Ibnul Ash’ath prenne le pouvoir et me confie l’Irak comme ‘Abdul malik te l’a confié ». Alors le Hajjaj le tua. Puis il appela Asha Amzan qui était un poète qui avait suivi Ibnul Ash’ath et faisait des poésies pour pousser les gens à renverser le Calife. Lorsqu’il entra auprès du Hajjaj il s’excusa (en faisant une poésie dans laquelle il louait le calife). Al-Hajjaj lui dit : « Par Allah, nous ne te louons pas, ô ennemi d’Allah ! Tu as dit ce que tu as dit pendant la fitna et poussez les gens contre nous ». Il lui coupa la tête et il rejoint ses semblables.


 

4_ Lorsque commence la fitna, ceux qui la provoquent attirent à eux les élites afin de les prendre comme preuve auprès des gens, on a dit à Ibnul Ash’ath, si tu veux que les gens combattent à tes côtés comme ils ont combattu aux côtés de ‘Aisha le jour de la bataille d’Al-Jamal (la bataille du chameau), fais sortir avec toi Hassan Al-Basri, ce qu’il fit. Certains imams sont sortis avec Ibnul Ash’ath, comme Sa’id ibn Jubayr, Malik ibn Dinar et d’autres encore, et ceux qui ont été préservés l’ont été par la grâce d’Allah. C’est pour cela que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) cherchait protection auprès d’Allah contre les épreuves et il ordonnait de le faire dans chaque prière, car certaines (épreuves) peuvent aveugler l’homme sage. Car ces fitna séduisent par le grand nombre de gens qui les soutiennent, c’est pour cela que plus de 150 000 hommes ont combattu avec Ibnul Ash’ath, et même un groupe de personnes illustres, mais ce qu’ils ont fait n’a pas été accepté, car cela est contraire aux texte qui ordonnent de rester avec la jama’a et de patienter, et interdisent la révolte, la division et la dispute. Ayyub dit : « Il n’y aucun d’eux qui ne se soit pressé vers Ibnul Ash’ath sans revenir de son empressement, et aucun n’a réussi, sauf celui à qui Allah a accordé sa louange et l’a préservé (de cette fitna) ». L’imam Ibn Batta Al-‘Uqburi dit dans sa mise en garde contre le fait d’être trompé par le grand nombre : « A notre époque, les gens sont comme un groupe d’oiseaux, ils se suivent les uns les autres. Si quelqu’un venait prétendre la prophétie, alors qu’il sait que Muhammad (salallahu’ alayhi wasalam) est le dernier des prophètes, ou si quelqu’un prétendait être Allah, il trouverait des gens qui le suivraient. Nous cherchons protection contre les épreuves apparentes ou cachées. ».


 

5_ Les conséquences de la fitna sont désastreuses et mènent à la perte. Ainsi Ibnul Ash’ath est parti comme chef de l’armée musulmane pour combattre sur le sentier d’Allah, puis il est devenu le responsable de cette fitna, il a laissé le combat contre les mécréants et s’est retourné contre les musulmans. A cause de lui, beaucoup ont été tué, les choses ont changé, le mal s’est répandu, au point où il a rejoint Rutbil, le roi des mécréants qu’il combattait peu avant cela, et qui l’a accueilli par ruse contre les musulmans. Ainsi est la fitna, elle amène celui qui la provoque (ou la suit) à des choses qu’il ne veut pas. Et si Ibnul Ash’ath c’était arrêté là cela aurait été moindre mal, et pourtant comme est grand son mal. Lorsque Rutbil l’a abandonné et renvoyé au Hajjaj, celui-ci s’est enfui en chemin et s’est jeté d’une tour, qui aurait pu penser que sa fin allait être celle-ci.


 

6_ Ibnul Ash’ath a donné à sa fitna l’habit de la religion, et il a prétendu que cela faisait partie de la réprobation du mal et du secours de la religion, mais la réalité est contraire à cela. Ibnul Athîr rapporte qu’Al-Hajjaj haïssait Ibnul Ash’ath et disait : « A chaque fois que je le vois, je pense à le tuer ». Ibnul Ash’ath cherchait cela et disait : « Et bien moi, je ne cesserai de le combattre jusqu’à ce que je lui enlève son commandement, si je vis jusque là. » (…). Celui qui divise la jama’a et répand la fitna est un homme qui suit se passions dont le cœur est malade et qui est en contradiction avec la sunna, même s’il présente cela comme le fait de réprouver le mal.


 

7_ Lorsque commence la fitna, le premier qui se brûle est celui qui l’a allumée, les choses se retournent contre lui, il se laisse dominer par les ignorants qui sont avec lui au point que le commandement leur appartient. Le calife a écrit à Ibnul Ash’ath en lui proposant de réprimander Al-Hajjaj et de lui accorder une terre… Ibnul Ash’ath s’adressa aux gens en leur disant : « Acceptez tant que vous êtes forts et puissants » Mais, de toute part, les gens dirent : non, par Allah nous n’accepterons pas, nous sommes plus forts et plus nombreux qu’eux. Ils renouvelèrent leur engagement de renverser le calife et prêtèrent serment à Ibnul Ash’ath, et voyez ce qu’ils sont devenus.


 

8_ Celui qui se sépare de la jama’a et entre dans la fitna est seul, et ceux qui l’aimaient et le soutenaient se détournent de lui. As-Sha’bi raconte dans quel état il était après avoir rompu son pacte d’allégeance et avoir rejoint Ibnul Ash’ath : « j’ai perdu les frères pieux et je ne trouve aucun successeur à l’émir ». C’est pour cela que les savants sont attentifs à réunir les gens en période de troubles. Hamdan rapporte : « Les savants de Bagdad se sont réunis chez Abu ‘Abdillah, l’imam Ahmad Ibn Hanbal, et ils lui dirent : la chose a grandi et s’est répandue, ils voulaient dire la parole de ceux qui disent que le Qur’an est créé, nous n’agréons pas son commandement et son sultanat. L’imam Ahmad débattit avec eux sur ce point et dit : réprimez vos cœurs et ne vous soulevez pas d’un pouce (contre l’émir), ne rendez pas la situation difficile aux musulmans, et ne versez pas votre sang et le leur, regardez les conséquences et patientez jusqu’à ce que cela s’éclaircisse. Puis il leur dit : le fait que nous nous révoltions n’est pas correct, cela est contraire aux textes ». L’imam Ahmad dit cela alors que le gouverneur lui a fait du mal, l’a emprisonné et fouetté, malgré cela il leur interdit d’affronter les gens. Les gens de la sunna sont les gens de la justice, du regroupement, du suivi des textes, ils espèrent ce qu’il y a auprès d’Allah.


 

Et la dernière chose que l’on peut tirer de cette histoire est l’importance de s’accrocher au comportement religieux adéquat en période de troubles. Parmi ce bon comportement : prendre garde à la fitna et à ceux qui la provoquent ; la compassion et la douceur ; il ne faut pas se presser d’accepter les pensées et les avis ; la bonté avec les gens qu’ils soient dans l’erreur ou la vérité. La douceur n’est pas ajoutée à une chose sans qu’elle ne l’embellisse, et elle n’est pas retirée d’une chose sans l’enlaidir. L’obligation de rester avec la jama’a des musulmans et leur gouverneur et ne pas se séparer, d’après la parole d’Al-Hudhayfa, lorsque le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) lui a parlé des fitnas, il demanda au prophète : Que me conseilles-tu si je vis cela ? Il dit : « Reste avec la jama’a des musulmans et leur imam ». Revenir vers les savants de la sunna, les gens du tawhid et l’avertissement contre le fait de s’en écarter et de les contredire pour répondre à leurs opposés. Par Allah la première porte qui amène l’homme à la fitna est de critiquer les savants, de prendre des avis chez d’autres qu’eux. Et celui que vous voyez critiquer nos savants, sachez qu’il est atteint par la fitna, car fait partie des signes des gens de l’innovation le mépris pour les savants de la sunna. Fait aussi partie du bon comportement, de peser les avis, les groupes sur la balance des gens de la sunna et du tawhid. Ce qui est conforme à ce sur quoi étaient les salafs est accepté, sinon cela est rejeté. En période de troubles, on ne dit pas tout, si seulement certaines personnes laissez ces choses importantes aux grands savants pour préserver l’unité, que celui qui a un avis le leur rapporte, (comme Allah dit ) : « Quand leur parvient une nouvelle rassurante ou alarmante, ils la diffusent. S'ils la rapportaient au Messager et aux détenteurs du commandement, ceux d’entre eux qui en cherchent le sens, l’auraient appris (de la bouche du Prophète et des détenteurs du commandement). ». Ö Allah, protège-nous des épreuves apparentes et cachées…


 
 Traduit par les salafis de l’Est
http://www.salafs.com/modules/news/article.php?storyid=10064&keywords=takfir
Repost 0
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 12:12
Eclaircissement concernant les « Khawâridjs »

SHeikh Sâlih Fawzân Al-Fawzân (hafidhahullâh)

par Oummou Souleyman


Les « Khawâridjs » sont ceux qui se sont révoltés [sont sortis : kharoûdj] contre leur gouverneur à l’époque du khalifah de ’Uthmân (radhiallahu ’anhu). Leur révolte eut pour résultat l’assassinat de ’Uthmân (radhiallâhu ’anhu). Puis leur mal grandit encore durant le khalifah de ’Alî (radhiallâhu ’anhu), et ils se rebellèrent contre lui, et ont dit que c’était un mécréant. Ils ont aussi fait du « takfîr » [le fait de rendre mécréante une personne] sur les Compagnons (radhiallâhu ’anhum), car ces derniers ne voulaient pas être d’accord avec eux dans leurs fausses croyances.

Ainsi, ils jugèrent que tous ceux qui s’opposaient à eux sur leur point de vue étaient des mécréants |Kufâr]. En résultat, ils prononcèrent le takfir sur les meilleurs parmi la création, c’est-à-dire, les Compagnons du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam). Pourquoi ceci ? Car ils (les Compagnons) n’étaient pas d’accord avec eux quant à leur égarement et leurs mauvaises croyances. Ils n’adhèrent pas à la Sounnah et à la Djamâ’ah (au groupe), et ils n’obéissent pas non plus au gouverneur. Plutôt, ils se rebellent contre lui, et renoncent au pacte d’allégeance avec lui, disant que cela ne fait pas partie de la religion, ils contredisent ainsi le conseil du Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam) de montrer de l’obéissance et ils contredisent le commandement d’Allâh qui dit :

« Obéissez à Allâh et obéissez au Messager et à ceux qui détiennent le commandement parmi vous. »
 [1]

Ainsi, Allâh - Ta’âla - a rendu l’obéissance au gouverneur comme étant une partie de la religion, et le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) a rendu l’obéissance au gouverneur comme étant une partie de l’Islâm, ainsi, on retrouve cela dans le hadîth :

« Je vous recommande la taqwah [crainte] envers Allâh, et une totale obéissance même si un esclave devient votre chef. Car celui auquel sera prêté une longue vie verra de nombreux différents. » [2]

Ainsi, obéir au gouverneur musulman fait partie de la religion de l’Islâm. Mais les khawâridjs disent : « Non, nous sommes exempts de cela ». Ainsi, les « Khawâridjs » sont ceux qui cherchent à causer la division au sein du corps principal et uni des musulmans, et qui se révoltent contre leurs leaders, or c’est de la désobéissance envers Allâh et Son Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam) que de faire cela. Ils prétendent également que la personne qui fait un grand péché est un mécréant [Kâfir].

Ainsi, quelqu’un qui commet un grand péché, un fornicateur, un voleur, quelqu’un qui boit de l’alcool par exemple, sont tous considérés comme étant mécréant.

Au contraire, « Ahl us-Sounnah wal-Djamâ’ah » disent qu’une telle personne est musulmane, mais avec une foi moindre [faible], et ils l’appellent « un pécheur dans la religion ». Donc c’est un croyant, et ceci à cause de son Imân [foi], tandis que c’est un pécheur à cause de son grand péché. Car rien ne fait sortir de l’Islâm, excepté le Chirk [polythéisme] et toutes les choses bien connues qui sont des « nawâqidh al-Islâm » [annulations de l’Islâm] Quant aux péchés qui sont en dessous du Chîrk [association], ils n’expulsent pas une personne hors de la Foi, même si ce sont des grands péchés.

Allâh - Ta’âla - dit :
« Certes, Allâh ne pardonne pas qu’on Lui associe quelque chose, mais Il pardonne en dehors de cela à qui Il veut. »
 [3]

[Pour les Khawâridjs] celui qui a commis un grand péché est un mécréant, il ne sera pas pardonné, et ils resteront pour l’éternité en Enfer. Or, ceci est à l’opposé de ce qui est mentionné dans le Qor’ân. La raison pour ceci est qu’ils n’ont pas la compréhension de la Religion. Notez que la raison pour laquelle ils sont tombés dans cela [dans ces fausses croyances] fut leur manque de compréhension. Ceci, car ils sont des gens qui sont acharnés dans leurs adorations, prières et jeûne, et récitation du Qor’ân. Et ils ont une grande ferveur dans la religion mais ils n’ont pas de science, et là est le problème. Ainsi, faire des efforts considérables et s’exhorter soi-même à la piété et à l’adoration doit être accompagné de science et de compréhension de la Religion. C’est pourquoi l’Envoyé (sallallahu ’alayhi wa sallam) les a décrit à ses compagnons (radhiallahu ’anhum) de la manière suivante : que les Compagnons regarderont leurs propres prières et adorations avec humilité à côté des leurs. Puis il leur dit : « Ils sortiront de la religion comme la flèche de l’arc » [4]

Ceci, malgré leurs adorations et malgré leur droiture et leurs prières la nuit. Ainsi, parce que leur exégèse n’a pas été basée sur un fondement correct, ni sur une science authentique, cela devient de l’égarement, et du mal sur eux et sur la Communauté musulmane. Bien plus, il n’a jamais été rapporté que les « Khawâridjs » ont même un seul jour combattu les mécréants. Au contraire, ils se sont seulement battus contre les musulmans, comme le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Et ils tueront les gens de l’Islâm, alors qu’ils laisseront les idolâtres » [5]

Il n’est pas parvenu à notre connaissance, à propos de l’histoire des Khawâridjs, qu’ils se soient même un jour battus contre les mécréants et les polythéistes. Plutôt, ils combattent sans arrêt les musulmans. Ils ont assassiné ’Uthmân et ’Alî Ibn Abî Tâlib (radhiallâhu ’anhumâ). Ils ont assassiné Az-Zubeyr Ibn Al-’Awwâm et tué les meilleurs des Compagnons. Et ils n’ont jamais cessé de tuer les musulmans. Et tout ceci est dû à leur ignorance de la Religion d’Allâh. Mais malgré cela, ils avaient de la piété et de la dévotion, mais puisqu’ils ne se basent pas sur la science authentique, cela devint une maladie pour eux. C’est pourquoi le grand savant Ibn al-Qayyîm (rahimahullâh) a dit à propos d’eux : « Ils ont des preuves tirées des textes, qu’ils ne comprennent pas, ainsi, ils leur a été donné peu de science. » [6]

Ainsi, ils utilisaient les textes comme preuves mais cependant ils ne les comprenaient pas. Ils utilisaient comme preuves des textes du Qor’ân et de la Sounnah concernant les (menaces) dangers de commettre des péchés, mais ils ne saisissent pas leur signification. Ils ne les réfèrent pas aux autres textes dans lesquels on trouve le promesse du pardon et de l’acceptation du repentir pour ceux qui ont fait des péchés moindres que le polythéisme. Ainsi, ils acceptent une partie, et rejettent une autre partie, tout ceci à cause de leur ignorance.

Donc, avoir un amour surprotecteur pour la Religion et de l’enthousiasme ne suffisent pas. Ces choses doivent être fondées sur la science et la compréhension de la religion d’Allâh. Alors, [cet amour et cet enthousiasme] seront issus de la connaissance et ils seront à la place qui leur sied. L’amour sur protecteur pour la Religion et l’enthousiasme sont un bien, mais ils doivent être guidés et dirigés par le suivi du Qor’ân et de la Sounnah. Il n’y a personne qui a plus de « priorité » et qui est plus sincère envers la religion que les Compagnons (radhiallâhu ’anhum), mais malgré cela, ils se sont battus contre les « khawâridjs », et ceci à cause du danger et du mal qu’ils représentent.

’Alî Ibn Abî Tâlib (radhiallâhu ’anhu) s’est battu contre eux, de telle sorte qu’il fut assassiné par eux, par le pire des assassinats lors de l’incident de Nahrawân. En faisant cela, il a accompli ce que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) nous avait affirmés, du fait qu’il donnait la bonne nouvelle à ceux qui tueraient les khawâridjs de la félicité et du paradis. Ainsi, ’Alî Ibn Abî Tâlib (radhiallâhu ’anhu) fut l’un de ceux qui les tua, donc il reçu la bonne nouvelle de l’Envoyé (sallallahu ’alayhi wa sallam). Il en tua afin d’empêcher le mal de tomber sur les musulmans. Il est obligatoire pour les musulmans de chaque génération, s’ils sont au courant de l’existence de cette mauvaise compréhension, qu’ils remédient à cela en appelant au chemin d’Allâh en premier lieu, et en éduquant les gens là-dessus. S’ils ne l’acceptent pas, ils doivent les combattre afin d’empêcher leur mal.

’Alî Ibn Abî Tâlib (radhiallahu ’anhu) envoya son cousin, ’Abdullâh Ibn ’Abbâs -le savant de cette Communauté et le « Tourdjmân » [exegète , commentateur] du Qor’ân à ces gens-là. Ainsi, il débattit avec eux et 6000 d’entre eux se repentirent et retournèrent,mais beaucoup restèrent et ne se repentirent point. Alors , à ce moment là, l’Emir des Musulmans ’Alî Ibn Abî Tâlib avec les Compagnons, se mirent à les combattrent, et cela afin d’empêcher leur mal de toucher les musulmans. Ceci est la secte connue sous le nom de « Al-Khawâridjs », est c’est leur ’Aqîdah [dogme/croyance].

Notes
[1] sourate An-Nissâ, v59
[2] hadîth rapporté par Abû Dâwoud et At-Tirmidhî - hassan/sahîh
[3] sourate An-Nissâ, v48 et 116
[4] Ahmad, Al-Bukhârî, Muslim
[5] Al-Bukhârî et Muslim
[6] Kitâb « an-Nouniyyah » de Ibn al-Qayyîm, p.97

http://manhajulhaqq.com/spip.php?article99
Repost 0
6 janvier 2007 6 06 /01 /janvier /2007 14:35
Tuer des agents des forces de l'ordre fait parti de quel minhadj?
Sheikh Salih Fawzan ibn al Fawzan

Question: Il se propage chez beaucoup de jeunes des tracts, ou l’on y déclare l’autorisation de tuer des agents des forces de l’ordre et en particulier des membres des renseignements, et ceci est la formule d'une fatwa émanant d’un taleb el’ilm (étudiant en sciences) et (qui dit) qu’ils (les agents) sont jugés comme apostats. J’espère que vous pourrez nous montrer l’avis légal dessus ainsi que les effets qui résulteront de cet acte grave.

Réponse : Ceci est le madzhab ( école de pensée) des khawaridj. Et les khawaridj ont tué Ali ibn Abi talib le meilleur des sahaba après Abou Bakr, Omar et ‘Othman, alors celui qui a tué ‘Ali ibn abi Talib comment ne peut-t-il pas tuer des agents des forces de l’ordre ?? Ceci est le madzhab des khawaridj et celui qui leur a donné cette avis est comme eux, et avec eux, et nous demandons à Allah qu’il nous pardonne et qu’il nous préserve.

Extrait de "Kitab elfatawa acchar’iya fi lqadhaya el’asriya"

par: Badr
http://www.fourqane.com/forum/viewtopic.php?t=35

Repost 0
6 janvier 2007 6 06 /01 /janvier /2007 14:30
Le terrorisme correspond à effrayer, à faire peur et à épouvanter ; on dit :
« Il l’a terrorisé : c’est-à-dire il l’a effrayé et il lui a fait peur »

Et c’est ainsi que la parole d’Allah (qu'Il soit exalté) fut interprétée :
وَاسْتَرْهَبُوهُمْ وَجَاءوا بِسِحْرٍ عَظِيمٍ

{Et ils leur inspirèrent de la frayeur, et apportèrent une très grande magie}

[Al-‘Aaraaf : 116]


Et le Coran a parlé de certains aspects du terrorisme ; parmi ceux-ci, ce qu’Allah (qu'Il soit exalté) a mentionné au sujet de ceux qui commettaient la corruption dans le peuple de Thamoud dans Sa parole (qu'Il soit exalté) :
وَكَانَ فِي الْمَدِينَةِ تِسْعَةُ رَهْطٍ يُفْسِدُونَ فِي الْأَرْضِ وَلَا يُصْلِحُونَ
قَالُوا تَقَاسَمُوا بِاللَّهِ لَنُبَيِّتَنَّهُ وَأَهْلَهُ ثُمَّ لَنَقُولَنَّ لِوَلِيِّهِ مَا شَهِدْنَا مَهْلِكَ أَهْلِهِ وَإِنَّا لَصَادِقُونَ

{Et il y avait dans la ville un groupe de neuf individus qui semaient le désordre sur terre et ne faisaient rien de bon. Ils dirent : « Jurons par Allah que nous l’attaquerons la nuit, lui et sa famille ». Ensuite, nous dirons à celui qui est chargé de le venger : « Nous n’avons pas assisté à l’assassinat de sa famille, et nous sommes sincères »}

[An-Naml : 48-49]



Et parmi les aspects du terrorisme de Pharaon lorsque les sorciers crurent en Allah :

فَلَأُقَطِّعَنَّ أَيْدِيَكُمْ وَأَرْجُلَكُم مِّنْ خِلَافٍ وَلَأُصَلِّبَنَّكُمْ فِي جُذُوعِ النَّخْلِ وَلَتَعْلَمُنَّ أَيُّنَا أَشَدُّ عَذَابًا وَأَبْقَى

{Je vous ferai sûrement, couper mains et jambes opposées, et vous ferai crucifier aux troncs des palmiers, et vous saurez, avec certitude, qui de nous est plus fort en châtiment et qui est le plus durable}

[Taha : 71]


Et parmi les aspects du terrorisme, ce que les versets ont mentionné au sujet des gens du fossé pour lesquels des fossés furent creusés et on y alluma le feu, puis ils furent jetés vivants dans le feu ; Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

إِنَّ الَّذِينَ فَتَنُوا الْمُؤْمِنِينَ وَالْمُؤْمِنَاتِ ثُمَّ لَمْ يَتُوبُوا فَلَهُمْ عَذَابُ جَهَنَّمَ وَلَهُمْ عَذَابُ الْحَرِيقِ

{Ceux qui font subir des épreuves aux croyants et aux croyantes, puis ne se repentent pas, auront le châtiment de l’Enfer et le supplice du feu}

[Al-Bourouj : 10]


Et à notre époque, le terrorisme représente l’affaire la plus importante et le danger de l’avenir ; il naît d’une erreur dans la croyance, la pensée et le comportement, ainsi qu’un refus de vivre avec la réalité et de construire l’avenir ; et il se peut qu’il soit le résultat d’une convoitise mondaine, ou d’un désespoir psychologique, ou d’une mauvaise vengeance.


Et parmi les aspects du terrorisme, ces actes de destruction qui se sont produits dans notre pays ; des actes qui détruisent et ne construisent pas, qui font peur et n’apportent pas la sécurité, qui corrompent et ne mènent pas à la réforme, qui causent du tort et ne sont pas utiles, mais au contraire, ils ont engendré un grand mal et beaucoup de préjudices aux sociétés et aux individus.


Et ce qui a été le plus difficile pour les gens de l’Islam, le fait que ceux qui sont responsables de ces actes de destruction sont certains parmi les enfants des musulmans qui ont été trompés par les diables parmi les hommes et les génies, qui les ont détournés du droit chemin, et ils devinrent alors des armes dirigées vers l’Islam et les musulmans avec les actes blâmables qu’ils ont accomplis et qui ne sont plus cachés, car les gens les ont vus, ils ont souffert à cause de ces actes et ils ont été témoins contre ceux qui les ont commis - qu’Allah nous en protège-. Et parmi ces actes : le fait qu’ils ont accusé les musulmans d’apostasie, ils ont tué des infidèles autorisés à séjourner en terre d’Islam, ils ont désobéi au dirigeant, ils ont saccagé les propriétés et les richesses, ils ont troublé la sécurité, ils ont effrayé les gens vivant en sécurité dans ce pays et ils ont causé le désordre.


Et ici, nous ne devons pas mettre l’erreur sur toute la communauté islamique, car le terrorisme n’a aucun lien avec une religion, ou un pays ou une communauté, mais c’est la marchandise du diable et il l’implante dans la pensée de ceux qui sont égarés et dont les actions sont vaines.


Et le danger du terrorisme s’est propagé dans le monde et ses étincelles se sont éparpillées ; et à cause du danger qu’il représente, les voix se sont élevées pour appeler à la nécessité de faire face à ce terrorisme et de l’arrêter, de définir sa signification et d’exposer ses formes et ses aspects ; tout comme les organisations se sont appelées, les congrès se sont réunis, et cette affaire a été mise sur la table de la recherche pour l’étude objective et l’analyse scientifique précise.


Nous devons comprendre que l’Islam est plus élevé et plus honorable que ces mauvais comportements et ces croyances égarées ; et plus exactement, l’Islam est un argument contre les musulmans avec ses lois et sa législation ; donc, celui qui connaît véritablement l’Islam, connaît la vérité, car celui qui connaît la vérité, connaît ceux qui la suivent.


Et ces mauvais comportements montrent la croyance de ceux qui commettent ces actes, et leurs pensées qui dévient du droit chemin et qui s’opposent aux chemins de la religion et aux méthodes prophétiques, lorsqu’ils s’écartèrent du chemin droit d’Allah, s’opposèrent à la vérité évidente et eurent des compréhensions opposées à tous les savants respectés de la communauté.


Et ce qui est étonnant, est la ruse de certaines personnes rancunières lorsqu’ils exagérèrent et dirent du mal des valeurs et des principes de l’Islam, de l’appel à Allah et des prédicateurs en déformant les réalités afin de comploter contre l’Islam, et d’effrayer les gens de la religion et de l’attachement à la religion ; et ceci est une falsification évidente pour les générations, et un mensonge énorme que leurs cœurs malades et leurs plumes empoisonnées ont dicté. Ils ont propagé que les musulmans et ceux qui appellent à l’Islam ne sont que des terroristes qui répandent la terreur et la peur. Lorsque nous refusons le terrorisme et le condamnons, nous désapprouvons ceux qui pêchent en eau trouble, qui altèrent les valeurs de la religion, et qui se servent de la vague de terrorisme afin d’attaquer les bases de la religion, et c’est comme s’il n’y avait de violence que chez les musulmans.


Et nous sommes certains que ces événements sont une situation accidentelle, et que par la grâce d’Allah, les brèches des mauvais comportements et de la pensée erronée disparaîtront avec la prise de conscience et l’information, ainsi que la force.


Et la gloire éclatante de l’Islam est inscrite avec de l’encre de lumière depuis l’époque de la prophétie, puis l’époque des califes bien guidés jusqu’à nos jours, et l’humanité n’a connu une sécurité, une paix et une justice brillante qu’avec l’Islam ; l’Islam a précédé toutes les lois pour la lutte contre le terrorisme et la protection des sociétés contre ses préjudices ; et premièrement, avec la protection de l’homme, la protection de sa vie, de son honneur, de son argent, de sa religion et de son cerveau, à travers des limites claires que l’Islam a interdit de transgresser ; Allah a dit (qu'Il soit glorifié) :

وَمَن يَتَعَدَّ حُدُودَ اللّهِ فَأُوْلَـئِكَ هُمُ الظَّالِمُونَ

{Et ceux qui transgressent les ordres d’Allah, ceux-là sont les injustes}

[Al-Baqara : 229]


C’est une religion qui protège la vie et la dignité humaine, et elle considère quiconque tue une personne sans raison légale [dans la religion] comme ayant tué tous les hommes, Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

مِنْ أَجْلِ ذَلِكَ كَتَبْنَا عَلَى بَنِي إِسْرَائِيلَ أَنَّهُ مَن قَتَلَ نَفْسًا بِغَيْرِ نَفْسٍ أَوْ فَسَادٍ فِي الأَرْضِ فَكَأَنَّمَا قَتَلَ النَّاسَ جَمِيعًا وَمَنْ أَحْيَاهَا فَكَأَنَّمَا أَحْيَا النَّاسَ جَمِيعًا

{C'est pourquoi Nous avons prescrit pour les enfants d'Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c'est comme s'il faisait don de la vie à tous les hommes}

[Al-Maa’idah : 32]


Et pour la réalisation de cette dignité, l’Islam a interdit l’injustice de l’homme envers son frère l’homme, et il a interdit tout acte qui engendre l’injustice envers lui ; Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

قُلْ إِنَّمَا حَرَّمَ رَبِّيَ الْفَوَاحِشَ مَا ظَهَرَ مِنْهَا وَمَا بَطَنَ وَالإِثْمَ وَالْبَغْيَ بِغَيْرِ الْحَقِّ

{Dis : "Mon Seigneur n'a interdit que les turpitudes (les grands péchés), tant apparentes que secrètes, de même que le péché, l'agression sans droit…}

[Al-‘Aaraaf : 33]


Et l’Islam a blâmé ceux qui nuisent aux hommes sur terre, comme dans la parole d’Allah (qu'Il soit exalté) :

وَإِذَا تَوَلَّى سَعَى فِي الأَرْضِ لِيُفْسِدَ فِيِهَا وَيُهْلِكَ الْحَرْثَ وَالنَّسْلَ وَاللّهُ لاَ يُحِبُّ الفَسَادَ

وَإِذَا قِيلَ لَهُ اتَّقِ اللّهَ أَخَذَتْهُ الْعِزَّةُ بِالإِثْمِ فَحَسْبُهُ جَهَنَّمُ وَلَبِئْسَ الْمِهَادُ

{Dès qu'il tourne le dos, il parcourt la terre pour y semer le désordre et saccager culture et bétail. Et Allah n'aime pas le désordre! Et quand on lui dit : "Redoute Allah", l'orgueil criminel s'empare de lui. L'Enfer lui suffira, et quel mauvais lit, certes!}

[Al-Baqara : 205-206]


L’Islam est la religion de miséricorde, et sa miséricorde s’est étendue afin d’englober les animaux, les plantes et tous les domaines de la vie ; le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) n’a-t-il pas mentionné qu’un homme entra au Paradis parce qu’il abreuva un chien, et qu’une femme entra en Enfer à cause d’une chatte qu’elle enferma sans la nourrir et sans la laisser manger des choses de la terre ?


Le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) n’a-t-il pas exhorté au peuplement de la terre et à faire revivre les terrains non-cultivés n’appartenant à personne, en disant (qu'Allah prie sur lui et le salue) :
(Quiconque fait revivre une terre morte, celle-ci lui appartient) ?

Voilà le chemin de l’Islam qui est la religion du peuplement et de la construction et qui n’est pas la religion de la destruction et de la corruption ; l’Islam a combattu le terrorisme en interdisant tout moyen qui n’est pas permis dans l’Islam et que l’on utilise afin d’atteindre un but prescrit ; donc, la fin ne justifie pas les moyens dans l’Islam, il faut que le but soit légal dans l’Islam, ainsi que le moyen utilisé pour atteindre ce but. Et ceci pour la réalisation de la stabilité, et afin que la sécurité et la tranquillité se répandent dans les sociétés islamiques et non islamiques.


Notre religion est la religion de la justice et de la bienfaisance, les musulmans ont reçu l’ordre d’être justes envers leurs frères dans l’Islam et ceux qui ne sont pas leurs frères.


Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

إِنَّ اللّهَ يَأْمُرُ بِالْعَدْلِ وَالإِحْسَانِ وَإِيتَاء ذِي الْقُرْبَى وَيَنْهَى عَنِ الْفَحْشَاء وَالْمُنكَرِ وَالْبَغْيِ يَعِظُكُمْ لَعَلَّكُمْ تَذَكَّرُونَ

{Certes, Allah commande l'équité, la bienfaisance et l'assistance aux proches. Et Il interdit la turpitude, l'acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous souveniez}

[An-Nahl : 90]


Et notre Seigneur (qu'Il soit béni et exalté) a dit :

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ كُونُواْ قَوَّامِينَ لِلّهِ شُهَدَاء بِالْقِسْطِ

{O vous qui avez cru ! Soyez stricts (dans vos devoirs) envers Allah, et (soyez) des témoins équitables}

[Al-Maa’idah : 8]


C’est-à-dire
« témoins de la justice » : vous dites ce qui est juste, vous pratiquez la justice et vous la mettez en application sur vous et sur les autres…
وَلاَ يَجْرِمَنَّكُمْ شَنَآنُ قَوْمٍ أَن صَدُّوكُمْ عَنِ الْمَسْجِدِ الْحَرَامِ أَن تَعْتَدُواْ وَتَعَاوَنُواْ عَلَى الْبرِّ وَالتَّقْوَى

{Et ne laissez pas la haine pour un peuple qui vous a obstrué la route vers la Mosquée sacrée vous inciter à transgresser. Entraidez-vous dans l'accomplissement des bonnes œuvres et de la piété}

[Al-Maa’idah : 2]


C’est-à-dire que votre hostilité envers certaines personnes ne vous pousse pas à être injustes.


Et Allah n’a pas interdit aux musulmans d’être bienfaisants envers les non musulmans et d’avoir une bonne relation avec eux, s’ils ne combattent pas les musulmans et ne les font pas sortir de chez eux, comme Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

لَا يَنْهَاكُمُ اللَّهُ عَنِ الَّذِينَ لَمْ يُقَاتِلُوكُمْ فِي الدِّينِ وَلَمْ يُخْرِجُوكُم مِّن دِيَارِكُمْ أَن تَبَرُّوهُمْ وَتُقْسِطُوا إِلَيْهِمْ إِنَّ اللَّهَ يُحِبُّ الْمُقْسِطِينَ

{Allah ne vous défend pas d'être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables}

[Al-Moumtahinah : 8]


Notre religion a ordonné d’obéir au dirigeant du pays, Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ أَطِيعُواْ اللّهَ وَأَطِيعُواْ الرَّسُولَ وَأُوْلِي الأَمْرِ مِنكُمْ

{O vous qui avez cru ! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d'entre vous qui détiennent le commandement}

[An-Nissaa : 59]


Et le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Quiconque voit de son dirigeant une chose qu’il déteste, doit patienter ; car quiconque se sépare du groupe [des musulmans] d’un empan, puis meurt, mourra alors en étant sur l’ignorance de l’époque préislamique)

(Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim)


Notre religion a ordonné de s’éloigner de tout ce qui provoque la tentation entre les gens, et elle a averti contre les dangers de cela ; Allah (qu'Il soit glorifié) a dit :

وَاتَّقُواْ فِتْنَةً لاَّ تُصِيبَنَّ الَّذِينَ ظَلَمُواْ مِنكُمْ خَآصَّةً وَاعْلَمُواْ أَنَّ اللّهَ شَدِيدُ الْعِقَابِ

{Et craignez une calamité qui n'affligera pas exclusivement les injustes d'entre vous. Et sachez qu'Allah est dur en punition}

[Al-Anfaal : 25]


L’Islam a orienté l’individu et le groupe vers la modération, et à extirper les penchants criminels et extrémistes, et toutes les exagérations dans la religion qui y mènent, car dans cela se trouve une destruction sûre ; le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Méfiez-vous de l’exagération [de l’excès] dans la religion, car ceux qui vous ont précédés ont été détruits à cause de l’excès dans la religion)

(Rapporté par Ahmed et An-Nassaa’i)


Et l’Islam a traité les penchants des hommes conduisant à l’intimidation, au terrorisme, au fait d’effrayer les gens et à tuer sans raison légale ; le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Il est interdit à un musulman d’effrayer un musulman)

(Rapporté par Abou Daawoud)


Et il a dit (qu'Allah prie sur lui et le salue) :

(Quiconque pointe un morceau de fer dans la direction de son frère, les anges le maudissent jusqu’à ce qu’il arrête, même s’il est son frère de père et mère)

(Rapporté par Mouslim)


Dans notre religion, Allah a légiféré le châtiment [la punition] pour ceux qui sèment la corruption sur terre en commettant le crime de la corruption qui consiste à effrayer les innocents, à les tuer et à affaiblir leur communauté ; Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

إِنَّمَا جَزَاء الَّذِينَ يُحَارِبُونَ اللّهَ وَرَسُولَهُ وَيَسْعَوْنَ فِي الأَرْضِ فَسَادًا أَن يُقَتَّلُواْ أَوْ يُصَلَّبُواْ أَوْ تُقَطَّعَ أَيْدِيهِمْ وَأَرْجُلُهُم مِّنْ خِلافٍ أَوْ يُنفَوْاْ مِنَ الأَرْضِ

{La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s'efforcent de semer la corruption sur la terre, c'est qu'ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu'ils soient expulsés du pays}

[Al-Maa’idah : 33]


Et ce sera alors pour lui la grande humiliation pour ce qu’il a accompli dans la société.


Et dans notre religion, notre méthode concernant l’appel à l’Islam est basée sur l’argumentation et les preuves, elle n’oblige personne à entrer dans son appel, bien qu’il espère que les gens trouvent la douceur et la foi :

أَوَلَمْ يَكْفِهِمْ أَنَّا أَنزَلْنَا عَلَيْكَ الْكِتَابَ يُتْلَى عَلَيْهِمْ إِنَّ فِي ذَلِكَ لَرَحْمَةً وَذِكْرَى لِقَوْمٍ يُؤْمِنُونَ

{Ne leur suffit-il donc point que Nous ayons fait descendre sur toi le Livre et qu'il leur soit récité ? Il y a assurément là une miséricorde et un rappel pour des gens qui croient}

[Al-‘Ankabout : 51]


فَذَكِّرْ إِنَّمَا أَنتَ مُذَكِّرٌ

{Eh bien, rappelle ! Tu n'es qu'un rappeleur}

[Al-Ghaachiyah : 21]


وَمَا أَنتَ عَلَيْهِم بِجَبَّارٍ

{Tu n'as pas pour mission d'exercer sur eux un contrainte}

[Qaf : 45]


إِنْ عَلَيْكَ إِلَّا الْبَلَاغُ

{Tu n'es chargé que de transmettre [le message]}

[Ach-chouraa : 48]


Et l’Islam ne s’est propagé que grâce à la sagesse de ses hommes, à la force de leur foi et parce qu’ils étaient bien guidés par la parole d’Allah (qu'Il soit exalté) :

ادْعُ إِلِى سَبِيلِ رَبِّكَ بِالْحِكْمَةِ وَالْمَوْعِظَةِ الْحَسَنَةِ وَجَادِلْهُم بِالَّتِي هِيَ أَحْسَنُ

{Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon}

[An-Nahl : 125]


Le Saint Coran a exposé clairement qu’il n’y a aucune contrainte en religion, Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

لاَ إِكْرَاهَ فِي الدِّينِ

{Nulle contrainte en religion !}

[Al-Baqara : 256]


Les musulmans n’ont jamais contraint une personne à entrer dans l’Islam et ils ne contraindront jamais personne, et les événements de l’histoire indiquent cela ; et il n’a jamais été prouvé dans le passé que les musulmans ont contraint une personne à entrer dans l’Islam, et ainsi la réalité est démontrée que l’Islam ne s’est pas propagé par l’épée. Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

أَفَأَنتَ تُكْرِهُ النَّاسَ حَتَّى يَكُونُواْ مُؤْمِنِينَ

{Est-ce à toi de contraindre les gens à devenir croyants ?}

[Younous : 99]


Notre religion est pour tout le monde et elle appelle le monde entier à la guidée, la lumière, au Coran et à la Sounnah d’une bonne manière, avec le dialogue constructif, et la discussion de la meilleure façon :

وَمَا أَرْسَلْنَاكَ إِلَّا رَحْمَةً لِّلْعَالَمِينَ

{Et Nous ne t'avons envoyé qu'en miséricorde pour l'univers}

[Al-Anbiyaah : 107]


وَلَا تُجَادِلُوا أَهْلَ الْكِتَابِ إِلَّا بِالَّتِي هِيَ أَحْسَنُ

{Et ne discutez que de la meilleure façon avec les gens du Livre}

[Al-Ankabout : 46]


Et Omar ibn Abdel-Aziz (qu'Allah lui fasse miséricorde) a dit :

« Allah a envoyé Mohammed (qu'Allah prie sur lui et le salue) avec la vérité en tant que guide et il ne l’a pas envoyé en tant que percepteur [collecteur]. »


Voilà notre religion, et nos valeurs ne sont pas basées sur des sentiments de révolte, sur un enthousiasme (ardeur) irréfléchi, et elle n’est pas trompée par les slogans retentissants, mais elle est fondée sur des bases et des règles dans lesquelles se trouvent des lois, la précision et une législation renfermant des textes expressifs que les musulmans suivent, Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

قُلْ هَـذِهِ سَبِيلِي أَدْعُو إِلَى اللّهِ عَلَى بَصِيرَةٍ أَنَاْ وَمَنِ اتَّبَعَنِي

{Dis : "Voici ma voie, j'appelle les gens à la religion d'Allah, moi et ceux qui me suivent, nous basant sur une preuve évidente}

[Youssouf : 108].
Afin d’être protégé contre le terrorisme, nous devons éduquer les jeunes de la communauté selon le Livre d’Allah et la Sounnah du prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) ; il faut une prise de conscience générale de l’importance de la modération et du juste milieu dans la pensée, le comportement et les actions ; et nous devons expliquer le comportement correcte dans les relations avec ceux qui s’opposent à nous. Et les savants pieux et des prédicateurs qui s’accrochent à la Sounnah du meilleur des messagers, doivent assumer leur rôle, et il est évident que leur mission concernant les étudiants en science religieuse à ce niveau est très importante, leur responsabilité est grande et leur position est sensible et précise.

Et parmi les moyens de protection contre le terrorisme : répandre la science correcte qui fait disparaître l’obscurité, qui empêche de dévier du droit chemin, et qui corrige la compréhension ; comme cela s’est produit avec les kharijites qui se sont révoltés contre Ali (qu'Allah soit satisfait de lui) qui interprètent le Coran d’une mauvaise façon et le comprirent d’une façon incorrecte, et le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit à leur sujet :

(Ils lisent le Coran, mais le Coran ne dépasse pas leurs larynx [gosiers].)


Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

وَإِذَ أَخَذَ اللّهُ مِيثَاقَ الَّذِينَ أُوتُواْ الْكِتَابَ لَتُبَيِّنُنَّهُ لِلنَّاسِ وَلاَ تَكْتُمُونَهُ

{Allah prit, de ceux auxquels le Livre était donné, cet engagement : "Exposez-le, certes, aux gens et ne le cachez pas"}

[Aali Imraane : 187]


Et parmi les moyens de protection : l’aide mutuelle des musulmans et leur rassemblement, que ce soient les organisations ou les individus, afin de lutter contre cette pensée, de connaître ses racines et ses causes, et afin de l’anéantir.


Et parmi ces moyens : permettre aux savants et aux prédicateurs de lutter contre cette pensée à travers les chaînes médiatiques, les aider et les soutenir.


Parmi ces moyens : donner de l’importance au fait d’implanter les principes islamiques correctes dans le cœur des enfants, ainsi que fortifier et augmenter les programmes religieux dans les étapes d’enseignement ; et renforcer le rôle de la famille et de l’école afin qu’elles soient des berceaux éducatifs sûres.


Parmi ces moyens : imprimer des livres, des articles et des publications qui montrent l’Islam sous son aspect correcte.


Et parmi ces moyens : discuter avec ceux qui ont des pensées qui dévient du droit chemin, car il faut lutter contre la pensée avec la pensée, les arguments, et la discussion.


Et en conclusion, la définition du terrorisme est toujours imprécise dans le dictionnaire des organisations et les assemblées générales, et aucun accord unanime n’a pu être réalisé sur une définition complète et générale ; et définir les termes est une chose très importante sinon les affaires seront confuses et la vérité sera mélangée à ce qui est faux ; car certaines personnes pensent que le fait que la femme porte le voile est un rigorisme en religion, et le fait qu’elle ne se mélange pas aux hommes est une dureté, et ils pensent que la Sounnah du prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) est un terrorisme. Et il n’y a aucun doute que celui qui protège son pays, glorifie sa communauté, protège son honneur, défend sa religion et sa terre, et se sacrifie pour ses lieux saints, est respecté dans la religion et est un martyr dans l’au-delà, il n’est pas un terroriste comme ils prétendent ; tout comme les peuples ont le droit de faire face à ceux qui s’emparent de leurs pays ou les agressent ; et ceci est un droit naturel qui est une obligation dans la législation et que les lois internationales et les traités reconnaissent.


Allah (qu'Il soit exalté) a dit :

وَلَمَنِ انتَصَرَ بَعْدَ ظُلْمِهِ فَأُوْلَئِكَ مَا عَلَيْهِم مِّن سَبِيلٍ
إِنَّمَا السَّبِيلُ عَلَى الَّذِينَ يَظْلِمُونَ النَّاسَ وَيَبْغُونَ فِي الْأَرْضِ بِغَيْرِ الْحَقِّ أُوْلَئِكَ لَهُم عَذَابٌ أَلِيمٌ

{Quant à ceux qui ripostent après avoir été lésés, ceux-là pas de voie (recours légal) contre eux ; il n'y a de voie [de recours] que contre ceux qui lèsent les gens et commettent des abus, contrairement au droit, sur la terre : ceux-là auront un châtiment douloureux}

[Ach-Chouraa : 41-42]


alharamainonline.net
Abou Nawoufal Al Maghrebi
http://www.fourqane.com/forum/viewtopic.php?t=152
Repost 0
6 janvier 2007 6 06 /01 /janvier /2007 14:11
Une personne a demandé au grand Savant Cheikh Salih Al-Luhaydan:

Quel doit être la position du Musulman concernant l'oganisation Al Qaîda et concernant la méthodologie ( la voie..) de cette Organisation?.

Dans sa reponse le Cheikh a notament declaré :


" Il n' y a pas doute concernant le fait que ce mouvement [Al Qaîda] ne contient pas de bien et qu'il [ce mouvement] n'est pas le chemin menant à la rectitude et à la reforme [..] "

Pour écouter l'audio en entier :

http://www.alnawader.net/nawader_v/fatawe/listen/lu7idan-alqa3edah.ram

Mounib Abou-Houdeyfa
http://www.fourqane.com/forum/viewtopic.php?t=832
Repost 0